bruce_191211_3_westmountmag_@2x

Les lieux de Westmount :
histoire et anecdotes /14

Les anecdotes derrière le familier : L’avenue Bruce, l’un des secrets les mieux gardés de Westmount

Par Michael Walsh

Dépôt et lecture d’une lettre de M. G. A. Greene datée du 1er avril 1898, demandant que l’avenue Bruce soit ouverte, nivelée, drainée et macadamisée, et que des conduites d’eau soient posées, dès que possible.

« Sur une proposition du conseiller Bulmer, appuyée par le conseiller Redfern, il est résolu d’accéder à la demande de M. Greene et de donner les instructions nécessaires au Service des routes ».
Ville de Westmount, délibérations du conseil, 4 avril 1898

Bruce Avenue Tot Lot - WestmountMag.ca

Aire de jeux de l’avenue Bruce

Saviez-vous qu’il existe une aire de jeux pour enfants sur l’avenue Bruce, à côté des voies du C.P. ? C’est l’un des secrets les mieux gardés de Westmount. (Un autre est le parc Devon situé près d’Upper Lansdowne). C’est une communauté en soi – fréquentée par les résidents et leurs enfants qui vivent dans les rues avoisinantes. La rue est également un cul-de-sac, se terminant à la voie ferrée et bordée de maisons du XIXe siècle.

Le nom de la rue, Bruce, est intriguant, et son origine est difficile à déterminer. Après avoir passé un certain temps à essayer de savoir à qui le nom de la rue rendait hommage, je suis tombé sur un article très bien documenté de Laureen Sweeney dans The Westmount Experience (3 août 1994). Dans son article, elle présente un argument convaincant selon lequel la rue pourrait ainsi rendre hommage à l’une de trois personnes différentes.

Robert the Bruce - WestmountMag.ca

Robert the Bruce – Image domaine public

Le premier candidat est le roi d’Écosse, Robert le Bruce, connu pour avoir assuré l’indépendance de l’Écosse par rapport à l’Angleterre grâce à sa victoire à la bataille de Bannockburn en 1314.
La rue pourrait donc honorer Robert le Bruce, étant donné l’importante population écossaise habitant l’île de Montréal. En fait, le ruisseau qui coulait alors dans une vallée a été nommé le « Glen » par les habitants écossais qui avaient le mal du pays car il leur rappelait des cours d’eau similaires chez eux. Le ruisseau a disparu depuis longtemps (il a été canalisé par des conduits enterrés) – le nom de Glen est cependant demeuré jusqu’à aujourd’hui.

Le second candidat est James Bruce, huitième comte d’Elgin et douzième comte de Kincardine, également gouverneur général de l’Amérique du Nord britannique de 1847 à 1854. Son père, Thomas Bruce, a acquis les célèbres Marbres d’Elgin qui se trouvent actuellement au British Museum.

James Bruce Lord Elgin - WestmountMag.ca

James Bruce, comte Elgin Bibliothèque et Archives Canada / C-000291

Au cours de sa carrière politique au Canada, il a notamment accordé la sanction royale à une loi qui indemnisait les habitants du Bas-Canada pour les dommages matériels subis lors des rébellions de 1837-38. Connu aujourd’hui sous le nom d’émeutes de Montréal, les environs de l’édifice du Parlement du Canada-Uni fut le théâtre d’un grand nombre d’émeutes par les anti-unionistes.

« … des foules de manifestants s’opposèrent à la sanction de cette loi par le gouverneur général Lord Elgin ; ils lancèrent des pierres et des œufs pourris sur sa voiture. Ce soir-là, la protestation publique s’est transformée en émeute : la foule a envahi le Parlement et a mis le feu au bâtiment. Inauguré le 24 juin 1845, l’édifice du marché Sainte-Anne qui loge le Parlement du Canada-Uni fut incendié.

Les émeutes impliquèrent des milliers de personnes, durèrent deux jours et inclurent des attaques contre des propriétés privées. Moins d’un mois après les émeutes, il fut cependant décidé que le siège du gouvernement ne serait plus Montréal, considérée comme trop sensible aux tensions ethniques ».
L’encyclopédie canadienne

La carrière politique de Lord Elgin a survécu à cette crise. Pendant son mandat de gouverneur général, il a notamment ratifié le traité de réciprocité (1854) qui a permis aux pêcheurs américains d’accéder aux pêcheries atlantiques de l’Amérique du Nord britannique et l’accès aux eaux côtières américaines pour les pêcheurs de la couronne britannique.
Dans un effort pour mettre fin aux troubles politiques, Lord Elgin a soutenu le concept de gouvernement responsable, c-à-d une assemblée élue qui dépend du soutien des citoyens plutôt que du monarque. Ce concept de gouvernance deviendra, par la suite, un fondement important de la Confédération canadienne.

