clarke_160621_151419-1048

Lieux de Westmount:
L’avenue Clarke

L’histoire derrière le familier : les anecdotes des anciens résidents de l’avenue Clarke

par Michael Walsh

12 octobre 2022

Il y a peu de récits aussi intéressants que celui de la famille Clarke qui possédait autrefois toutes les parcelles de terre, de la rue Sainte-Catherine jusqu’à la Côte des Neiges.

– Adèle Clarke, 1906

Quel mot vous vient à l’esprit lorsque vous évoquez l’avenue Clarke ? Ma réponse serait ‘abrupte’. Je me souviens d’avoir emprunté cette avenue lors d’une violente tempête de neige. Sans voitures en vue et dans des conditions proches du blizzard, je me souviens avoir eu des visions d’être découvert enneigé jusqu’au cou.

La pente prononcée de la rue était utilisée par le Montreal Ski Club dans les années 1900. En fait, il y avait un tremplin de ski utilisé pour leurs compétitions d’équipe près du chemin Boulevard. Les spectateurs décrivaient l’ascension comme « la colline étant si raide, nous devions nous accrocher aux buissons pour ne pas tomber ».

Comme beaucoup de rues de Westmount, l’avenue Clarke offre deux perspectives historiques : les anecdotes derrière les belles résidences qui ornent la rue et l’histoire de l’origine du nom, qui offre un aperçu unique de la vie au Canada dans les années 1800.

La rue fut nommée en l’honneur de Simon Clarke dont les propriétés foncières étaient décrites comme suit :

« La propriété s’étendait du chemin de la Côte Sainte-Catherine au nord jusqu’à la limite de Saint-Laurent, couvrant une superficie de près de 50 acres. Elle possédait le plus beau jardin de la localité, réputé pour l’excellence et la variété de ses pommes, poires, prunes et petits fruits, et où de succulents melons et autres produits de la vigne s’épanouissaient comme dans leur habitat naturel ou sous des climats plus cléments… »
The Canadian Horticultural Magazine, novembre 1897

Heureusement, dans les dernières années de sa vie, la petite-fille de Simon Clarke, Adèle Clarke, a écrit une monographie décrivant ses souvenirs du Canada des années 1800. Intitulée John Clarke : His Adventures, Friends and Family (John Clarke : ses aventures, ses amis et sa famille). Publié en 1906, le livre relate la vie à l’époque des premiers jours de Westmount.

La maison de la famille Clarke était située à l’angle de l’avenue Clarke et du chemin de la Côte-Saint-Antoine et est décrite comme suit :

« Cette ancienne maison pittoresque se trouvait au milieu d’un charmant jardin en pente, avec un grand verger de cerisiers en arrière-plan, et était réputée pour l’hospitalité de son propriétaire et de ses occupants. En saison, le verger était une masse de belles fleurs blanches. Souvent, les soirs d’été, une vieille dame, assise dans un fauteuil à haut dossier, s’adonnait à son tricot sous les grands arbres, tandis que son mari, en face, s’affairait à lui faire la lecture. Il s’agissait de M. Simon Clarke et de sa femme, anciennement Miss Waldorf, née à Neuchatel en Suisse. Que penseraient-ils de leur belle maison s’ils la voyaient maintenant ? Le jardin de fleurs devant n’est plus qu’une pelouse, la maison est démolie et, sur le versant de la montagne, l’emplacement du verger est remplacé par l’avenue Montrose et les rues environnantes ainsi que des terrains privés. »
– Adele Clarke, John Clarke: His Adventures, Friends and Family, The Herald Publishing Company, 1906

Old Clarke House

L’ancienne maison Clarke • Image : John Clarke

Le sort de la maison d’origine est plutôt controversé. Adele Clarke se souvient qu’elle a été démolie. D’autres sources mentionnent qu’elle a été ravagée par un incendie en 1844. D’autres encore affirment qu’elle existe toujours, au 512 avenue Clarke (“Edgemont”), méconnaissable en raison de modifications importantes.

Un autre mystère concerne le cimetière de la famille Clarke, situé à l’origine en amont de l’avenue Clarke. Adèle Clarke le décrit comme suit : “Sur la pente de cette montagne, on pouvait voir, il n’y a pas si longtemps, le cimetière de la famille Clarke, consacré par l’évêque Mountain – George Jehoshaphat Mountain – qui a été le premier principal du Collège McGill (1824-1835).

