ingleside_200623

Les lieux de Westmount :
histoire et anecdotes /21

L’histoire derrière le familier : l’avenue Ingleside, une rue sans issue au charme unique

Par Michael Walsh

Les rues tranquilles ont beaucoup de choses à raconter

– Mehmet Murat Ildan

J’ai toujours aimé les rues sans issue. Elles me rappellent les jeux d’enfants comme le hockey de rue, ou la collecte de têtards dans les petits ruisseaux qui coulaient le long des maisons.

Ingleside Avenue - WestmountMag.ca

Aujourd’hui, on ne voit plus d’enfants jouer dehors comme autrefois – un signe des temps présents. Quant aux nombreux ruisseaux qui traversaient Westmount, ils ont été détournés il y a près d’un siècle vers le réseau d’égouts de Sainte-Cunegonde (aujourd’hui connue sous le nom de Petite Bourgogne).

Pourtant, ces rues ont un charme unique, une tranquillité qui permet d’apprécier la beauté des maisons et les grands arbres magnifiques. Heureusement, il existe une telle rue dans notre voisinage, l’avenue Ingleside, qui s’étend de l’avenue Metcalfe à Cross Lane (aujourd’hui appelée Ingleside Lane). Cette dernière est connue sous le nom de “lost land” (terre perdue) et ne possède pas d’acte notarié quant à la propriété de la voie.

Profitons d’un mois de décembre frisquet pour nous promener le long de l’avenue Ingleside et découvrir son histoire et les récits de certains de ses anciens habitants.

Ingleside Avenue - WestmountMag.ca

5 Ingleside

Le nom de l’avenue Ingleside apparaît pour la première fois dans le procès-verbal du conseil municipal de la ville de Côte Saint-Antoine du 5 octobre 1891 : « … que M. Rielle, arpenteur-géomètre, soit chargé de préparer des plans et un processus verbal pour l’ouverture d’une rue qui sera connue sous le nom d’avenue Ingleside sur une largeur de soixante-six pieds à partir de l’avenue Metcalfe vers l’ouest jusqu’à Cross Lane… »

À l’époque, la création d’une nouvelle rue impliquait de céder des droits au village ou à la ville. En échange, les habitants recevaient des branchements d’eau et d’égout, de l’éclairage et des revêtements routiers macadamisés.

Deux mois plus tard, une deuxième motion du conseil municipal a proposé le prolongement de l’avenue Ingleside jusqu’à l’avenue Dufferin (aujourd’hui connue sous le nom d’avenue Melville). « Un plan proposé par M. Patton pour l’ouverture de l’avenue Ingleside sur une largeur de soixante-six pieds à partir de l’avenue Metcalfe vers l’ouest jusqu’à Dufferin ; en outre, que l’avocat de M. Dunlop soit chargé de préparer le règlement nécessaire ».
Procès-verbal du Conseil de Côte-Saint-Antoine, 14 décembre 1891

Ingleside Avenue - WestmountMag.ca

6 Ingleside

Il est intéressant de noter que la ville de Saint-Antoine a presque eu deux avenues appelées Ingleside à l’intérieur de ses limites : « Une pétition de propriétaires de terrains menant de l’avenue Wood à l’avenue Greene demande au Conseil de donner le nom d’avenue Ingleside à ce lotissement. La municipalité a répondu à cette pétition en affirmant que les lois de la province et de la corporation ne peuvent reconnaître l’ouverture ou le changement de nom d’une rue de moins de 66 pieds de large. Étant donné que la parcelle en question est de largeur inférieure, elle ne peut donc pas être légalement homologuée et désignée comme rue, et la pétition n’est pas recevable. »
Procès-verbal du Conseil de Côte-Saint-Antoine, 6 mars 1893

En 1898, la ville n’avait guère progressé (voire pas du tout) dans l’ouverture de l’avenue Ingleside. Les habitants ont fait une proposition au conseil municipal, proposant de céder la rue à la ville :

Ingleside Avenue - WestmountMag.ca

8 Ingleside

« En réponse à la proposition de MM. A.W. Stevenson et Hugh Beckham de céder l’avenue Ingleside à la ville, il a été résolu que le Conseil ne peut pas excepter l’avenue Ingleside à moins que des dispositions ne soient prises pour la poursuivre jusqu’à l’avenue Elgin (aujourd’hui Melville). »
Procès-verbal du conseil de la ville de Westmount, 3 janvier 1898

Un mois plus tard, le conseil a décidé de reconsidérer l’offre et la proposition a été soumise au vote : « Que la résolution du Conseil … refusant d’accepter la cession de l’avenue Ingleside soit reconsidérée. La proposition a été mise au vote et seuls trois conseillers ont voté pour, elle a été déclarée perdue. »
Procès-verbal du conseil de la ville de Westmount, 7 février 1898

Malgré ce revers, les promoteurs ont commencé à construire des maisons résidentielles sur l’avenue Ingleside. Il ne leur a pas fallu longtemps pour réaliser que ces maisons nécessiteraient des raccordements aux services publics :

