westmount-park_160906_120452_westmountmag

Les arbres de Westmount
et leur histoire /3

À la découverte du marronnier d’Inde, des caryers blancs et des aubépines du parc Westmount

Par Michael Walsh

Le marronnier blanc (Aesculus hippocastanum)

horse chestnut trees westmount park werstmountmag.ca

Marronnier blanc

Parfois appelé marronnier d’Inde, châtaignier de mer, marronnier faux-châtaignier ou châtaignier des chevaux, le marronnier blanc est souvent confondu avec le châtaignier commun, qui produit la véritable châtaigne comestible. Il y a plusieurs marronniers d’Inde dont les graines brunes brillantes sont disséminées autour du tronc dans le parc Westmount. Ils ont des feuilles plus lisses et non dentelées, avec des fleurs qui rappellent celles du marronnier européen.

Bien qu’il porte le nom de châtaigne, le fruit du marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum) contient la toxine aesculine et ne doit pas être confondu avec celui du marronnier d’Amérique (Castanea dentata) qui lui est comestible, se distinguant par son extrémité pointue. Il est intéressant de noter que les racines du marronnier d’Inde sécrètent des poisons (phytotoxines) qui inhibent la croissance de toute plante se trouvant à proximité.

Les plus jeunes fleurs ont des boutons jaunes qui agissent comme guides vers le nectar pour les insectes pollinisateurs. Suite à la pollinisation, elles prennent une couleur écarlate foncée.

Il y a un beau marronnier d’Inde près de l’entrée du parc située à Lansdowne, que l’on reconnaît facilement à ses longues (12 à 24 cm) feuilles ovées ressemblant à des palmiers, et disposées par groupes de 5 à 7.

horse chestnut trees westmount park werstmountmag.ca

Thyrse de marronnier blanc

L’arbre est couvert d’une spectaculaire floraison entre mai et juin. Les fleurs sont en grappes de quarantaine qui se trouvent à l’extrémité de chaque branche. Les fleurs blanches ou roses, tachées de rouge, sont rassemblées en thyrses, de forme pyramidale. La couleur du centre de chaque fleur varie du jaune, pour signaler aux insectes que la fleurs contient du nectar, au rouge qui indique que la fleur est déjà pollinisée. La couleur rouge est rarement bien visible pour les insectes et donc peu utilisée comme signal positif pour les insectes.

La beauté de ces arbres provient de la diversité des couleurs de chaque grappe de fleurs, qui va du jaune au cramoisi brillant. Les plus jeunes fleurs ont des boutons jaunes qui agissent comme guides vers le nectar pour les insectes pollinisateurs. Suite à la pollinisation, elles prennent une couleur écarlate foncée.

La répartition naturelle de l’arbre est limitée à la péninsule balkanique où il a été cultivé dans les limites de l’Empire ottoman jusqu’aux années 1500. La première description connue de l’arbre provient d’une lettre datée de 1557 du médecin de l’empereur du Saint-Empire romain à un collègue de Prague : « Il y a une espèce de châtaignier que l’on trouve fréquemment ici… et qui a pour second nom commun « cheval », car il soulage les chevaux qui ont des troubles de la poitrine… » Il n’a pas fallu longtemps pour que l’arbre soit implanté dans toute l’Europe occidentale, et aujourd’hui, on le trouve dans les régions tempérées du monde entier.

Caryer blanc (Carya tomentosa)

‘Dans la nature, rien n’est parfait et tout est parfait. Les arbres peuvent être déformés, tordus de façon étrange, mais ils sont toujours beaux.’

Alice Walker

hickory trees westmount park westmountmag.ca

Caryers blanc

Poursuivons maintenant notre itinéraire de promenade le long du sentier du parc. Il s’agit d’un sentier non pavé, bien entretenu au fil des ans, qui commence du côté sud de la bibliothèque et qui traverse en direction de l’ouest, parallèlement à la lagune du parc.

Sur le côté nord de ce sentier, il y a un très beau jardin qui est soigneusement entretenu par le personnel de la serre. Au-delà de ce jardin, après les pins sylvestres et les cèdres, il y a trois arbres d’aspect assez remarquable. En regardant de près, on peut constater qu’ils ont été plantés si près les uns des autres que les troncs se touchaient. Au fil des décennies, les troncs de deux de ces arbres ont fusionné et partagent maintenant un système vasculaire commun – comme s’ils n’étaient qu’un seul arbre ! De plus, l’un de ces arbres a grandi en circonférence et a incorporé un poteau métallique dans son écorce. Il s’agissait probablement d’une partie d’une clôture qui, il y a de nombreuses années, constituait un garde-fou séparant le sentier de l’un des ravins d’origine du parc.

hickory trees westmount park westmountmag.ca

Inosculation de troncs d’arbres

Cette fusion de troncs d’arbres est connue sous le nom d' »inosculation », un phénomène naturel dans lequel les troncs, les branches ou les racines de deux arbres poussent ensemble, similaire à la greffe. Elle peut se produire naturellement au sein des racines, des tiges et les branches. L’inosculation est le plus souvent observée entre des arbres de la même espèce. Dans ce cas, chacun de ces arbres est un caryer blanc facilement identifiable grâce à ses gros bourgeons d’hiver recouverts de duvet. Cette espèce est également connue sous le nom de caryer moqueur. (Le nom caryer provient du mot algonquin « pawcohiccora » qui décrit un liquide blanc laiteux préparé à partir du fruit de l’arbre). Le genre Carya fait partie de la famille des Juglandacées qui comprend les noix, les noix de pécan, les noix de beurre et les noix d’ail.