Il semble que le cimetière de la famille ait été détruit lors de l’ouverture de l’avenue Montrose, cédée en 1898, avec les terrains privés environnants.

‘Les ossements ont-ils été déplacés ailleurs par la suite ? Ou bien les tombes des Clarke se trouvent-elles aujourd’hui dans la pelouse ou le jardin de quelqu’un ?…’

– Edgar Andrew Collard, 8 novembre 1975

Un indice très intéressant est apparu dans les années 1970 lors de la réparation des fondations du 3255 avenue Cedar : des restes humains ont été découverts à une profondeur de neuf pieds. Comme l’a supposé Edgar Collard dans The Gazette, l’avenue Cedar se trouve à moins de deux pâtés de maisons de l’avenue Clarke, ce qui la situe dans le domaine de la famille Clarke. On ne sait pas exactement où se trouvent ces restes aujourd’hui – ni l’emplacement d’autres restes à découvrir.

John Clarke

John Clarke • Image : John Clarke

Quant au père d’Adèle Clarke, John Clarke, ses expériences de vie méritent un article à part. En bref, il est né en 1781 et, à l’âge de dix-huit ans, il avait établi des postes de traite des fourrures à l’ouest des Rocheuses. En 1811, il s’est associé à John Jacob Astor pour établir des postes de traite des fourrures le long du fleuve Missouri jusqu’aux Rocheuses. Adèle Clarke décrit ces expéditions en détail et ne tente pas de passer sous silence les atrocités infligées aux tribus des Premières nations qu’il a rencontrées.

« Le plan de M. Clarke était d’abandonner ses bateaux… et de se rendre par voie terrestre à son lieu de destination, qui était la tribu des Indiens Spokane… Il s’est donc efforcé d’acheter des chevaux pour le voyage, mais il a dû faire face aux dispositions sordides de ces gens… M. Clarke est resté prisonier pendant sept jours parmi eux avant de pouvoir obtenir un nombre suffisant de chevaux… Son cœur rempli de rancune envers toute la race (Chipunnish), il a eu l’occasion de satisfaire sa vengeance en faisant pendre un membre de la tribu dès son retour chez eux… »
– Adèle Clarke, 1906

John Clarke fut employé par la Compagnie de la Baie d’Hudson dès 1815, un emploi qu’il conserva toute sa vie. Pendant cette période, il épousa Sapphira Spence, dont la mère était originaire des Premières nations, et retourna habiter avec elle sur la propriété de son père. Elle mourut en bas âge et fut consacrée dans le cimetière familial situé sur le flanc de la montagne. Quelques années plus tard, il se remaria, et sa famille s’agrandit pour compter huit enfants. Lui et sa femme résidèrent dans la maison familiale jusqu’à sa mort en 1852.

« Quatre membres de la famille vivent encore sur l’avenue Clarke – la veuve de John Clarke, à l’âge avancé de plus de cent ans, et trois de ses enfants, deux filles et un fils. »
– Adèle Clarke, 1906

Peut-être qu’un jour, une analyse historique plus approfondie de la vie de John Clarke l’absoudra de ces atrocités. En fait, lorsqu’il a été confronté à ces atrocités, l’ancien maire W. D. Lighthall a écrit que « les documents en possession de la famille de M. Clarke le disculpent complètement. » Peut-être que oui, peut-être que non, seul le temps nous le dira.

Après ce long traité, j’espère que vous conviendrez qu’il s’agit d’une histoire qui se devait être racontée. Comme nous le verrons, les anecdotes qui se cachent derrière la rue actuelle sont assez banales par rapport à la personne à qui elles rendent hommage.

Dans les années 1890, la Montreal Light, Heat & Power Company ( acquise par Hydro-Québec en 1944) avait une station de pompage sur l’avenue Clarke. La compagnie possédait un réservoir sur la Côte des Neiges qui alimentait en eau les villes de Saint-Louis, Saint-Henri, Sainte-Cunégonde, Westmount et Verdun. La présence de cette station de pompage est le résultat de plusieurs litiges entre la compagnie et un résident local.

