mask-in-elevator_westmountmag

Étiquette de sécurité sociale
durant la COVID-19 /3

Conseils pour vous aider dans les aires communes de votre logement, au bureau et dans les stationnements

Par Wanda Potrykus

Règle n°4 d’étiquette dans les ascenseurs : il est permis de dire bonjour

– Victor Fiorillo, Philadelphia Magazine

En mars 2012, le Philadelphia Magazine a publié The Annotated Guide to Modern Elevator Etiquette, un guide de l’étiquette dans les ascenseurs modernes. L’article reste pertinent pour l’essentiel, même si l’humour grinçant n’est pas forcément du goût de tout le monde.

Cependant, certains des conseils donnés par Fiorillo peuvent être mis à jour pour être utilisés à l’ère de la distanciation sociale. En gardant cela à l’esprit (et sans les annotations utiles et l’humour ironique), voici quelques autres suggestions pour l’utilisation des ascenseurs et autres espaces communs en période de pandémie.

Conseil n° 1 : Dans les ascenseurs, restez à une distance de 2 mètres

Dans certains grands immeubles à bureaux et immeubles d’habitation très en hauteur, les ascenseurs peuvent favoriser les exigences d’éloignement physique recommandées. Le dépliant du ministère de la santé du Middlesex-London suppose que cela est possible et donne les conseils suivants sur un PDF qui peut être téléchargé sur son site.

  • Gardez une distance de 2 mètres entre vous, si possible
  • Il ne doit pas y avoir plus de trois personnes dans un même ascenseur
  • Tournez le dos aux autres personnes dans l’ascenseur
  • Évitez le contact direct avec les surfaces comme les boutons d’ascenseur et les mains courantes
  • Lavez ou désinfectez vos mains avant de prendre l’ascenseur et après l’avoir quitté

Ces conseils présupposent cependant que tous les ascenseurs sont de grande taille, ce qui n’est pas tout à fait exact car beaucoup d’entre nous vivent ou travaillent dans des bâtiments plus petits où les ascenseurs sont beaucoup plus compacts.

En prévision de la réouverture partielle du déconfinement, la direction de certains immeubles à bureaux trace des cercles servant de repères dans les cabines d’ascenseur et demande aux personnes qui les utilisent de se tenir face aux murs et de tourner le dos aux autres occupants. Cela nous rappelle un peu notre instituteur qui nous mettait dans le coin à l’école primaire, et cela peut nous faire sentir vulnérables. Il est peut-être préférable de porter un masque pour éviter les gouttelettes et peut-être d’essayer de retenir sa respiration dans l’ascenseur.

climbing stairs - WestmountMag.ca

Image: PxHere – Public domain

Conseil n°2 : dans les petits ascenseurs, montez seul ou prenez les escaliers

De nombreux ascenseurs, en particulier ceux des petits immeubles résidentiels, ne permettent pas de se tenir à une distance de 2 mètres des autres, alors je vous conseille d’y monter seul (si vous le pouvez) ou de prendre les escaliers. J’ai un ami qui travaillait pour Air Canada lorsqu’ils étaient logés au centre-ville dans une tour à bureaux de 47 étages, et il avait l’habitude de monter et descendre les escaliers à chaque jour. Il a toujours affirmé que c’était un meilleur entraînement que le gym.

LES AVANTAGES POUR LA SANTÉ DE MONTER LES ESCALIERS

J’ai aussi un cousin qui, en 1989, a obtenu une place dans le livre Guinness des records pour avoir escaladé la tour du CN à Toronto en 7 minutes et 52 secondes (soit 1776 marches), et qui a répété cet exploit plusieurs fois depuis. C’est un record qui tient apparemment toujours. Aujourd’hui âgé de 70 ans, mon cousin a remplacé la course dans les escaliers par le cyclisme et sort tous les jours, beau temps, mauvais temps, pour faire un tour de 30 km. Oui, il est toujours beaucoup plus en forme que moi.

