man-and-woman_westmountmag

Étiquette de sécurité sociale
durant la COVID-19 /4

D’autres conseils pour vous aider dans les aires communes de votre logement, au bureau et dans les stationnements

Par Wanda Potrykus

La pandémie de la COVID-19 génère une quantité considérable de déchets provenant des articles de protection individuelle, notamment en ce qui concerne l’élimination des masques et des gants. Le grand public a été prié de réserver les équipements de qualité médicale pour le personnel de la santé et pour ceux qui sont les plus exposés, en première ligne du combat contre cette pandémie, tels que les préposés à l’entretien et au nettoyage, le personnel des magasins, les chauffeurs de taxi et des transports publics, les policiers et les agents de la sécurité publique, etc.

Pour les autres, nous sommes encouragés à porter des masques faits maison ou de grade non médical, peut-être fabriqués par notre maison de couture préférée, des organisations communautaires ou par nos amis et voisins. Je propose que nous élargissions cela aux gants également, c’est-à-dire que nous adoptions le port de gants lavables en coton ou en tissu synthétique au lieu des gants jetables en nitrile ou en latex. Nous ne serons peut-être alors plus tentés de les abandonner aussi indistinctement dans nos rues et nos parkings.

Je me sens maintenant presque dénudée à l’extérieur sans mes gants. C’est incroyable la rapidité avec laquelle nous, les humains, pouvons nous adapter si nous y mettons du nôtre.

Ceci est la deuxième partie ou la suite des conseils sur l’étiquette socialement sûre en temps de pandémie dans les ascenseurs et les espaces communautaires. Si vous avez manqué la première partie de cet article, qui énumère les conseils n°1 à 4, vous pouvez y accéder en cliquant ici.

Conseil n° 5 : Portez des gants et essuyez tout ce que vous touchez

Ce conseil s’applique en particulier aux laveries communes, au recyclage et à la collecte des ordures et peut-être même aux boîtes aux lettres de votre immeuble. Pour la buanderie, j’apporte mes lingettes désinfectantes et j’essuie les robinets et les machines à laver (en faisant attention aux réceptacles à billets, aux couvercles et aux portes des sèches-linge). Si j’utilise une nacelle pour transporter des articles de linge, je l’essuie également avant et après utilisation. J’essaie également de ne pas toucher aux rampes ou aux mains courantes des ascenseurs, sauf si je porte des gants. Comme tout le monde, je n’ai pas d’autre choix que de manipuler les poignées des portes d’entrée et du garage, ainsi que celles des buanderies et des salles à ordures et le dessus des poubelles et des conteneurs de recyclage, et je porte donc généralement des gants. Je me sens maintenant presque dénudée à l’extérieur sans mes gants. C’est incroyable la rapidité avec laquelle nous, les humains, pouvons nous adapter si nous y mettons du nôtre.

man putting on gloves - WestmountMag.ca

Image: Marcus P. – Unsplash

Autrefois les femmes portaient des gants en toute saison, et pourquoi ne ferions-nous de même aujourd’hui, incluant les hommes ?

Quand j’étais enfant, ma mère ne sortait jamais de la maison sans porter de gants. Culturellement, en Europe, cette pratique s’est largement maintenue jusqu’au milieu ou vers la fin des années 60. Ma mère coordonnait la couleur de son chapeau et de ses gants, et parfois aussi de ses chaussures, pour toutes les saisons de l’année, en utilisant du coton léger, de la rayonne, ou plus tard du polyester pour l’été, tandis que mes sœurs et moi portions des chapeaux et des gants en coton blanc en été pour aller à l’église jusqu’au début ou au milieu de l’adolescence environ.

Lorsque cette pandémie s’est profilée et que le pronostic prévoyait que nous devrions attendre environ un an à 18 mois pour un vaccin, j’ai essayé de trouver des gants de couleurs variées, que je pouvais laver après chaque utilisation, du type de ceux que ma mère portait, comme alternative aux gants en latex ou en nitrile, car avec des mains arthritiques, cela fait mal de mettre et d’enlever ces gants en plastique moulants, pour se rendre compte qu’ils ne sont plus très disponibles. Il y avait beaucoup de choix de gants d’hiver, mais pas beaucoup de la variété plus élégante pour les trois autres saisons de l’année, et ce qui était proposé était en rupture de stock.