Ce dernier soutenait que la rue était résidentielle et que la station fonctionnait jour et nuit et que la suie et la vapeur d’échappement tombaient sur la propriété du plaignant au point de la rendre inhabitable. La station a été déménagée à Saint-Gabriel en 1930, l’eau étant fournie par un plus grand réservoir à Outremont. Le quartier situé à la limite supérieure de Westmount a continué à recevoir son eau du réservoir de la Côte-des-Neiges. Le bâtiment de la compagnie d’électricité a été démoli en 1935.

‘Il est à noter que les premiers feux de circulation sur l’île de Montréal ont été installés sur la rue Sherbrooke, à la hauteur des avenues Clarke et Greene, en 1927.’

Parmi les autres éléments notables, citons l’achat d’un terrain, en 1908, par le Protestant Infants Home pour ses institutions. La ville n’était pas favorable à ce projet et a adopté un règlement empêchant toute construction non résidentielle dans la rue. Un an plus tard, l’institution a vendu la parcelle de terrain à un promoteur local.

En 1910, la Commission des écoles catholiques a obtenu un terrain sur l’avenue Clarke pour relocaliser l’école Elm, aujourd’hui connue sous le nom d’école Saint-Léon-de-Westmount. Soit dit en passant, la première école de Westmount était située sur l’avenue Clarke, au niveau de la Côte Saint-Antoine. La date est incertaine, mais la première enseignante était une certaine Miss Turnbull.

Une section appelée Grove Park Estate existait sous la forme d’un terrain vague entre les avenues Clarke et Mountain. Elle a été subdivisée en lots à bâtir en 1921, et une nouvelle rue (aujourd’hui appelée Grove Park) a été construite à travers la zone. En outre, un lotissement situé à l’extrémité de l’avenue Clarke était connu sous le nom de Clarke Place.

Plusieurs églises ont orné la rue – Ascension of Our Lord, Bethlehem Church (1896) et English Lutheran Church of the Redeemer (1928).

Il est à noter que les premiers feux de circulation sur l’île de Montréal ont été installés sur la rue Sherbrooke, à la hauteur des avenues Clarke et Greene, en 1927.

Le développement de la rue s’est poursuivi de manière relativement calme. Cependant, en 1959, lorsqu’une importante rupture de conduite de gaz et d’eau s’est produite juste au nord de la rue Sherbrooke, la nouvelle a retenu l’attention nationale. Heureusement, personne n’a été blessé.

Enfin, le conseil municipal a ajouté un espace vert supplémentaire à la municipalité en construisant un parc sur l’avenue Clarke à l’angle de la rue Sainte-Catherine en 1974.

227 Clarke Avenue

227 Clarke

Cela nous amène à la fin du récit de l’avenue Clarke, l’histoire de la famille Clarke éclipsant tous les événements survenus au cours du développement de la rue.

Il y a d’autres anecdotes à découvrir – celles qui sont cachées dans les maisons majestueuses qui ornent l’une des nombreuses belles rues de Westmount. Promenons-nous sur l’avenue Clarke et découvrons des récits oubliés (parfois tragiques) qui attendent d’être partagés.

227 Clarke
La résidence a été transformée en habitation bifamiliale en 1944.

229 Clarke

« Une profusion de palmiers, de fougères, de flèches, de lis de Pâques, d’œillets roses et blancs et de roses a décoré la maison du major et de Mme R. Sullivan David… hier après-midi pour le mariage de leur fille unique, Mlle Gwendoline L. David, avec M. Gustav A. Vorstcher… de Barman Allemagne… »
– Montreal Gazette, 26 avril 1912

237 Clarke Avenue

237 Clarke

235 Clarke
Joseph Louis Archambault K. C., bâtonnier du Barreau de Montréal et procureur de la ville (1925)
Emanuel Emery, vérificateur adjoint, recettes passagers, Chemin de fer Canadien Pacifique (1937)

237 Clarke
Paul Rivet (1954)
La maison a été le théâtre d’une fusillade, entre beaux-parents, lors d’une réception de mariage. Paul Rivet a été accusé d’avoir blessé plusieurs invités.

