couple-wth-masks_westmountmag

Étiquette de sécurité sociale
durant la COVID-19 /2

Conseils pour vous aider lorsque vous faites des achats de nourriture et autres produits de première nécessité

Par Wanda Potrykus

L’étiquette est un moyen pour les gens de bien se comporter dans des situations ambiguës, comme celle dans laquelle nous nous trouvons présentement.

– E. Simon-Thomas

Les directives relatives à l’étiquette sociale ont été élaborées dans la plupart des sociétés pour assurer leur sécurité. Lorsque nous étions enfants, la plupart d’entre nous ont reçu de nos parents un enseignement des plus élémentaires, comprennant, dans nos sociétés occidentales, la poignée de main lors d’une rencontre, la toux ou l’éternuement dans un mouchoir (plus tard un mouchoir en papier) ainsi que le lavage des mains avant les repas ou le fait de ne pas parler la bouche pleine.

En temps de pandémie, certaines de ces directives ont besoin d’être révisées (comme éternuer ou tousser dans le coude) tandis que d’autres doivent être formulées.

L’étiquette est un moyen pour les gens de bien se comporter dans des situations ambiguës, comme celle dans laquelle nous nous trouvons présentement, selon Emiliana R. Simon-Thomas, PhD, directrice scientifique du Greater Good Science Centre, UC Berkeley, et une experte de premier plan en neuroscience et en psychologie de la compassion, de la gentillesse, de la gratitude et autres compétences sociétales.

Faites signe de la main et souriez avec vos yeux lorsque vous vous adressez à vos amis et à votre famille

Les êtres humains aiment et apprécient la plupart du temps le fait de toucher et d’être touché par les autres. C’est pourquoi l’étreinte, le baiser et la poignée de main ont été intégrés dans les routines culturelles de notre vie quotidienne (dans le monde occidental, du moins). Néanmoins, pour rester en sécurité en période de pandémie, nous devons renoncer à de nombreuses conventions sociales comme celles-ci et les remplacer par un sourire, un salut, un sourire, un signe de la main, ou peut-être même un salut formel comme les Japonais, plutôt qu’une poignée de main, une étreinte, un baiser, un high-five, un coup de poing ou de coude, des actions qui nous rapprochent trop les uns des autres en cette période d’éloignement physique.

6 ft social distancing - WestmountMag.ca

Image: Mark Fletcher-Brown, Unsplash

Se tenir ou circuler à une distance minimale de 2 mètres ou 6 pieds

Nous sommes tous invités à nous tenir à au moins 6 pieds ou 2 mètres de toute autre personne pour réduire le risque d’être aspergé de particules provenant d’une personne potentiellement infectée par la COVID-19, qu’elle présente ou non des symptômes.

Néanmoins, dans la pratique, il semble que la plupart des gens n’ont aucune idée de ce que cela signifie. Une amie dit qu’elle porte un parapluie d’un mètre de long et qu’elle est toujours surprise lorsque les gens insistent pour dire qu’ils gardent la distance requise alors qu’ils sont à peine à la longueur de son parapluie. À Winnipeg, une dame se promène en brandissant un balai, mais même celui-ci n’est pas assez long. D’autres suggèrent d’essayer d’imaginer la distance entre les gens comme la longueur d’un bâton de hockey, ou peut-être d’une canne à pêche.

… la plupart des gens ont tendance à sous-estimer ce que représente cette distance de 2 mètres.

Je préfère penser en termes de taille des gens. Je mesure 5 pieds 8 pouces, ce qui équivaut à environ 1,7 m seulement. Pour atteindre 2 m de hauteur, cela équivaudrait à imaginer une personne de 6 pieds 7 pouces (un joueur de basket-ball moyen de la NBA par exemple) étendue horizontalement sur le trottoir entre vous et la personne suivante. (Un peu bizarre je sais… mais choisissez votre grand joueur préféré et imaginez.) Le fait est que, quelle que soit la façon dont vous choisissez d’y penser, une distance de 2 mètres est une grande quantité d’espace pour se tenir à l’écart ; et le pire, c’est qu’on nous dit que cela ne suffit peut-être pas à nous protéger tous, car de nouvelles recherches qui circulent actuellement suggèrent que les personnes qui s’entraînent de façon intense peuvent avoir besoin de rester à au moins 3 mètres des autres, ce qui peut être extrêmement difficile sur les chemins et dans les rues très fréquentées.