‘Pour les hommes ayant un certain penchant pour la mode vestimentaire, pourquoi ne pas adopter le port du masque et des gants comme nouvelle tendance de sécurité et de mode à suivre tout au long de l’année ?’

Je me suis donc contenté, en dernier recours, de quelques paires de gants de travail en coton blanchi, mais ils sont un peu épais et, à vrai dire, pas du tout élégants et un peu encombrants à porter. Je me sens un peu comme Minnie Mouse, ou peut-être Goofy, avec ces gants. J’ai donc aussi acheté des gants de travail plus fins et plus moulants, mais malheureusement, ils n’étaient disponibles qu’en rouge et noir ou en jaune et noir (apparemment les nouvelles couleurs de rigueur pour les boîtes à outils). J’essaierai donc de confectionner ma garde-robe de printemps, d’été et d’automne, pour les balades, autour de ces gants. Heureusement, j’aime les couleurs vives, donc le rouge, le jaune et le noir seront désormais mes nouvelles couleurs préférées pour 2020, au lieu du bleu classique, censé être réconfortant et fiable, et qui est la couleur à la mode pour 2020.

Dommage qu’il n’y ait pas de gants de travail ou de coton disponibles dans cette nuance, car ils conviendraient parfaitement avec un masque facial en denim. En effet, le denim est censé être l’un des matériaux les plus efficaces à utiliser pour les masques faciaux faits maison et non médicaux.

De plus, si la demande existe, ou si nous la suscitons, il se peut que les commandes de ces gants d’été colorés en rupture de stock encouragent les fabricants à s’équiper et à commencer à les réapprovisionner, car il est plus difficile de trouver des gants en tissu faits maison ou à faire soi-même.

Faites en sorte qu’il soit viril et élégant de porter un masque et des gants
Pour les hommes ayant un certain penchant pour la mode vestimentaire, pourquoi ne pas adopter le port du masque et des gants comme nouvelle tendance de sécurité et de mode à suivre tout au long de l’année ? Allez les gars, suivez la tendance, faites en sorte qu’il soit viril et élégant de porter un masque et des gants ! Les maisons de couture y sont favorables. De nombreuses options haut de gamme commencent à apparaître pour les masques, sinon les gants pour chaque saison.

Conseil n° 6 : si vous portez des masques et des gants en tissu, lavez-les après chaque utilisation

Contrairement aux masques et aux gants jetables à usage unique, les masques et les gants en tissu nécessiteront également du soin et une attention particulière, et devront certainement être lavés après chaque utilisation. Cela signifie qu’il pourrait être utile d’avoir plusieurs ensembles pour éviter de prendre le risque de manquer ou d’éviter de les laver. Une option consiste à les apporter avec vous dans la salle de bain lorsque vous allez vous laver les mains après être rentré chez vous et de les laver au savon pendant que vous vous lavez les mains, comme on nous le conseille constamment. Ensuite, accrochez-les pour les faire sécher et réutilisez les le lendemain, ou utilisez vos gants et masque de rechange en alternant chaque jour.

Conseil n° 7 : Enveloppez vos gants et masques jetables avant de les jeter dans une poubelle à déchets fermée.

Il est devenu évident que le propension humaine à se débarrasser des déchets n’importe où ne connaît pas de limites, en particulier en ce qui concerne les récipients de boissons et de nourriture et les sacs pour défécations de chiens, mais depuis cette pandémie, les nouveaux « objets décoratifs » qu’on voit partout au sol, sont les gants et les masques jetables.

COVID-19 trash - WestmountMag.ca

Image: Jasmin Sessler – Unsplash

« Il y en a des vertes et des roses et une bleue et une jaune, et elles se ressemblent toutes » comme le dit une chanson de Malvina Reynolds de 1962 (rendue célèbre par Pete Seeger et plus tard par la série télévisée Weeds, bien que, pour être honnête, elle parle de maisons et non de gants. En plus des couleurs mentionnées ci-dessus, ce printemps, on voit au sol des gants en nitrile noir, blanc et lilas, ainsi que dans plusieurs autres tons vibrants de bleu, vert, jaune, violet et rose, dont l’intensité correspond à celle des crocus, jonquilles et jacinthes.

‘Contrairement aux masques et aux gants jetables à usage unique, les masques et les gants en tissu nécessiteront également du soin et une attention particulière, et devront certainement être lavés après chaque utilisation.’