Toutefois, il convient de noter que bien que la montée d’escaliers soit un excellent exercice cardio, cela exerce principalement le bas du corps, mais ceci étant dit, même si vous choisissez de descendre les escaliers et non de les monter, cela peut également aider à maintenir et à améliorer l’équilibre, une considération toujours importante à mesure que nous vieillissons.

Néanmoins, il se peut que cette activité ne convienne pas à tout le monde, alors tenez compte de ces inconvénients et notez qu’il peut y en avoir d’autres :

  • Monter des escaliers fait surtout fonctionner les muscles du cœur et des jambes, mais ne s’adresse pas aux autres groupes musculaires de votre corps.
    .
  • Pour les personnes souffrant de problèmes au niveau des os ou des tissus mous des genoux, la montée d’escaliers peut aggraver ces problèmes.
    .
  • Si vous êtes en surpoids important ou si vous avez des problèmes de genoux, vous devriez courir et monter les escaliers avec modération.
    .
  • Et il va sans dire que si vous avez d’autres problèmes médicaux, consultez votre médecin pour savoir s’il est conseillé d’ajouter ces activités à votre programme d’exercices.

OUI, VOUS POUVEZ ACQUÉRIR DE NOUVELLES HABITUDES

Les piscines locales étant fermées, j’ai pour moi-même ajouté la marche à mon programme, Je descend et remonte les cinq étages de mon bloc appartement, principalement lorsque je pars faire une marche, une habitude inaugurée à l’occasion de la pandémie. Au début, j’ai eu un peu de mal à remonter les escaliers, et j’avoue m’arrêter brièvement et me reposer, mais cela devient beaucoup plus facile au fil des semaines. Cependant, ma voisine de plus de 80 ans, qui habite un étage en dessous de moi, au 4e étage, fait littéralement des allers-retours tous les jours (parfois plus d’une fois par jour). Elle est assez étonnante, alors mon objectif (peut-être un vœu pieux) est d’être aussi en forme qu’elle, c’est-à-dire si j’arrive à survivre jusqu’à son âge.

Conseil n° 3 : Utilisez du désinfectant pour les mains, si disponible

Si vous choisissez d’utiliser l’ascenseur, ne prenez pas de risque. Je porte des gants et j’utilise également un mouchoir propre pour appuyer sur les boutons, que je garde dans un sachet jusqu’à ce que je puisse le jeter dans un réceptacle sécurisé, les jours où je n’emprunte pas l’escalier. Il y a d’autres moyens de contourner le problème : utiliser un cure-dent ou un stylo au lieu de ses doigts.

J’utilise également du désinfectant pour les mains, car notre bâtiment a installé des distributeurs à l’entrée du garage et dans le hall d’entrée donnant sur la rue. Notre concierge désinfecte chaque jour les poignées de porte, les balustrades et les rampes, ainsi que les boutons d’ascenseur, ce qui est très apprécié des résidents mais qui alourdit sa charge de travail quotidienne. Merci, Pierre !

Conseil n° 4 : portez un masque dans l’espace communautaire

J’ai adopté le masque facial comme standard de mode et de sécurité, principalement parce que je suis dans la catégorie à haut risque et que je cherche donc à réduire mon exposition autant que possible, tout en ne souhaitant pas transmettre la COVID-19 à d’autres personnes si je tombe malade.

Je sais que c’est encore un point discutable pour beaucoup, mais mes médecins, lors de leurs appels téléphoniques pour vérifier mon état de santé, ont tous souligné la nécessité pour moi de porter un masque lorsque je suis à l’extérieur et aussi à l’intérieur dans les aires communes de mon immeuble. J’ai donc choisi de porter mon masque et mes gants pour aller à la laverie commune, ainsi que pour sortir les poubelles et le bac de recyclage.