Les feuilles de l’arbre sont composées de 7 à 9 folioles aux bords dentelés et pointues à une extrémité. L’écorce est profondément sillonnée et n’est pas écailleuse. Les fruits de l’arbre sont en forme de poire, constitués d’une enveloppe très épaisse en quatre parties. L’espèce est naturellement répartie de la région du Saint-Laurent à la Floride, le long des grands lacs jusqu’au Nebraska et au sud jusqu’au Texas.

hickory trees westmount park westmountmag.ca

Feuilles de caryer blanc

La mythologie grecque raconte l’histoire d’amour de Carya, fille de Dion, roi de Laconie, et du dieu Dionysos. À sa mort, Dionysos a transformé Carya en noyer. Un temple a été construit par son père contenant des colonnes représentant des jeunes femmes (Caryatides), également connues sous le nom de jeunes filles du noyer.

Il convient enfin de prendre des précautions lors de la manipulation des feuilles de caryer – elles constituent un aliment de base pour la chenille à houppes du caryer (Lophocampa caryae). Sous leur forme larvaire, les chenilles sont couvertes de beaux et longs poils noirs et blancs (setae). Cependant, si elles sont manipulées, ces soies – attachées à des glandes à venin – se détachent et restent incrustées dans la peau exposée, provoquant une réaction similaire à celle de l’ortie.

Aubépine épineuse (Crataegus laevigata)

Avez-vous remarqué la grande jardinière circulaire en béton près de l’aire de jeux des enfants ? Je me suis souvent demandé pourquoi elle était si haute jusqu’à ce que je regarde de près les quatre petits arbres qu’elle contient : leurs branches sont couvertes d’épines de 5 cm ! Ce sont des aubépines épineuses (Crataegus laevigata), appartenant à la famille des Rosaceae. Le nom « aubépine » est dérivé du vieux patois français « Aubespin », avec évidemment des divergences d’une région à l’autre..

hawthorn trees westmount park westmountmag.ca

Aubépines épineuses

L’aubépine épineuse se distingue par des rameaux étalés, une feuille presque entière, avec trois lobes peu prononcés au sommet mais nettement en coin à la base.

Utilisé comme plante ornementale et pour la fabrication de haies, l’aubépine sert aussi de porte-greffe pour les néfaliers et les poiriers. Les fruits, appelés cenelles, ne sont pas toxiques, mais leur chair farineuse et fade n’incite pas à la consommation. On en fait parfois des compotes et des gelées. Le pollen est considéré comme allergisant.

En Grande-Bretagne, l’aubépine est considérée comme « portant malchance ». En fait, les anciennes lois Irlandaise interdisaient d’abattre une aubépine ou d’endommager ses branches. La croyance selon laquelle la malchance poursuit ceux qui endommagent des aubépines existe toujours. Par exemple, une route de contournement, construite dans le comté de Clair au coût de plusieurs millions de livres sterling, a été reconfigurée pour contourner une aubépine située sur son trajet d’origine.

‘Utilisé comme plante ornementale et pour la fabrication de haies, l’aubépine sert aussi de porte-greffe pour les néfaliers et les poiriers.’

Enfin, il y a une anecdote intéressante concernant la construction de l’usine automobile DeLorean près de Belfast. Une aubépine poussait sur le site et les ouvriers, malgré des ordres directs, ont refusé de l’abattre. L’arbre était bien connu localement et les villageois ont raconté des histoires de lutins qui laissaient leurs empreintes près de la zone. Un jour, cependant, l’arbre a disparu, coupé, croit-on, par le directeur de la construction, un étranger. A partir de ce jour, l’usine fut frappée par le mauvais sort, certains étaient convaincus qu’elle était maudite. L’usine a été fermée en 1982, laissant des milliers de travailleurs sans emploi.

Charmant folklore ou fait véridique – peut-être quelque part entre les deux ?

Images : Michael Walsh
Image d’entête : Andrew BurloneButton Sign up to newsletter – WestmountMag.caAutres articles de Michael Walsh


Michael Walsh - WestmountMag.ca

Michael Walsh est un résident de longue date de Westmount. Heureux d’être retraité après avoir passé près de quatre décennies dans le domaine de la technologie de l’enseignement supérieur. Étudiant professionnel par nature, sa formation universitaire et ses publications portent sur la méthodologie statistique, la mycologie et la psychologie animale. Durant cette période, il a également été officier dans les forces armées canadiennes. Avant de s’installer à Montréal, il a été chargé d’évaluer les programmes bilingues des écoles primaires et secondaires par le ministère de l’éducation de l’Ontario. Aujourd’hui, il aime passer du temps avec son (énorme) Saint-Bernard tout en découvrant le passé de la ville et en partageant les histoires des arbres majestueux qui ornent les parcs et les rues. Il peut être contacté à l’adresse michaelld2003@hotmail.com ou sur son blog Westmount Overlooked


Rabais de 35% sur les Lentilles Spécialisées chez Clearly avec code: GOLENTILLES35



There are no comments

Ajouter le vôtre