Robert Randolph Bruce - WestmountMag.ca

Robert Randolph Bruce – Image domaine public

Le troisième candidat est Robert Randolph Bruce – 13e lieutenant-gouverneur de la Colombie-Britannique de 1926 à 1931.
« Né en Écosse, il a fait ses études d’ingénieur à l’université de Glasgow. Il a immigré aux États-Unis en 1887 avant d’arriver peu après au Canada pour travailler pour le Chemin de fer Canadien Pacifique à l’arpentage de diverses nouvelles lignes de chemin de fer à travers le pays.

En 1897, Bruce s’installe en Colombie-Britannique pour devenir promoteur immobilier. Il a acheté des terres du chemin de fer et les a promues en Angleterre pour y être colonisées ».
History of the Paradise Mine (Part 3)

« Après la Première Guerre mondiale, sa carrière a pris un tournant diplomatique : de 1926 à 1931, il a été lieutenant-gouverneur de la Colombie-Britannique, et de 1936 à 1938, il a été ambassadeur du Canada au Japon. À son retour au Canada, il s’est installé à Montréal, où il est mort en 1942 ».
Musée McCord – Notre peuple, nos histoires – Our People Our Stories

51 Bruce - WestmountMag.ca

51 Bruce

En résumé, ce sont là les candidats : l’un a un lien avec l’Écosse, le second est gouverneur général et le troisième est associé au chemin de fer du Canadien Pacifique – chacun avec une histoire intrigante. Au final, les résidents ont la particularité de résider dans une rue dont le nom a de probables origines multiples.

Remontons dans le temps, à l’époque où la rue a été ouverte pour la première fois, et familiarisons-nous avec certains de ses premiers habitants.

50 Bruce
Colin C. Drew, voyageur de commerce – 1899

51 Bruce
George Langley, contremaître, Canadian Rubber Company – 1901
« La Canadian Rubber Company de Montréal a été la première entreprise en Amérique du Nord à fabriquer du caoutchouc. L’usine (située au 1840, rue Notre-Dame Est) a été endommagée par un incendie en 1916. Occupé par l’usine de pneus Uniroyal jusqu’en 1982. La section la plus ancienne a été démolie en 1995 ».
Architecture industrielle de Montréal

Canadian Rubber Manufacturers - WestmountMag.ca

Illustration tirée de The Book of Montreal : a Souvenir of Canada’s Commercial Metropolis, par Ernest J. Chambers

52 Bruce
F. A. Loudon, voyageur de commerce et agent manufacturier – 1899
George A. Barrat, photographe – 1901

Sherbrooke Street 1900 - WestmountMag.ca

Rue Sherbrooke à Montréal, circa 1900, George Barrat & Son, Musée McCord MP-0000.1912

54 Bruce - WestmountMag.ca

54 Bruce

53 Bruce
C. G. Ross, caissier – 1901

54 Bruce
W. B. Shaw, électricien, Compagnie d’électricité de Montréal (aujourd’hui Hydro-Québec) – 1899
W. B. Shaw, électricien (1901)

56 Bruce
J. Nelson Whitehead, voyageur de commerce – 1899

58 Bruce
Albert F. Winn, greffier – 1901

60 Bruce
John Henry Shaw, agent, Joseph Brooks & Company – 1899
John Henry Shaw, agent des fabricants de laine – 1901

62 Bruce

56 Bruce - WestmountMag.ca

56 Bruce

Archibald Nicoll, assureur – 1899
J. Nicoll – agent en douane de la C.P.R. – 1899

64 Bruce
Frank Lotty, surintendant de l’usine de Peck, Benny and Company – 1899
« Fabrication de pointes de chemin de fer, de pointes de bateau, et toutes les descriptions de clous coupés, de clous pressés et de clous en ardoise. Bureau 391, rue St. Paul. Usine 61 Mill Street. »
Chemins de fer du Canada 1870-1

« Un sous-produit de la reconstruction du canal de Lachine à travers l’île de Montréal dans les années 1840 a été la fourniture d’énergie hydraulique à des fins de fabrication sur trois sites. Deux d’entre eux, le bassin n° 2 du canal et les écluses Saint-Gabriel, se trouvaient en fait dans les limites de la ville de Montréal. Cela suffisait à attirer les fabricants de clous des banlieues de l’île vers la ville. En 1847, Thomas Peck (1808-1874) ouvre une fabrique de clous sur le bassin du canal n° 2.

60 Bruce - WestmountMag.ca

60 Bruce

Probablement en 1859 également, un deuxième laminoir a été construit au coût de 30 000 dollars par Thomas Peck, qui fabriquait des clous sur le bassin depuis 1847. Une description de 1864 indique qu’une turbine entraînait un immense balancier de 22 tonnes qui transmettait la puissance au laminoir lui-même. Une autre turbine entraînait 38 machines à clous, tandis qu’une troisième entraînait deux grandes machines à crampons.