Ingleside Avenue - WestmountMag.ca

10 Ingleside

« Avons soumis et lu les requêtes de P. Dagenais et fils, demandant que des drains et des conduites d’eau soient posés sur l’avenue Ingleside pour desservir les maisons en cours de construction ; également de A.W. Stevenson demandant instamment que la ville prenne en charge ladite avenue comme une rue publique. »
Procès-verbal du conseil de la ville de Westmount, 20 septembre 1898

Un mois plus tard, le conseil municipal acceptait l’offre et l’avenue Ingleside fut cédée à la ville de Westmount : « Proposition de cession de l’avenue Ingleside à la ville : une lettre de A.W. Stevenson et Hugh Beckham indiquant que les cédants proposent de réserver deux pieds à l’extrémité ouest de la rue, ce qui ne serait pas prévu dans l’acte de cession.  Il est proposé que la cession de l’avenue Ingleside, telle que proposée, soit acceptée, la question de la bande de deux pieds étant laissée au soin du président. La motion est mise aux voix et rejetée… »
Procès-verbal du conseil de la ville de Westmount, 3 octobre 1898

12 Ingleside Avenue - WestmountMag.ca

12 Ingleside

Après un mois, le Conseil ordonna l’installation de raccords de drainage et d’une surface macadamisée sur l’avenue : « Que la cession de l’avenue Ingleside soit acceptée sans condition, qu’un drain soit construit et des conduites d’eau posées à cet endroit, et que la rue soit également macadamisée. »
Procès-verbal du conseil de la ville de Westmount, 4 novembre 1898

En 1900, le conseil municipal envisagea de prolonger l’avenue Ingleside vers l’est jusqu’à l’avenue Clarke. Cependant, à cette époque, les terrains supplémentaires requis appartenant aux Soeurs grises auraient dû être cédés à la ville, ce qui ne fut pas le cas.

La proposition fut donc abandonnée et ne fut jamais reconsidérée. Aujourd’hui, l’avenue Ingleside est restée la même rue tranquille qu’il y a de nombreuses années. En fait, elle n’aurait été plus qu’une voie non pavée oubliée sans la persévérance des premiers habitants qui ont convaincu la ville de son potentiel.

Cross Lane - Westmountmag.ca

Cross Lane (communément appelée Ingleside Lane)

Maintenant que nous connaissons l’histoire de l’avenue, allons nous promener dans la rue en passant devant certaines des maisons d’origine. La plupart des premiers habitants ont été oubliés par l’histoire, à une exception près : Louis Dudek.

5 Ingleside

Louis Dudek (1960-1980), poète, enseignant, éditeur, essayiste, traducteur et rédacteur.

« Louis Dudek est né à Montréal en 1918. Il a enseigné à l’université McGill de 1951 à 1984. Sa carrière d’éditeur comprend la création d’importants petits magazines tels que First Statement, Delta, CIV/n, ainsi que Contact Press, Delta Canada et DC Books.

Il est l’auteur de plus de vingt-cinq livres de poésie, d’essais, d’épigrammes et de carnets de notes ; il est également l’éditeur de plusieurs anthologies. Selon la revue Canadian Literature :

Louis Dudek - WestmountMag.ca

Louis Dudek – Image: cultureave.com

« Dudek est désormais considéré à juste titre comme l’une des figures centrales de la poésie canadienne du XXe siècle. » Robin Blaser a qualifié Dudek de « voix moderne la plus importante – c’est-à-dire la plus conséquente – du Canada. »
Revue Canadian Literature, 1941

6 Ingleside
Alex Hardman (1904)

8 Ingleside
Robert S. Coltart (1904)

10 Ingleside
Robert R. Eakin (1904)

12 Ingleside
C. H. Plant (1910)

13 Ingleside (ancien numéro civique)
G. O. St Marie (1910)

Images: Michael Walsh (sauf indication contraire)

Button Sign up to newsletter – WestmountMag.caAutres articles de Michael Walsh


Michael Walsh - WestmountMag.ca

Michael Walsh est un résident de longue date de Westmount. Heureux d’être retraité après avoir passé près de quatre décennies dans le domaine de la technologie de l’enseignement supérieur. Étudiant professionnel par nature, sa formation universitaire et ses publications portent sur la méthodologie statistique, la mycologie et la psychologie animale. Durant cette période, il a également été officier dans les forces armées canadiennes. Avant de s’installer à Montréal, il a été chargé d’évaluer les programmes bilingues des écoles primaires et secondaires par le ministère de l’éducation de l’Ontario. Aujourd’hui, il aime passer du temps avec son (énorme) Saint-Bernard tout en découvrant le passé de la ville et en partageant les histoires des arbres majestueux qui ornent les parcs et les rues. Il peut être contacté à l’adresse michaelld2003@hotmail.com ou sur son blog Westmount Overlooked


Hatley



There are no comments

Ajouter le vôtre