summit-lookout_1048-2

Lieux de Westmount:
Le boisé Summit Woods

L’évolution de notre forêt urbaine depuis sa création

Par Michael Walsh

14 avril 2022
Sir William Christopher Macdonald

Sir William Christopher Macdonald – Creative Commons

Question rapide : qui était le magnat du tabac et philanthrope qui est à l’origine de la forêt urbaine de Summit Woods ? La réponse est Sir William Christopher Macdonald (1831-1917), fondateur de la W. C. Macdonald Co. qui fabriquait du tabac à fumer et à mâcher. Le succès de l’entreprise a fait de lui un millionnaire, plusieurs fois, à un jeune âge.

La générosité de Macdonald envers l’Université McGill a permis la création de plusieurs facultés et bâtiments ainsi que la formation du Campus Macdonald.

Il est intéressant de noter qu’il méprisait le tabac et qu’il a changé l’orthographe de son nom de famille de MacDonald à Macdonald lorsqu’il a été fait chevalier, en 1898, afin de se distancier des produits de sa société. L’entreprise est demeurée à Montréal jusqu’en 1974, date à laquelle elle a été vendue à R. J. Reynolds qui, en 1999, a vendu ses activités non américaines à la société Japan Tobacco Inc. qui fabrique actuellement ses produits du tabac.

La générosité de Macdonald envers l’Université McGill a permis la création de plusieurs facultés et bâtiments ainsi que la formation du Campus Macdonald.

La relation entre Sir William Macdonald et la ville de Westmount a débuté en 1895, lorsqu’il a « fait don à l’Université McGill d’une splendide région au sommet de Westmount pour un observatoire ».

Cette splendide région est composée de schiste d’Utica, une roche sédimentaire noire qui se brise généralement en minces morceaux plats, et de calcaire de Trenton contenant des fragments de fossiles. Dans les zones plus profondes, le calcaire forme un marbre blanc. Dans les puits de pétrole, le ce type de roche produit du gaz naturel et du pétrole brut.

Mirador de Summit Circle au-dessus du parc Sunnyside, vue vers l’est.

L’existence de l’observatoire Macdonald a été de courte durée – « … nous ne pouvons pas espérer une bonne vue dans les limites d’une ville de plus en plus noire à cause de la fumée des usines et des moteurs, en grande partie évitable et inutile ».

Un article fascinant d’Andy Dodge, paru en 1973, décrit comment, entre 1906 et 1928, l’école d’arpentage de McGill a utilisé des blocs de béton (encore visibles aujourd’hui) pour installer des télescope afin d’étudier les étoiles et les planètes.

‘L’Université McGill a utilisé la zone comme laboratoire botanique, la partageant avec le 24e Victoria Rifles of Canada lors de ses manœuvres sur le terrain.’

En 1903, la société Marconi, aujourd’hui connue sous le nom de Telent et appartenant à la société suédoise Ericsson, a construit une station de réception sur ce terrain. Leur station de transmission était située au Park Pier du port de Montréal et servait à la navigation.

Logo Canadian Marconi Company

Logo de la Canadian Marconi Company

Deux ans plus tard, l’Université McGill s’est opposée à la société Marconi dans son projet d’utiliser le sommet de la montagne de Montréal pour y installer une station de télégraphie sans fil. Elle craignait que les signaux radio n’interfèrent avec les instruments utilisés dans le laboratoire de physique de Sir Ernest Rutherford. Parmi ses réalisations, on attribue à Sir Rutherford la division de l’atome en 1913.

Par la suite, l’Université McGill a utilisé la zone comme laboratoire botanique, la partageant avec le 24e Victoria Rifles of Canada lors de ses manœuvres sur le terrain.

‘En 1940, F. Cyril James, principal et vice-chancelier de l’Université McGill, a recommandé la vente du sommet du mont Westmount à la ville de Westmount.’

En 1940, F. Cyril James, principal et vice-chancelier de l’Université McGill, a recommandé la vente du sommet du mont Westmount à la ville de Westmount. Les procès-verbaux du conseil municipal fournissent les détails de la vente.

« Le comité recommande au conseil d’autoriser l’achat, pour en faire un parc ou un terrain de jeu à perpétuité, de la propriété de la Royal Institution for the Advancement of Learning, sur le mont Westmount… avec les bâtiments qui y sont érigés, ladite propriété comprenant toute la superficie d’environ 1 427 288 pieds carrés, plus ou moins, entourée par la rue connue sous le nom de Summit Circle et comprenant également la bande d’un pied du côté ouest de la partie sud-ouest de Summit Circle… le prix à payer pour ladite propriété étant de 300 000 $, le paiement devant être effectué en trois versements de 100 000 $, chacun sans intérêt, avec le premier versement payable à la signature de l’acte de vente, le second versement au plus tard le 1er janvier 1942 et le troisième versement au plus tard le 1er janvier 1943, les vendeurs devant fournir à la Ville de Westmount un titre de propriété clair et valide par une garantie d’acte de vente dans la formulation habituelle…»
– Ville de Westmount, procès-verbal du conseil, 18 mars 1940

Westmount Summit Woods

‘L’Association des sportifs du district de Verdun a introduit des faisans au Summit Woods.’