Ce que je cherche à dire, c’est que la plupart des gens ont tendance à sous-estimer ce que représente cette distance de 2 mètres, et laissez-moi vous dire que les trottoirs où je vis sont loin d’être aussi larges. Mon conseil est d’essayer de trouver un symbole ou une représentation de ce que les deux mètres requis représentent pour vous et d’adopter cela comme guide lorsque vous suivez les exigences d’éloignement physique.

social distancing - WestmountMag.ca

Image: Kate Trifo, Unsplash

Gentiment rappelez aux gens de s’éloigner

Que se passe-t-il si quelqu’un vous dépasse, ou s’il se place derrière vous et enfreint cette directive sur l’éloignement de deux mètres ? Oui, il est normal de le signaler (ou non), mais essayez de le faire gentiment, en utilisant un ton de voix non conflictuel.

Voici un exemple de réponse appropriée préconisée par Lorna Somers, coach en matière d’étiquette, interviewée par le service des nouvelles de la CBC : « Toutes mes excuses, mais je ne peux pas reculer plus loin. Si vous me faites des excuses, mais je ne peux pas aller plus loin. Si vous me laissez un peu plus d’espace, nous serons tous deux en bien meilleure posture ». Ses conseils soulignent qu’en prenant sur soi, on rend les choses plus acceptables pour l’autre personne. « Je pense que vous pouvez dire quelque chose, mais tout dépend de la façon dont vous le dites. Le ton, le sourire, adoucit les choses », dit Somers.

Gardez votre calme quand vous faites la queue

Lorsque vous faites la queue pour traverser la rue ou pour prendre un bus, ou encore dans un magasin, respectez les règles d’éloignement physique. Pour une file d’attente lente à l’extérieur d’un magasin, essayez d’apporter un livre à lire ou de la musique avec des oreillettes pour rendre l’attente moins pénible. Jouez à un jeu de devinette avec les enfants pendant l’attente, si vous devez faire des courses avec eux.

Soyez toujours courtois et poli

Ne criez pas aux autres pour qu’ils s’écartent de votre chemin ou lorsqu’ils s’approchent trop près de vous. Demandez-leur gentiment de s’éloigner. Nous vivons une période d’anxiété et certaines personnes souffrent plus que d’autres d’anxiété sociale, ce qui peut amener les gens à se comporter de manière plus inappropriée, en particulier ceux qui semblent ne penser qu’à eux-mêmes.

Le fait est que si vous vous comportez de manière grossière, l’autre personne vous rendra généralement la pareille et la tension augmentera, créant un cercle vicieux. Peter Post, chroniqueur du Boston Sunday Globe spécialiste de l’étiquette, explique : « …lorsque vous agissez de manière grossière envers les autres, vous avez tendance à ressentir plus de stress, ce qui entraîne une plus grande impolitesse, laquelle génère encore plus de stress ».

social distancing in stores - WestmountMag.ca

Image: Brittani Burns, Unsplash

Respectez les mesures de sécurité préventives dans les magasins

De nombreux grands magasins, pharmacies et supermarchés vous demandent de vous laver ou désinfecter les mains avant d’entrer et ont instauré des allées à sens unique. Faites attention et suivez les flèches sur le sol. Essayez de vous tenir à une distance sûre. En particulier, respectez les consignes d’éloignement à la caisse en attendant de payer.