250 Clarke
Le Royal Westmount, connu aujourd’hui sous le nom de La Royale (1966)
George Ian Craig, conseiller municipal de la ville de Westmount (1974)

285 Clarke

Église luthérienne évangélique du Rédempteur (1928)

« L’église évangélique luthérienne du Rédempteur de Montréal, au Québec, a été fondée le 15 janvier 1905. De 1905 à 1910, la congrégation se réunit dans une maison située sur la rue Mountain à Montréal, Québec. Au printemps 1910, l’église déménage dans un nouvel emplacement sur la rue Essex (aujourd’hui le boulevard Dorchester). Au printemps 1912, la congrégation achète l’ancienne Bethlehem Congregational Church située sur Clarke Avenue. En 1962, l’ancien bâtiment de l’église est démoli et une nouvelle église est construite. En 1996, la congrégation fusionne avec l’église Christ in Dollard-des-Ormeaux, et devient l’église luthérienne Christ the Redeemer de Dollard-des-Ormeaux, Québec, qui fait partie du Synode de l’Est de l’Église évangélique luthérienne du Canada. »
– Archives et collections spéciales de l’Université Wilfrid Laurier

Lobby of the Royal Westmount

Hall d’entrée du Royal Westmount

331 Clarke
F. Evans, Mission biblique et médicale de Zenana (1927)

« En 1821, Mary Ann Cooke ( qui deviendra bientôt Mme Wilson) débarque à Calcutta avec l’intention d’y ouvrir une école pour éduquer les jeunes femmes hindoues. Bien qu’elle se soit heurtée à une forte opposition de la part de personnes peu disposées à accepter l’idée que des femmes puissent recevoir une éducation, elle travailla en étroite collaboration avec la Church Mission Society pour mettre en place une école destinée aux filles. En 1852, Mme Mackenzie, une collègue de Mlle Cooke, écrit à l’activiste sociale Mary Jane Kinnaird (qui fondera plus tard la YWCA) pour lui demander son aide afin de faire progresser le travail de l’organisation. L’implication de Lady Kinnaird a permis la croissance rapide de l’organisation et son expansion à travers l’Inde. La collecte de fonds en Grande-Bretagne fut menée par des enthousiastes telles que Harriett Urmston, qui apporta son soutien en 1875. En 1880, des conflits internes au sein de l’organisation entraînèrent la rupture de la Church of England Zenana Mission. »

« À partir de 1880, l’organisation fut connue sous le nom de Zenana Bible and Medical Mission, son objectif s’étant élargi pour inclure la médecine. En 1881, une employée de Zenana, Miss Bielby, rencontra la reine Victoria au château de Windsor pour lui demander de l’aider à faire connaître le travail de l’organisation, une demande à laquelle la reine accéda. C’est à cette époque que l’organisation commença à s’étendre avec des travailleurs provenants du Canada, de la Nouvelle-Zélande, d’Irlande et des États-Unis, ainsi que de la Grande-Bretagne.”
– Wikiwand

343 Clarke Avenue

343 Clarke

Warwick Apartments (1930)
John James Robertson, courtier en douane (1932)

335 Clarke
William Francis Smith, surintendant de la société Excelsior Life Insurance Company (1940)

336 Clarke
Action chrétienne pour l’abolition de la torture (1992)

337 Clarke

343 Clarke
Les appartements Berkeley (1915)

« Suites de ménage… aménagements modernes sans pièces intérieures… Suites contenant 5, 6 et 10 pièces. Loyers raisonnables. »
– Publicité, 1915

345-347-349 Clarke Avenue

345-347-349 Clarke

James Renwick (1926)

« Associé à la société Cassils & Cameron, il a ensuite été employé par le chemin de fer du Canadien Pacifique, puis a été associé à la société Kyle, Cheesbrough & Company. M. Renwick était autrefois membre des Victoria Rifles et a participé au raid des Fenians en 1870… »
– Montreal Gazette, 14 juillet 1926

347 Clarke
Wykeham House School, école préparatoire pour garçons avec internat (1899)

349 Clarke
John Tooke, Tooke Brothers (1915)

363 Clarke
Allan C. MacKenzie, ingénieur, entretien de la voie, ligne de l’Est, Chemin de fer Canadien Pacifique (1933)

369 Clarke
Révérend M. S. Oxley (1903)
La résidence a servi de presbytère.

The Grovers Building

L’édifice Grovers / Tooke Brothers Limited, 640-644, de Courcelle, Montréal, 1945 • Image : Domaine public

Canadian Pacific Railway logo370 Clarke

« QUE le certificat de mérite d’honneur soit décerné au lieutenant J. Hale et au pompier R. Hearn pour avoir sauvé la vie de Master Garran Pennington, lors d’un incendie survenu au 370, avenue Clarke, le samedi 5 novembre 1977. »
– Procès-verbal du Conseil, 1977

