trees5_feature_MICHAEL-WALSH_westmountmag

Les arbres de Westmount
et leur histoire /5

Découvrez la chênaie à côté de la lagune, un coin tranquille du parc Westmount

Par Michael Walsh

Le noble chêne provient d’un petit gland

Lewis Duncombe 1711-1730

Il existe un endroit tranquille, pratiquement ignoré dans le parc Westmount, où l’on peut profiter d’un moment de quiétude. Cette zone était autrefois très fréquentée. On y trouvait les joueurs de palet et d’autres assis sur des banc, jouant aux échecs et aux dames sur de grands échiquiers inscrits au sol.

Il existe encore des vestiges de ces temps, mais aujourd’hui, c’est un endroit tranquille constitué de buissons où une variété d’oiseaux trouvent leur habitat d’été.

Oaks trees in Westmount Park - photo Andrew Burlone

Dans cette zone, à côté de la lagune, se trouvent cinq chênes massifs, leur énorme circonférence suggérant qu’ils étaient des jeunes pousses lorsque le ruisseau Glen traversait encore le parc.

À côté de la lagune, se trouvent cinq chênes massifs, leur énorme circonférence suggérant qu’ils étaient des jeunes pousses lorsque le ruisseau Glen traversait encore le parc.

En y regardant de plus près, on peut remarquer que leur longévité est due en partie à une substance ressemblant à du béton, appliquée il y a des décennies, pour remplir les grandes fissures qui se sont développées dans leur tronc. Ce type de traitement renforce l’intégrité structurelle des arbres et prévient les dommages causés par les tempêtes et les agents pathogènes. En outre, un des arbres est pourvu de deux troncs et un fil métallique empêche sa rupture en cas de vent fort ou de fortes tempêtes de neige ou de verglas.

double trunk oak tree westmountmag.caÀ la base de ces arbres on peut remarquer une variété de feuilles de formes différentes – toutes des feuilles de chênes, mais d’espèces différentes.

La reconnaissance et le dessin des feuilles de chêne commence dès l’enfance en Irlande. Je pense que les enfants de six à sept ans de cette l’île peuvent reconnaître les différentes espèces de chêne plus facilement que leurs homologues d’Amérique du Nord.

Par exemple, un livre pour les enseignants du primaire propose un plan de cours pour les élèves de première classe (la première année, au Canada) qui inclut le chêne, ainsi que la primevère, le renard et le cloporte. Les enfants devaient dessiner les contours des feuilles afin de les aider à apprendre leur forme caractéristique.

On apprenait également aux enfants que le nom irlandais de l’arbre est « dair » présent dans de nombreux noms de lieux irlandais, dont les comtés de Kildare et de Derry, ainsi nommés d’après le chêne comme tous les noms de lieux commençant par Derry tels que Derrynaflan et Derrynane.

‘Le nom irlandais de l’arbre est « dair », présent dans de nombreux noms de lieux irlandais, dont les comtés de Kildare et de Derry.’

Il y a un chêne dans le parc de Westmount qui arbore les plus grandes feuilles et glands de l’espèce. Il est connu sous le nom de chêne à gros fruits ou par son nom latin Quercus macrocarpa. Il est également connu pour la frange laineuse qui entoure ses glands.

Oak leaf - photo Michael WalshLes feuilles parfois décrites comme étant en forme de violon peuvent atteindre une longueur de 12 pouces et contiennent de multiples lobes – appelés « sinus » – ceux du milieu sont profonds et semblent toucher la nervure médiane des nervures.Originaire d’Amérique du Nord, le chêne à gros fruits se retrouve du Nouveau-Brunswick aux états centraux des États-Unis, puis dans le nord-est, où il se présente comme un petit arbuste. La lente croissance de l’arbre contribue à sa longévité qui peut dépasser 300 ans.

Tout dans cet arbre est massif : sa circonférence, son écorce résistante au feu, ses branches et ses glands pouvant atteindre plus de 5 cm. En fait, même le système racinaire de l’arbre est massif et dépasse en poids la partie hors sol.

Enfin, saviez-vous pourquoi les stores de fenêtres ont une bascule en forme de gland ? C’est parce qu’on croyait (à tort) que la foudre ne frappait jamais les chênes.

La prochaine fois que vous vous promènerez dans le parc Westmount, arrêtez-vous quelques minutes dans ce coin tranquille et laissez-vous séduire par ces chênes massifs et pensez aux changements dont ils ont été témoins.

Images : Michael WalshButton Sign up to newsletter – WestmountMag.caAutres articles de Michael Walsh


Michael Walsh - WestmountMag.ca

Michael Walsh est un résident de longue date de Westmount. Heureux d’être retraité après avoir passé près de quatre décennies dans le domaine de la technologie de l’enseignement supérieur. Étudiant professionnel par nature, sa formation universitaire et ses publications portent sur la méthodologie statistique, la mycologie et la psychologie animale. Durant cette période, il a également été officier dans les forces armées canadiennes. Avant de s’installer à Montréal, il a été chargé d’évaluer les programmes bilingues des écoles primaires et secondaires par le ministère de l’éducation de l’Ontario. Aujourd’hui, il aime passer du temps avec son (énorme) Saint-Bernard tout en découvrant le passé de la ville et en partageant les histoires des arbres majestueux qui ornent les parcs et les rues. Il peut être contacté à l’adresse michaelld2003@hotmail.com ou sur son blog Westmount Overlooked


Rabais de 35% sur les Lentilles Spécialisées chez Clearly avec code: GOLENTILLES35

 



There are no comments

Ajouter le vôtre