cote-st-antoine_goode-house_1048

Qu’adviendra-t-il de la
maison Goode à Westmount ?

L’ajout proposé modifierait le bâtiment et détruirait son intégrité historique

Par David Nercessian

3 septembre 2022 • Traduit de l’anglais

La maison Goode à Westmount a désespérément besoin d’une restauration méticuleuse, mais la ville envisage de permettre l’ajout d’une grande niche de deux étages. Cet ajout modifierait le bâtiment au point de le rendre méconnaissable et détruirait son intégrité historique.

L’expression “rien n’est sacré” est utilisée si souvent qu’elle en devient banale. Mais en ce qui concerne le 178, chemin de la Côte-Saint-Antoine, elle devrait susciter de vives inquiétudes. La maison Goode et sa voisine du 168, rue de la Côte-Saint-Antoine, sont deux survivantes des quatre maisons originales des Terrasses Metcalfe. A part la perte d’une couche de stuc, celle du 178, est restée essentiellement inchangée depuis sa construction en 1840.

La maison Goode a désespérément besoin d’être restaurée, mais la ville envisage de permettre l’ajout d’une grande niche de deux étages.

Comme tout autre, j’ai reçu un inoffensif courriel d’avis public de la ville le 17 mai. Habituellement, ces avis concernent des sujets tels que des modifications de zonage spécifiques, mais dans ce cas, mon intérêt a été piqué par les mots Avis de démolition 178, chemin de la Côte-Saint-Antoine.

Je savais que la maison Goode avait été reconnue il y a des années comme étant de catégorie I. J’ai donc supposé que tout projet de modification et surtout de démolition serait examiné et évalué avec rigueur. J’ai cru que la démolition concernait quelque chose de mineur, comme l’élimination d’une dépendance délabrée.

Goode house proposed renovations

Rénovations proposées pour la maison Goode, avant et arrière – Image : Ville de Westmount

Cependant, lorsque j’ai vu les plans, j’ai découvert que le projet consiste à ajouter un « nouveau volume de deux étages » à l’arrière de la maison, qu’une porte et deux fenêtres doivent être sensiblement agrandies, ce qui implique de tailler la maçonnerie extérieure, et qu’une nouvelle entrée de sous-sol doit également être percée sur le côté.

‘La ville insiste sur les mesures extraordinaires prises pour faire reconnaître le patrimoine de la maison Goode.’

En novembre 2020, le Westmount Independent en anglais a publié un article en anglais en faveur de la reconnaissance de la maison Goode en tant que point de repère du patrimoine local (p. 10). Le journal Le Devoir a également publié un article à ce sujet.

Goode house Westmount

Côté est de la maison Goode vu depuis le chemin de la Côte Saint-Antoine – Image : Google Maps

De l’autre côté du chemin de la Côte-Saint-Antoine se trouve un alignement de maisonnettes étroites, résultat de l’acquiescement d’une administration précédente à la demande d’un promoteur de développer le grand jardin du n°8 de l’avenue Forden. Ironiquement, ces bâtiments sans valeur architecturale pourraient bénéficier de l’ajout de quelques éléments du même style.

La municipalité insiste sur les mesures extraordinaires prises pour faire reconnaître le patrimoine de la maison Goode. Un paragraphe impressionnant décrit la reconnaissance de la ville par Parcs Canada et l’obtention du Prix du Prince de Galles pour le rôle de Westmount en matière de patrimoine municipal.

J’espère que le slogan « Protéger pour les générations futures » signifie que les modifications proposées ne seront pas autorisées, car je trouve que coller l’addition proposée à l’arrière de la maison Goode irait à l’encontre de la protection et du maintien de son intégrité.

Avis : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de son auteur et ne reflètent pas nécessairement les opinions de WestmountMag.ca ou de ses éditeurs.

Image en vedette : la maison Goode – Google Maps

Button Sign up to newsletter – WestmountMag.ca

Autres articles récents


David Nercessian

David Nercessian est né à l’ancien Hôpital pour enfants, qui était alors encore la division ouest de l’Hôpital général de Montréal. Sa famille a vécu sur l’avenue Elm jusqu’en 1960, date à laquelle elle a déménagé sur l’avenue Rosemount. À l’exception d’une année en Algérie et de quatre séjours au centre-ville, David a vécu à Westmount.




There are no comments

Add yours