375 Clarke

Soon Hum, blanchisseur (1903)

“Soon Hum, un blanchisseur chinois habitant au n° 375 de l’avenue Clarke à Westmount, a été trouvé pendu par le cou dans une pièce à l’arrière de son magasin à 18h30 hier soir… on a trouvé sur une table une lettre écrite par Hum, déclarant son intention de se suicider…”
– Montreal Gazette, 24 août 1903

383-385 Clarke Avenue

383-385 Clarke

376 Clarke
Synagogue Shaar Hashomayim

379 Clarke
Mlles Sarah et Jessie Shanks (1898)
La résidence a servi d’école.

385 Clarke
James Matthew McMahon, James Linton Shoe Company (1943)
La résidence a été convertie en habitation bifamiliale en 1944.

387 Clarke
William H. Davies, commissaire de bord, SS Campana (1926)

395 Clarke
Arthur Francis Renault, représentant commercial, Nova Scotia Textile Company (1941)

399 Clarke
Savoy Plaza (1967)

S.S. Campana

S.S. Campana à Pictou vers 1903 • Image : Carte postale Warwick & Rutter

387 Clarke Avenue

387 Clarke

403 Clarke
Consulat du Venezuela (1943)

416 Clarke
Louis Loranger, juge principal, Cour supérieure du Québec (1951)

428 Clarke
Conseil d’administration, Protestant Infants’ Home (1932)

434 Clarke
George E. Cross, instructeur en dessin, École technique de Montréal (1939)

403 Clarke Avenue

403 Clarke

436 Clarke
William George Slack, trésorier, Compagnie de téléphone Bell du Canada (1934)

444 Clarke
Major Charles Hope (1944)
Son fils, le sous-lieutenant d’aviation John Charles William Hope, est mort au combat.

Peter Michael McEntyre, expert-comptable, conseiller municipal de la ville de Westmount (1962)

449 Clarke
J. Alfred Herbert, président de la société C. W. Lindsay & Company Limited (1942)

« C.W. Lindsay & Co., une chaîne de magasins de pianos, de phonographes et de partitions musicales. L’entreprise a vu le jour en 1877, lorsque Charles William Lindsay (né à Montréal le 6 avril 1856, décédé le 7 novembre 1939), aveugle depuis l’adolescence, est revenu de Boston après avoir étudié l’accordage et la réparation de pianos à l’Institut Perkins pour les aveugles. »

Lindsay ad

Publicité de Lindsay • Image : Montreal Gazette 1927

« Il commence à exercer son métier mais se met rapidement à vendre des pianos restaurés. Il devient l’agent de Heinzman en 1883, puis obtient des contrats avec deux entreprises de Boston. En 1902, l’entreprise est transformée en société à responsabilité limitée, et Lindsay construit son propre immeuble de sept étages sur la rue Sainte-Catherine Ouest. Il rachète d’autres entreprises : une partie de Orme & Son d’Ottawa (1909), Cordingly de Brockville, Ontario (1910), la succursale montréalaise de Nordheimer Piano & Music Co (1911), Foisy Frères de Montréal (1914), Riggs de Belleville, Ontario (1916), et en 1917 J.-A. Hurteau et la Compagnie générale des phonographes. Hurteau ainsi que la Compagnie générale des phonographes de Montréal. En 1915, il a également fait construire à Québec un immeuble de cinq étages à l’angle des rues St-Jean et St-Eustache, géré par C. A. Hurteau. »

« En plus de vendre des rouleaux pour pianos mécaniques, des phonographes, des partitions et des disques, la Lindsay Co achetait des pianos, notamment ceux fabriqués par Lesage et Craig, et les vendait sous son propre nom. Le grand magasin Woodhouse de Montréal a racheté C.W. Lindsay & Co. en 1944 et a progressivement acquis les différentes succursales dans les années 1950. Une publicité datant de 1947 mentionne trois magasins à Montréal, ainsi que des succursales à Kingston et Ottawa, en Ontario, et à Québec, Trois-Rivières et Verdun, au Québec. »
– Encyclopédie canadienne

