march_westmountmag

Marche pour Annie

La Marche mondiale pour le climat à Ottawa, réussite à 100%.

Par Patricia Dumais

La 21e Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques a entamé son sommet de 12 jours à Paris, le lundi 30 novembre 2015, en souhaitant la bienvenue aux représentants de 196 pays qui se réunissent dans le but de conclure un accord contraignant pour remplacer le protocole de Kyoto en 2020.

Avant la conférence, la Marche mondiale pour le climat, la plus grande mobilisation pour le climat de l’histoire, a battu tous les records de participation malgré la cancellation de l’événement phare à Paris. De São Paulo à Sydney, environ 785.000 personnes ont marché lors de 2.300 événements dans 175 pays, en parlant d’une seule voix qui disait qu’il est temps de lutter sérieusement contre le changement climatique.

Lorsque je me suis inscrite pour voyager en bus, via la Fondation David Suzuki, pour participer à l’événement d’Ottawa, on m’a aussi offert la possibilité de marcher au nom d’une parisienne qui ne pouvait pas participer dans sa propre ville car, comme vous le savez, l’état d’urgence a été déclaré après l’attaque terroriste du 13 novembre à Paris, empêchant les parisiens de tenir des rassemblements publics. Mais March4me, une initiative de Greenpeace et du Fonds mondial pour la Nature, m’a jumelé avec Annie. Nous nous sommes accointées par courriel et je lui ai promis de la contacter après la marche.

David Suzuki

David Suzuki

Notre autobus arriva peu avant midi devant la mairie d’Ottawa, notre point de départ. Le temps était couvert et froid mais une atmosphère chaleureuse reignait parmi ceux et celles qui attendaient pour débuter la marche, certains se réunissant entre amis ou en famille, d’autres s’assemblant en groupes organisés. Plus de 80 organisations représentant un large éventail social étaient présentes: environnementalistes, groupes de foi et communautaires, premières nations, ONG, étudiants, syndicats, gens d’affaires et groupes de protection de la faune, entre autres.

David Suzuki, un militant écologiste canadien éminent, était parmi les conférenciers qui ont averti les participants de l’urgence de la situation. «Quand les extra-terrestres d’Hollywood attaquent la planète Terre, les humains s’unissent pour défendre leur habitat commun. La même mobilisation doit se faire pour parer au changements climatiques. Nous devons lutter ensemble en tant que membres d’une même espèce», a déclaré Suzuki, accompagné des acclamations d’environ 25.000 personnes. «L’urgence de la lutte est comme pour une guerre.»

Quand les extra-terrestres d’Hollywood attaquent la planète Terre, les humains s’unissent pour défendre leur habitat commun. La même mobilisation doit se faire pour parer au changements climatiques. Nous devons lutter ensemble en tant que membres d’une même espèce… L’urgence de la lutte est comme pour une guerre.

David Suzuki

La marche a par la suite débuté, avec une procession lente mais ordonnée et joyeuse de la foule enthousiaste. Jeunes et vieux, familles et amis, personnes à mobilité réduite, tous en chemin vers la Colline du Parlement, un parcours de deux kilomètres. La plupart portaient des vêtements de couleur verte et certains étaient vêtus de costumes dépeignant les icônes écologiques que sont les ours polaires, les éoliennes et les panneaux solaires. Un grand canot porté par un groupe et un Cheval de Troie faisaient également partie du défilé. A un moment, j’ai crus entendre une voix familière parmi la foule. C’était celle de Shaun Majumder, un des animateurs de l’émission «This Hour Has 22 Minutes» qu’il venait tout juste de terminer d’enregistrer dans le contexte de l’événement et qui maintenant marchait et bavardait avec la foule. Tout autour, les gens brandissaient des panneaux à bout de bras, avec des slogans comme «IL N’Y A PAS DE PLANète B», mon préféré.

En atteignant notre destination, nous nous sommes disposés sur la pelouse du Parlement pour créer un immense 100% qui a été photographié du haut d’une grue et retransmis sur écran géant afin que nous puissions nous voir tous réunis comme dans un gigantesque selfie. D’autres discours par divers conférenciers invités furent suivi d’une cérémonie autochtone de l’eau qui a clôturé l’événement.

 

ottawa climate march, parliament of canada

En bavardant avec les gens pendant et après la marche, j’ai remarqué que beaucoup étaient ravis à l’idée que le Canada perde enfin sa réputation infâme de délinquant environnemental qu’il a malheureusement acquise ces dernières années. La plupart percevait que notre pays pourrait enfin redevenir un leader environnemental sur la scène internationale, avec des objectifs clairs et ambitieux en matière de lutte au réchauffement climatique.

J’ai envoyé un courriel ce soir à Annie, lui disant que tout allait bien et de jeter un oeil à Avaaz et ses images de l’événement à travers le monde au avaaz.org/en/climatemarch

Des images de la Marche mondiale du climat à Ottawa peuvent être vus à 100possible.ca/#live



Il y a 1 commentaires

Ajouter le vôtre

Laisser un nouveau commentaire