Seul au milieu se trouvait Thomas Peck & Co. (qui devint Peck, Benny & Co. en 1870), qui possédait un laminoir mais était alimenté à l’énergie hydraulique. Lorsqu’une commission royale s’est penchée sur la tarification de l’énergie hydraulique sur le canal de Lachine en 1887, la compagnie a prétendu être le dernier laminoir fonctionnant à l’énergie hydraulique en Amérique du Nord. L’énergie à vapeur aurait pu facilement être produite en plaçant des chaudières sur les fours de chauffage comme l’avait fait Pillow Hersey, mais la compagnie ne payait que 1750 $ par an pour l’énergie hydraulique. La conversion à la vapeur aurait signifié investir dans des chaudières, l’achat de charbon supplémentaire, des ingénieurs, des pompiers et des réparations annuelles. Il est possible qu’un laminoir à vapeur ait été ajouté lors de la restructuration de la société sous le nom de Peck Rolling Mills Ltd en 1903. La Peck Rolling Mills Ltd. a repris les actifs de Peck, Benny & Co. en 1903. Stelco et Peck Rolling Mills ont continué à produire des clous de coupe et des clous de harnais pendant une bonne partie du XXe siècle ».
Technical Advance and Stagnation: The Case of Nail Production in Nineteenth-Century Montreal, Larry McNally, National Archives of Canada.

64 Bruce - WestmountMag.ca

64 Bruce

66 Bruce
Philippe Thomas Le Maistre, capitaine de navire – 1899
Phillip M. Le Maistre, fabricant de meubles pour messieurs – 1899
Fred J. Le Maistre, pharmacien – 1899

68 Bruce
David Gilbert, surintendant, Montreal Pipe Foundry Company – 1901
E. Goodacre, Watt, Scott & Goodacre – 1902
« Langues de bœuf, corned-beef, viandes en pot, rôti de bœuf à la braise, etc. Agents de soupes en marque blanche : J. L. Watt & Scott, Toronto. Watt, Scott & Goodacre, Montréal. George De Forest & Sons, St. John, N.B. ou Armour Packing Co., Kansas City U.S.A. Les appétits délicats sont stimulés ».
Canadian grocer January-June 1898

70 Bruce

70 Bruce - WestmountMag.ca

70 Bruce

Gardiner Gilday, entrepreneur – 1901
« Mardi soir dernier, un mariage tranquille a été célébré à la résidence de M. et Mme Duncan MacNee, rue North, la mariée étant leur plus jeune fille Maggie, et le marié Gardiner Gilday, un entrepreneur prospère de Westmount, Montréal. La cérémonie a été célébrée par le révérend A.H. Scott, pasteur de l’église St. Andrew’s, en présence des membres de la famille des époux. Les cadeaux étaient nombreux et variés, mais celui qui était le plus précieux était peut-être un tapis fait de marguerites indigènes en son centre et de marguerites blanches entourées d’une bordure de fougères. Ce tapis était destiné à être utilisé par la mariée lors de la cérémonie de mariage et était le cadeau des élèves de sa classe de l’école du dimanche à St Andrews. Ses élèves lui ont d’ailleurs offert un pic-épice ( ?) avec les mots « just from your girls » sur une carte jointe. Le couple de mariés est parti tôt le lendemain matin pour Oliver’s Ferry, où il a pris le bateau pour Kingston afin de faire un voyage de noces prolongé dans différentes régions du Canada et des États-Unis ».
Perth Courier, June 30, 1899

72 Bruce

Thomas W. Matthews, graveur et enlumineur – 1901

74 Bruce
John M. Campbell, couvreur de toîts – 1901

Images : Michael Walsh – Image d’entête : Andrew Burlone
Button Sign up to newsletter – WestmountMag.caAutres articles de Michael Walsh


Michael Walsh - WestmountMag.ca

Michael Walsh est un résident de longue date de Westmount. Heureux d’être retraité après avoir passé près de quatre décennies dans le domaine de la technologie de l’enseignement supérieur. Étudiant professionnel par nature, sa formation universitaire et ses publications portent sur la méthodologie statistique, la mycologie et la psychologie animale. Durant cette période, il a également été officier dans les forces armées canadiennes. Avant de s’installer à Montréal, il a été chargé d’évaluer les programmes bilingues des écoles primaires et secondaires par le ministère de l’éducation de l’Ontario. Aujourd’hui, il aime passer du temps avec son (énorme) Saint-Bernard tout en découvrant le passé de la ville et en partageant les histoires des arbres majestueux qui ornent les parcs et les rues. Il peut être contacté à l’adresse michaelld2003@hotmail.com ou sur son blog Westmount Overlooked

Hatley



There are no comments

Ajouter le vôtre