COMMUNICATION VERBALE VERSUS NON-VERBALE

En outre, je pense que le port du masque envoie un message non-verbal à ceux qui s’approchent de moi, leur indiquant qu’ils doivent garder une distanciation. J’espère au moins que c’est le message que le masque envoie, mais dans la pratique, cela ne s’est pas toujours avéré le cas. Il y a encore beaucoup trop de gens dans les rues de mon quartier qui ne semblent pas saisir ce que signifie le 2 mètre de distance, ou qui choisissent simplement d’ignorer les lignes directrices suggérées en matière de distanciation, me laissant dans l’obligation de m’éloigner d’eux plutôt que de tous deux garder nos distances respectives.

Ce groupe apparemment « inconscient » comprend des coureurs, sans ou avec leur chien, avec la laisse tendue à travers le trottoir, qui bousculent tous ceux qui se trouvent sur leur chemin, qu’il s’agisse de couples ou de célibataires, mais aussi de nombreux jeunes et des familles avec des enfants. Et il y a bien sûr ceux qui sont au téléphone et qui sont dans un monde qui leur est propre. Mais je continue à me demander pourquoi tant de gens ignorent l’exigence d’une distanciation de 2 mètres.

Je choisis donc de les contourner tous, même si cela implique de marcher dans la rue ou sur la pelouse, le chemin ou l’allée de quelqu’un d’autre. J’espère simplement que les conducteurs et les propriétaires sont plus tolérants et plus prévenants à l’égard des marcheurs qui tentent de suivre les directives d’éloignement physique que certains des utilisateurs des trottoirs.

‘Nous nous accrochons à des souvenirs à travers les vêtements que nous portons… Le traumatisme collectif de la COVID restera ancré, et je pense que beaucoup d’entre nous continueront à porter leur masque quand tout cela sera terminé…’

– Gabriela Herstik

improvised masks - Westmountmag.ca

Image: cottonbro from Pexels

LE PORT DU MASQUE DEVRAIT ÊTRE LA NOUVELLE NORME

Avec l’assouplissement imminent des consignes de séjour à domicile pour certains, je continue de croire fermement que le masque facial devrait faire partie de la vie quotidienne ici, comme il semble l’être dans de nombreux pays asiatiques, au moins jusqu’à ce que nous puissions conclure que la propagation de COVID-19 est devenue un mauvais souvenir pour nous tous. Mais à quel moment cela pourrait être le cas, c’est ce que tout le monde se demande.

La rédactrice de mode Gabriela Herstik pense que le port du masque est peut-être là pour rester, au moins pour un temps : « Nous nous accrochons à des souvenirs à travers les vêtements que nous portons… Le traumatisme collectif de la COVID restera ancré, et je pense que beaucoup d’entre nous continueront à porter leur masque quand tout cela sera terminé… »

Pour ceux qui veulent en savoir plus, il existe une série d’articles, de sources scientifiques et populaires, qui énumèrent les avantages et les inconvénients du port du masque (de fabrication artisanale ou non) et qui fournissent plus de détails pour que vous puissiez vous faire votre propre opinion. Et les hommes, prenez note que le port du masque ne vous émascule pas ! C’est un acte socialement responsable, bienveillant et attentionné.

Peut-être que ‘bienveillant et attentionné’ pourrait devenir le nouveau mantra universel pour les périodes pandémiques et post-pandémiques.

À venir : la deuxième partie des conseils pour vous aider dans les aires communes de votre appartement, les immeubles à bureaux et les stationnements.

Image d’entête : Anastasiia Chepinska – Unsplash

Button Sign up to newsletter – WestmountMag.ca

Autres articles de Wanda Potrikus


 wanda_potrykus

Wanda Potrykus est écrivaine, éditeure, traductrice et poète. Diplômée de McGill, elle a passé la plus grande partie de sa carrière dans les domaines de la communication marketing, des relations publiques, des événements et des relations avec les médias, se spécialisant dans l’aviation internationale, les télécommunications, l’éducation et le marketing des arts.

Hatley



There are no comments

Ajouter le vôtre