Si vous estimez que votre masque et vos gants sont contaminés et qu’il faut s’en débarrasser, pourquoi considéreriez-vous qu’il est acceptable de les jeter au hasard par terre ? Les médias sociaux sont pleins de mépris pour ceux qui jettent ces objets en particulier. Un de mes tweets préférés vient de @Superhaunted : « La quantité de gants et de masques usagés que je vois joncher la rue est troublante. C’est comme si les gens avaient appris à se laver les mains et avaient oublié comment mettre les choses à la poubelle ».

Les actions sont plus éloquentes que les mots
Ne laissez rien traîner dans la rue, sur le chemin ou dans les jardins privés ou dans les parkings des magasins. Vos gants et masques pourraient être porteurs du virus et, que vous en soyez conscient ou non, vous pourriez être responsable de la contamination d’autres personnes, en particulier celles qui doivent nettoyer après vous. Pourquoi ne vous soucieriez-vous pas de cela ? Et si vous ne vous en souciez pas, qu’est-ce que cela révèle sur vous ?

Le 22 mars, Josh Pennock a posté une vidéo sur Twitter montrant des masques et des gants jetés dans la rue, avec le commentaire : « Ceci est inacceptable. Notre planète se rebelle et pourtant nous continuons à la maltraiter. En plus de la pollution, c’est dégoûtant et insalubre. » Il a poursuivi plus tard avec : « Ce n’est pas contenir le virus, c’est de la pollution. C’est pestilentiel et c’est dégoûtant ».

Je suis entièrement d’accord avec lui. Alors, s’il vous plaît, ne jetez pas vos masques et gants par terre après les avoir retirés de votre visage et de vos mains, mais placez-les plutôt dans un sac jetable (ou enveloppez-les dans un mouchoir, une serviette en papier ou un journal) et ramenez-les à la maison pour les jeter dans votre propre poubelle.

Conseil n° 8 : ne jetez jamais vos déchets n’importe où

Protégez notre planète, éduquez-vous et votre famille sur ce que signifient les termes biodégradable et décomposition.

‘… … plus vous êtes éloigné d’une poubelle ou d’un bac de recyclage, plus vous êtes susceptible de jeter des déchets n’importe où.’

– Wesley Schultz, psychologue social

Si vous ne m’avez pas vu, ce n’est pas arrivé
Il semble que certaines personnes abandonnent leur déchets lorsqu’elles pensent que les autres ne regardent pas. Plus il y a de détritus, plus les humains polluent. C’est un cercle vicieux, n’est-ce pas ?

La distance à parcourir pour atteindre une poubelle est également un facteur. Wesley Schultz, un psychologue social de l’université de l’État de la Californie, étudie les habitudes en matière de détritus. « Nous avons découvert que la distance jusqu’à une poubelle était le meilleur indicateur de la présence de déchets abandonnés », explique M. Schultz. « Donc, plus vous êtes loin d’une poubelle ou d’un bac de recyclage, plus vous avez de chances de jeter des déchets. »

Nous n’aimons pas emporter nos déchets avec nous, alors nous les laissons tomber partout, y compris, comme je l’ai remarqué, dans les escaliers des immeubles d’appartements et de bureaux, et souvent à quelques mètres d’une poubelle. Pensez aux mouchoirs, aux tasses à café, aux emballages de sandwiches et à ces gants en nitrile omniprésents, ainsi qu’aux sacs de fientes de chiens qui jonchent nos parcs et nos rues ou qui sont jetés dans les jardins des autres. Peut-être devrions-nous parler davantage de ce sujet et rendre socialement inacceptable le fait d’abandonner nos déchets où, incluant les sacs de fientes de chiens.

‘Les excréments d’animaux domestiques sont porteurs de nombreuses bactéries, parasites (vers ronds) et autres maladies qui peuvent être transmises à l’homme… Un autre danger est la bactérie campylobacter… E.coli, parvovirus et salmonelles ».’

– Blog de la société DoodyCalls

Même si c’est biodégradable, cela prend du temps
La réalité est que nos déchets prennent beaucoup plus de temps à se biodégrader ou à se décomposer que la plupart d’entre nous ne le pensent, et les dépotoirs rendent presque impossible la décomposition des plastiques de toutes sortes, car la compression et le manque d’oxygène entraînent la « momification » des déchets. La seule la photodégradation décompose le plastique, et cette méthode de décomposition nécessite la lumière du soleil, et non l’obscurité et les bactéries.