Le conseil municipal a également approuvé l’attribution d’un nom au parc :

« Le comité recommande que la propriété récemment achetée par la Ville, délimitée par la rue Sherbrooke, l’avenue Wood, le chemin Barat et la rue Vignal, soit nommée Queen Elizabeth Gardens et que la propriété achetée de l’Institution royale pour l’avancement de l’apprentissage, entourée par Summit Circle, soit nommée Summit Park. Proposée l’échevin Panet-Raymond et appuyée par l’échevin Rexford, cette recommandation est adoptée à l’unanimité ».
– Ville de Westmount, procès-verbal du conseil, 22 avril 1940

Au cours de cette même période, l’Association des sportifs du district de Verdun a introduit des faisans sur le sommet. « Ces oiseaux peuvent supporter des conditions hivernales sévères et on s’attend à ce qu’ils s’y établissent de façon permanente ».
– Rapport annuel de la ville de Westmount, 1940

Les autorités du parc de Westmount se chargeant de leur protection, la population de faisans a proliféré et s’est étendue dans un rayon de plus de 20 kilomètres. D’autres changements furent apportés, notamment le défrichage de zones pour l’aménagement de sentiers et de pistes de ski. En outre, la carrière du réservoir de Westmount fut également aménagée sur le sommet (carrière de la Corporation).

En 1948, le Conseil national de recherches installa une tour de radio expérimentale et un bâtiment de service dans le parc du Sommet :

« Le comité recommande que le maire et le secrétaire-trésorier soient autorisés à signer une entente avec le Conseil consultatif honoraire de la recherche scientifique et industrielle, préparée par le solliciteur de la ville, en vertu de laquelle le Conseil consultatif honoraire sera autorisé à ériger et à maintenir, dans la partie ouest du parc Summit, une tour en acier pour des essais de propagation radio, ainsi qu’un bâtiment ou une maison de service pour un générateur et de l’équipement afin de faire fonctionner ladite tour, aux endroits indiqués dans le plan préparé par l’ingénieur de la ville, pour une période de deux ans, à un loyer d’un dollar (1,00 $) par année, le tout à condition que la tour et le bâtiment ne soient pas utilisés à des fins commerciales et soient démontés à la fin de la période de deux ans, et que le site soit ensuite remis dans son état actuel, et que la Ville soit indemnisée et tenue indemne de toute réclamation et de tout dommage dans les lieux ».
– Procès-verbal du conseil de la ville de Westmount, 8 mars 1948

‘En 1948, le Conseil national de recherches installa une tour de radio expérimentale et un bâtiment de service dans le parc du Sommet.’

En 1962, la Gendarmerie Royale du Canada, utilise l’élévation du sommet pour son bâtiment de service radio : « Il est proposé, appuyé et résolu à l’unanimité de prolonger l’entente entre la Ville et la Gendarmerie royale du Canada pour l’utilisation du parc du Summit Woods pour un bâtiment et un mât de service radio pour une période de deux ans à partir du 20 mars 1962, et que le maire et le secrétaire-trésorier soient autorisés à signer ladite prolongation au nom de la Ville ».
– Procès-verbal du conseil de la ville de Westmount, 5 mars 1962

Aujourd’hui, le bois Summit Woods (en français : Sommet de Westmount) est utilisé par les observateurs d’oiseaux, les adeptes de loisirs, les photographes de nature et les promeneurs de chiens. Cette utilisation mixte de la zone provoque, à l’occasion, des conflits entre les différents groupes d’utilisateurs. En fait, les défis de la gestion de cette propriété ont été discutés dans les cercles universitaires, plus précisément dans la thèse de maîtrise de 2013 de Taryn Graham à l’Université de Waterloo.

Westmount - Summit Woods eastward view

Summit Woods à Westmount – image: Abdallahh – Creative Commons

En fait, l’histoire de Summit Woods continue de nos jours. En 2016, le Conseil a approuvé la fermeture permanente d’un tiers de Summit Circle et la création d’un sentier de gravier en serpentin. Cette idée n’est pas nouvelle : elle avait été proposée à l’origine en 1990 et rejetée en raison de la logistique nécessaire pour permettre l’accès aux véhicules d’urgence.

‘En 1962, la Gendarmerie Royale du Canada, utilise l’élévation du sommet pour son bâtiment de service radio.’

La prochaine fois que vous vous promènerez sur les sentiers du sommet, que ce soit seul, avec votre chien ou lors d’observation d’oiseaux, n’oubliez pas de rester sur les sentiers et de ne pas cueillir de fleurs sauvages. Réfléchissez plutôt à l’histoire légendaire du secteur, une magnifique propriété composée de parcelles ayant appartenu à l’Université McGill, à la Banque Royale, au Domaine Yuile et au Domaine Archibauld.

Enfin, rappelez-vous que la région ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui sans la vision et la générosité de Sir William Christopher Macdonald.

Images : Andrew Burlone, sauf indication contraireButton Sign up to newsletter – WestmountMag.ca

À lire aussi : Les lieux de Westmount : un héritage à découvrir


Michael Walsh - WestmountMag.ca

Michael Walsh est un résident de longue date de Westmount. Heureux d’être retraité après avoir passé près de quatre décennies dans le domaine de la technologie de l’enseignement supérieur. Étudiant professionnel par nature, sa formation universitaire et ses publications portent sur la méthodologie statistique, la mycologie et la psychologie animale. Aujourd’hui, il aime se balader avec son chien tout en découvrant le passé de la ville et en partageant les histoires des arbres majestueux qui ornent ses parcs et ses rues. Il peut être contacté à l’adresse michaelld2003 @hotmail.com ou sur son blog Westmount Overlooked


 



There are no comments

Add yours