428 Clarke Avenue

428 Clarke

450 Clarke

« Mme H. Bernstein, âgée de 86 ans, a été asphyxiée par la fumée… lorsque la résidence de Max Rothschild… a été partiellement détruite par le feu… Rien dans la maison n’a pu être sauvé… L’étage supérieur de la maison a été gravement endommagé, tandis que l’étage inférieur a beaucoup souffert de l’eau. La maison est l’une des plus anciennes de la ville de Westmount, ayant été construite il y a 75 ans par la famille Greenshields. La dernière membre connue des Westmountais était Mme Greenshields, qui a finalement vendu la propriété et est partie en Angleterre. La propriété appartient maintenant à la National Trust Company… »
– Montreal Gazette, 18 septembre 1922

455 Clarke
Michael Arthur Phelan, Phelan, Fleet, Robertson et Abbott, cabinet d’avocats, et vice-président de la Montreal City and District Savings Bank (aujourd’hui la Banque Laurentienne du Canada) (1945)

Advertisement, McGill University Yearbook 1919

Publicité de la Montreal City and District Savings Bank • Image : Annuaire de 1919 de l’Université McGill

469 Clarke
Club de cricket de Westmount (1925)

473 Clarke
E. A. Reinhardt, Reinhardt Manufacturing Company (1908)

« M. E. A. Reinhardt, jusqu’à il y a peu à la tête de la Reinhardt Manufacturing Company, s’est suicidé hier… les blessures ont été infligées alors que la victime était confinée à son domicile, 473, avenue Clarke, Westmount… »
– Montreal Gazette, 7 mars 1908

511 Clarke
Arthur E. Cook, directeur adjoint, Elder & Dempster & Company Limited (1923)

British and African Steam Navigation ad 1926

British and African Steam Navigation ad 1926

Sir Henry Thornton (1924)

« En 1922, M. Thornton est devenu président de la toute nouvelle Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CNR), s’efforçant de consolider plusieurs des principaux chemins de fer du Canada et d’intégrer le service de navigation à vapeur du Canadien National au système de transport national. Il a également fait en sorte que le CN se lance dans le développement d’hôtels et de centres de villégiature. Il en résulte le déplacement d’une partie importante de la population canadienne vers l’intérieur du pays. Il a établi un système de radio pour accompagner les trains, qui est devenu la Société Radio-Canada. Le style de vie somptueux de Thornton et ses relations politiques ont causé des problèmes majeurs lorsque le gouvernement a changé durant la Grande Dépression. »
– Société des ordres et médailles d’Amérique

« La Commission royale sur les chemins de fer et les transports en 1931 a sonné la fin de Thornton, lorsqu’un groupe de députés conservateurs, connu sous le nom de Wrecking Brigade, l’a forcé à démissionner l’été suivant. Il fut également privé de sa pension, ce qu’un député libéral a appelé la sentence la plus brutale qu’un homme ait jamais reçue du gouvernement du Canada. D’une timidité peu caractéristique, il avait refusé de se défendre contre le gouvernement Bennett à un moment critique. Il a cherché à partir tranquillement. Lorsque les députés libéraux ont demandé qu’il remette ses papiers personnels, il les a brûlés plutôt que de les voir utilisés à des fins politiques. »

H. W. Thornton

H. W. Thornton vers 1914 • Image : Bain News Service, Wikimedia Commons

« Dans la nuit du 1er août 1932, Thornton et sa femme montèrent à bord de sa voiture privée équipée d’une radio et quittèrent la gare Bonaventure de Montréal pour New York. Dans une série d’ultimes gestes malveillants, le gouvernement Bennett avait forcé une grande banque canadienne à le retirer de son conseil d’administration, puis avait gâché sa chance de diriger les chemins de fer de l’État indien. Il est mort, ruiné, d’un cancer à New York le 14 mars 1933, la nuit où il aurait dû être de retour au Canada pour un dîner donné par les employés du CNR. Les syndicats des chemins de fer ont par la suite été crédités d’avoir organisé des campagnes massives contre chaque membre de la Wrecking Brigade, et ont eu le plaisir de les voir tous subir la défaite, ainsi que Bennett, lors de l’élection fédérale de 1935. »
– Histoire de la radiodiffusion canadienne

512 Clarke
Le “Edgemont”
Considéré, dans certaines publications, comme la maison originale de la famille Clarke.

515 Clarke
Les jardins de la résidence ont remporté un prix, en 1902, de la Société d’horticulture de Montréal.

Peter Douglas Lyall

Peter Douglas Lyall • Image : Société historique du Manitoba

William Lyall, Peter Lyall & Sons, société de construction (1915)
La société était l’une des principales entreprises contractantes du Canada et a réalisé de nombreux bâtiments remarquables au pays, y compris l’édifice central du Parlement après qu’il ait été détruit par un incendie en 1916. Parmi les autres travaux, mentionnons l’hôtel Royal Alexandra à Winnipeg, l’édifice de l’UQAM sur Sherbrooke, l’édifice de la Chambre de commerce et la gare du chemin de fer Viger.