Jeter, ou ne pas jeter
Quand j’étais enfant et que nous allions pique-niquer, ma mère emballait toujours nos déchets, et soit nous les ramenions à la maison, soit nous les jetions dans une poubelle municipale si elle ne débordait pas quand nous passions devant. Je pratique toujours cette méthode d’élimination, bien que j’aie une amie qui semble penser qu’elle peut jeter son trognon de pomme, ses pelures de fruit ou ses coquilles d’œuf par la fenêtre de sa voiture. « Oh, elles sont biodégradables », répond-elle joyeusement lorsqu’elle remarque mon regard désapprobateur.

Le problème, c’est que nous vivons dans une ville insulaire, et que si nos deux millions d’habitants décidaient de jeter ainsi leurs déchets biodégradables, nous serions bientôt submergés par les ordures. Et si vous ne le faites pas par respect des autres, pensez aux dégâts que vos déchets peuvent causer aux oiseaux, aux animaux (y compris les animaux domestiques) et aux créatures aquatiques.

plastic waste - WestmountMag.ca

Image: domaine public

Processus de décomposition
Selon la méthode de décomposition, un cœur de pomme peut prendre deux mois et une peau de banane jusqu’à deux ans pour se décomposer à l’air libre (ou aussi peu que 4 semaines dans du compost), les crottes de chien non-enveloppées dans un sachet peuvent prendre jusqu’à un an (mais pendant ce temps, elles restent pleines de bactéries nocives et éventuellement de parasites). Les coquilles d’œuf peuvent prendre jusqu’à trois ans, alors que les lingettes désinfectantes ou pour bébés prennent 100 ans ou plus, les pailles en plastique 200 ans, les bouteilles en plastique 450 ans et les couches jetables 550 ans !

En théorie, les gants en nitrile sont censés prendre entre plusieurs décennies et des centaines d’années pour se biodégrader, selon les produits chimiques qui les imprègnent (mais ils n’existent pas depuis assez longtemps pour le savoir avec certitude). Un fabricant britannique affirme cependant que ses gants en nitrile EBT se biodégradent en 24 mois seulement : « Eco Best Technology® (EBT) est la technologie révolutionnaire de SHOWA qui permet au nitrile et aux autres fibres synthétiques contenues dans les gants de se biodégrader en dépotoir ». (Source : globus.co.uk )

‘… le denim est censé être l’un des matériaux les plus efficaces à utiliser pour les masques faciaux faits maison et non médicaux.’

J’espère que quelqu’un a bien vérifié cette affirmation, car il est supposé être pratiquement impossible pour les plastiques de se biodégrader dans un dépotoir. Cela étant dit, il existe quelques idées novatrices pour réutiliser les gants, mais leur usage n’est pas encore très répandu. Peut-être le moment est-il venu d’en adopter certaines le plus tôt possible, surtout au vu de l’énorme quantité de déchets de matériel de protection individuelle générée par cette pandémie (et les pandémies futures).

En résumé, pour éviter les risques, déposez vos déchets dans des poubelles fermées

Il semble donc que, quelle que soit la façon dont on envisage les choses, les déchets de toutes sortes devraient toujours être déposés dans une poubelle, qu’ils soient destinés au dépotoir, à l’incinérateur ou au bac de recyclage, ou, s’ils sont comestibles, ramenés à la maison et compostés, si possible.

Et surtout, en ces temps de pandémie, tous ces mouchoirs et lingettes, ainsi que les masques faciaux et les gants en nitrile ou latex, doivent être jetés à la poubelle jusqu’à ce qu’un jour on résolve le dilemme du biodégradable, et non pas jetés dans la chasse d’eau ou placés dans des bacs de recyclage, ni jetés dans la rue ou les lieux publics que nous fréquentons tous, que ce soit à l’intérieur, à l’extérieur ou autour des bâtiments que nous habitons.

Image d’entête : cottonbro – PexelsButton Sign up to newsletter – WestmountMag.ca

Autres articles de Wanda Potrikus


 wanda_potrykus

Wanda Potrykus est écrivaine, éditeure, traductrice et poète. Diplômée de McGill, elle a passé la plus grande partie de sa carrière dans les domaines de la communication marketing, des relations publiques, des événements et des relations avec les médias, se spécialisant dans l’aviation internationale, les télécommunications, l’éducation et le marketing des arts.

Hatley



There are no comments

Ajouter le vôtre