cannabis

Questions d’immobilier :
Marijuana et valeur de revente

La légalisation de la marijuana engendre un changement d’attitude

Par Joseph Marovitch

À compter de septembre 2018, le Canada légalisera la marijuana à des fins récréatives. Mon pharmacien me dit que les gens qu’il ne pensait jamais utiliser de marijuana sortaient de l’ombre pour demander s’il vendait le produit. Cette nouvelle légalisation aura un fort impact car de nombreux individus qui n’ont jamais consommé de drogues vont maintenant essayer.

La légalisation des drogues récréatives peut avoir une incidence sur la vente de votre maison. Lors de la vente d’une propriété, le vendeur est tenu de remplir une déclaration du vendeur ou DV. La DV indique l’état physique de la maison au meilleur des connaissances du vendeur. Le document de la DV comprend six pages de questions auxquelles on peut répondre par « oui », « non » ou « je ne sais pas ». Une des questions est: La marijuana a-t-elle été utilisée ou cultivée dans la maison?

La légalisation des drogues récréatives peut avoir une incidence sur la vente de votre maison.

Dans le passé, si les vendeurs répondaient oui à cette question, cela aurait eu pour effet de dévaluer la propriété. Une réponse positive aurait indiqué que la maison était utilisée pour des activités illégales, hébergeant des personnages louches faisait la promotion de la violence. Dans certains quartier, c’est encore l’impression que les voisins et les acheteurs en ont.

Il y a eu un changement marqué dans l’attitude envers la marijuana suite à l’annonce de sa légalisation. Alors que la drogue était autrefois associée au crime et à la violence, elle est maintenant considérée comme un médicament miracle ayant des effets positifs sur l’humeur, la peau, l’épilepsie, la dystrophie musculaire, le sommeil et bien plus encore. Avec sa légalisation, la marijuana n’est plus liée au crime et à la violence.

Suite à la légalisation, les effets de la marijuana seront étudiés de près pour trouver s’il y a des avantages positifs à son utilisation car de plus en plus de gens seront curieux et voudront l’essayer. Beaucoup d’autres ont déjà consommé de la marijuana dans le passé et, sans l’illégalité et la stigmatisation passée, ces personnes seront beaucoup plus ouvertes à ce sujet. Par conséquent, les prévisions sont que la marijuana n’affectera plus négativement la revente d’une maison.

En fait, des études récentes dans des états et provinces qui ont déjà légalisé la marijuana indiquent une augmentation de la valeur des propriétés situées dans les zones proches des dispensaires de marijuana. S’il existe un marché pour les propriétés près d’un magasin de marijuana, cela ne signifie pas qu’il serait sage d’utiliser la drogue dans les maisons. Comme le tabac, la marijuana peut laisser une odeur persistante dans la maison, et la plupart des acheteurs ne veulent pas acheter une maison qui sent la cigarette ou le pot.

‘… des études récentes… indiquent une augmentation de la valeur des propriétés situées dans les zones proches des dispensaires de marijuana.’

À mon avis, la possession de marijuana à la maison, en termes de valeur de revente, affectera de moins en moins la revente jusqu’à ce que, dans peu de temps, ce ne soit plus un problème.

À mesure que la demande pour la marijuana récréative légale se développera, il en sera de même pour la valeur de revente des propriétés situées à proximité des magasins qui vendent la drogue.

Dans un avenir proche, l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) supprimera probablement de la déclaration du vendeur la question, demandant si la marijuana a été utilisée dans la maison. Au cours des prochaines années, l’usage de la marijuana devrait cependant être considéré lors de l’achat d’une propriété, car on associe encore la drogue avec le crime organisé.

Après que quelques années se soient écoulées suite à la légalisation de la marijuana et que son usage soit considéré aussi banal que celui de la cigarettes et de l’alcool, la marijuana augmentera probablement la valeur de la propriété en termes de proximité des dispensaires.

Sujet du prochain article : Avantages et désavantages de louer des maisons de campagne meublées, et existe-t-il un marché ?


L’état du marché

Il y a une demande croissante pour les appartements locatifs haut de gamme. Cette demande provient de familles dont les enfants ont déménagé et de jeunes professionnels célibataires et en couple. À ce titre, les promoteurs recherchent des propriétés à revenus à travers la ville et les banlieues, avec l’intention de moderniser ces propriétés pour créer des appartements luxueux répondant à la demande croissante.

Cette démarche des promoteurs visant à acheter des immeubles d’habitation âgés a une incidence positive pour les propriétaires qui envisagent de vendre leurs propriétés à revenu. Cette demande d’achat et de rénovation fournit une valeur ajoutée aux biens à revenus à vendre, puisque l’acheteur ne cherche pas un taux de capitalisation de 5 plus. L’acheteur cherche un gain à long terme plus grand en modernisant le bâtiment afin d’en faire une propriété de statut de luxe avec des loyers beaucoup plus élevés. Cela signifie que l’acheteur est prêt à payer plus pour la propriété.

Si vous êtes propriétaire d’une propriété à revenu dans une zone aisée de la ville, il serait plus rentable de trouver un promoteur pour acheter votre immeuble, plutôt qu’un acheteur uniquement intéressé par votre propriété en tant qu’immeuble à revenu avec un flux de trésorerie inférieur.

Button Sign up to newsletter – WestmountMag.ca
Image : Plant Perception

À lire aussi : Question d’immobilier : Propriété à revenu / 9


Joseph Marovitch - WestmountMag.ca

Joseph Marovitch œuvre dans le secteur des services depuis plus de 30 ans. Sa première carrière en tant que propriétaire et directeur du Camp Maromac, un camp d’été établi en 1968, a consisté à travailler avec des familles d’enfants de Westmount et des environs âgés de 6 à 16 ans. Maintenant, en tant que courtier immobilier, il offre les mêmes qualités de fiabilité, d’intégrité et d’honnêteté afin de protéger les intérêts de ses clients. Si vous avez des questions, contacter Joseph Marovitch au 514 825-8771, ou à josephmarovitch@gmail.com

LinenChest.com



Il n'y a aucun commentaire

Ajouter le vôtre

Logo WestmountMag.ca


Sign-up to WestmountMag.ca’s newsletter and get regular email notification of our latest articles.

Abonnez-vous à l’infolettre de WestmountMag.ca pour recevoir régulièrement par courriel la liste des articles les plus récents.