La résidence fut détruite par l’explosion d’un fournaise en 1922.

517 Clarke
Révérend W. J. Clark, pasteur, Église unie St. Andrew’s (1947)

525 Clarke
George William Oliver, dentiste, président du Collège dentaire de McGill (1933)

Jacques-Viger Building,

Édifice Jacques-Viger, 700, rue Saint-Antoine Est, Montréal • Image : Creative Commons

533 Clarke
Son fils, le sergent de combat Philip Weir Davis, est mort au combat

536 Clarke
Alexandre Casgrain, Wainwright, Elder et McDougall, cabinet d’avocats (1941)
Mort au combat alors qu’il servait dans l’Aviation royale du Canada.

Guaranteed Pure Milk Company advertisement

Publicité de la société Guaranteed Pure Milk

601 Clarke
W.H. Trenholme, ancien maire de Westmount et président de la Guaranteed Pure Milk Company (1907)
La résidence a été endommagée par un incendie au sous-sol en 1948.

604 Clarke
Donald Newton Byers, avocat et conseil de la reine, conseiller municipal de la ville de Westmount (1964)

Canada Steamship Lines advertisement

Publicité pour la Canada Steamship Lines

605 Clarke
Joseph Irvine Hobson, trésorier, Canada Steamship Lines (1937)

607 Clarke
Blair Russel (1940)
Son fils, le lieutenant d’aviation B. Dalzell Russel, a reçu la Distinguished Flying Cross alors qu’il servait dans le 1er escadron de chasseurs de l’Aviation royale du Canada.

610 Clarke
Lord Congleton, John Brooke Molesworth Parnell (1922)

« Lieutenant-commissaire Lord Congleton, Royal Navy, dont le décès est survenu le 21 décembre 1932 à Londres, était le deuxième fils du quatrième baron Congleton. Il est né à Clonmel, Tipperary, en 1892, et a succédé au titre lorsque son frère, le cinquième Baron, est mort au combat en 1914. »

« En 1923, il est nommé directeur de la société G. D. Peters and Company, Windsor Works, Slough, et plus tard, en tant que directeur d’usine, il a le contrôle total de la production de sa société. Il s’est particulièrement intéressé au développement des appareils de signalisation électrique dans lesquels s’est spécialisée l’une des filiales de la société, à savoir la British Power Railway Signal Company. »

Distinguished Flying Cross

Médaille de la Distinguished Flying Cross

« Lord Congleton (qui était alors l’honorable John Brooke Molesworth Parnell) a reçu sa formation navale à Osborne et à Dartmouth entre 1905 et 1909, et a été promu aspirant de la Royal Navy. Il a été promu sous-lieutenant en 1912 et lieutenant en 1913. Pendant son séjour en Chine en 1912, il a reçu la médaille de la Royal Humane Society pour avoir sauvé des vies. En 1916, il est qualifié pour le tir au canon et obtient plus tard le certificat de veille de la salle des machines. Il prend sa retraite de la marine en 1919 avec le grade de capitaine de corvette. »

« Lord Congleton suit ensuite un cours d’ingénierie de cinq mois à l’University College de Londres, puis se rend au Canada où il poursuit ses études à l’Université McGill de Montréal, de 1919 à 1921. Pendant les vacances d’été de 1920, il travaille comme ajusteur dans les usines de la Canadian-Vickers, à Montréal. L’année suivante, il obtient un baccalauréat en sciences de l’Université McGill, avec spécialisation en génie mécanique. Il est ensuite entré aux usines de Lachine, au Québec, de la Rapid Tool and Machine Company. »

« Lord Congleton a été élu membre associé de l’Institution en 1927 et est devenu membre l’année suivante. Il a siégé au Comité de gestion de la Caisse de bienfaisance de l’Institution ainsi qu’à diverses autres organisations de bienfaisance et d’éducation liées à la profession d’ingénieur. »
– Grace’s Guide to British Industrial History

John Clarke Stanton, directeur, division canadienne, Sun Life du Canada, compagnie d’assurance-vie (1936)

John Crosbie Cushing, maire de la ville de Westmount (1957)

Queen Elizabeth in Westmount

Visite de la reine Elizabeth II à Westmount (1959). Le maire de Westmount, John Crosbie Cushing, présente une cruche de sirop d’érable à la reine devant l’hôtel de ville. À sa droite, le maire de Montréal, Sarto Fournier • Image : Ted Harrison, courtoisie de la ville de Westmount.

629 Clarke
Arthur W. McMaster, administrateur de la bibliothèque, ville de Westmount (1948)

630 Clarke
Dr. C. P. Howard (1933)

« Campbell Palmer Howard est né le 2 avril 1877 à Montréal, Québec, Canada. Son père, Robert Palmer Howard, était médecin, et son parrain, Sir William Osler (1849-1919), était un médecin très respecté. Diplômé de la Montreal High School, puis du Montreal Collegiate Institute, Howard a obtenu un baccalauréat de la faculté des arts du McGill Medical College (devenu plus tard l’Université McGill) en 1897. Il a obtenu le diplôme de médecine de McGill en 1901. »

Molson’s Ale advertisement

Publicité pour la bière Molson en 1924 • Image : Domaine public

« Après avoir obtenu son diplôme, il a fait un internat d’un an à l’Hôpital général de Montréal et a été médecin résident adjoint à l’Hôpital Johns Hopkins de 1902 à 1906. Howard a effectué des études supérieures à l’Université de Munich de 1906 à 1907. Au cours des trois années suivantes, il a enseigné la chimie clinique et un cours sur les maladies des adolescents à l’Université McGill, tout en étant médecin à l’Institut Royal Edward pour la tuberculose à Montréal. »

« Le Dr Howard a rejoint la faculté de l’Université d’État de l’Iowa en septembre 1910 en tant que professeur et chef du département de théorie et de pratique de la médecine, avec pour spécialité la bactériologie. Il a été recruté en raison de sa formation, qui était l’un des changements suggérés pour l’IUE par Abraham Flexner, à la suite du rapport de Flexner de 1910 sur l’éducation médicale aux États-Unis et au Canada. Flexner avait fait l’éloge du McGill Medical College dans son rapport. En 1921, Howard a également été nommé médecin en chef de l’hôpital universitaire et a réussi à attirer des médecins talentueux au sein de la faculté. »

Order of the British Empire

Ordre de l’Empire britannique

« Howard a démissionné le 1er juillet 1924 pour devenir professeur de médecine à l’Université McGill et médecin à l’Hôpital général de Montréal. Au cours de sa carrière médicale, Howard a été président de l’Association of American Physicians et de la Society for Clinical Investigation. Il a été conférencier invité par la Iowa State Medical Society lors de la session de Des Moines en mai 1931. »

« En 1911, Howard épousa Ottille Frances Wright, une nièce d’Osler, et ils eurent un fils, R. Palmer Howard, M. D., qui devint directeur du programme d’histoire de la médecine au Centre des sciences de la santé de l’Université d’Oklahoma. C. P. Howard est décédé le 3 juin 1936. »
– Archives de l’Université de l’Iowa

632 Clarke
E. H. Smith, Chapitre du Duc de Gloucester, I.O.D.E. (1939)

634 Clarke
John H. Molson, Vice-président, Brasserie Molson (1941)
Décoré de l’Ordre de l’Empire britannique en 1945..

Image d’entête : Andrew Burlone
Autres images: Michael Walsh, sauf mention contraire

Button Sign up to newsletter – WestmountMag.ca

Autres articles par Michael Walsh
Autres articles récents


Michael Walsh - WestmountMag.ca

Michael Walsh est un résident de longue date de Westmount. Heureux d’être retraité après avoir passé près de quatre décennies dans le domaine de la technologie de l’enseignement supérieur. Étudiant professionnel par nature, sa formation universitaire et ses publications portent sur la méthodologie statistique, la mycologie et la psychologie animale. Maintenant, il aime se balader avec son chien tout en découvrant le passé de la ville et en partageant les histoires des arbres majestueux qui ornent ses parcs et ses rues. Il peut être contacté à l’adresse michaelld2003 @hotmail.com ou sur son blog Westmount Overlooked




There are no comments

Add yours