Essayez de faire vos courses sans la famille

Le shopping en solo est la nouvelle norme. Moins de personnes signifie moins de distractions et équivaut à moins de temps passé dans le magasin avec moins de personnes potentiellement exposées au virus. Ainsi, les membres de votre famille, ainsi que le personnel du magasin, seront plus en sécurité.

S’il n’est pas réaliste de laisser votre ou vos enfants à la maison (les parents uniques par exemple), demandez à l’aîné ou aux aînés de vous aider à faire vos courses. Faites des listes détaillées et attribuez des articles spécifiques à chaque enfant. Proposez des alternatives. Faites-les participer au processus. Par exemple, si vous les envoyez chercher des articles dans les rayons, apprenez-leur à suivre les flèches de direction au sol et expliquez-leur les raisons de leur présence. Mettez le(s) plus petit(s) dans le chariot ou demandez qu’ils marchent en s’accrochant au chariot (et n’oubliez pas de l’essuyer lorsque vous le rendez) et ne les laissez pas courir dans le magasin.

Ne manipulez pas trop les denrées alimentaires

Cela signifie de ne pas presser ou cueillir (c’est-à-dire ramasser et remettre en place) les tomates, les avocats, les poivrons ou tout autre fruit comme les abricots, les pêches, les prunes, les pommes, les poires, les fraises, les myrtilles, etc. Recherchez les meurtrissures sans manipuler le produit. N’enlevez pas le revêtement des épis de maïs, ni les feuilles fanées de la laitue ou du chou. Attendez d’être rentré chez vous pour le faire. Même si la plupart des aliments ne sont pas considérés comme une source probable de transmission du virus, nous n’en sommes pas sûrs et cette idée ajoute à l’anxiété de ceux qui vous regardent cueillir ou manipuler les fruits ou les légumes.

picking produce - WestmountMag.ca

Image: Sydney Rae, Unsplash

Ne remettez pas l’article en rayon une fois que vous l’avez ramassé

Si vous êtes porteur du virus, même sans le savoir, le fait de toucher des objets peut transmettre des germes à ceux qui pourraient ramasser ce que vous remettez. Prenez donc le temps d’observer ou d’examiner si vous avez besoin de l’objet avant de le prendre et, une fois que vous l’avez retiré de l’étagère, considérez qu’il est à vous.

Ne prenez que ce dont vous avez besoin pour une semaine ou deux

En fonction de la fréquence à laquelle vous faites habituellement vos courses – une ou deux fois par semaine, puisque l’acheteur quotidien devrait désormais avoir abandonné cette pratique, ne serait-ce qu’en raison de la durée prolongée des courses, l’accès aux magasins étant limité à un nombre réduit de personnes à la fois, ce qui équivaut à de longues files d’attente dans les magasins de la plupart des villes – ne prennez que ce dont vous avez besoin.

Jusqu’à présent, le gouvernement a assuré le public que les magasins continueront à être approvisionnés. Cela peut être difficile à croire quand votre magasin local a tant de rayons vides, ce qui provoque un sentiment de panique chez les consommateurs. Pour y remédier, la plupart des épiceries ont instauré une limite de deux ou trois articles pour la plupart des produits emballés (à l’exception de la plupart des fruits et légumes).

Soyez flexible… et même créatif

Si le magasin n’a pas exactement ce que vous voulez, soyez flexible et optez pour un substitut, ou renoncez-y. Ce n’est pas le moment d’aller de magasin en magasin à la recherche de ce dont vous pensez avoir besoin. Soyez créatif. Planifiez avant d’aller chercher des ingrédients et des options de remplacement.

Utilisez des lingettes désinfectantes pour nettoyer les poignées des chariots et/ou portez des gants et, si possible, essuyez le chariot avant et après son utilisation (par courtoisie envers la personne qui vous suit). Lavez-vous les mains et portez des gants en rentrant chez vous. Si vos enfants ont manipulé le chariot, essuyez-le également.

Soyez prêt à payer par carte de débit ou de crédit

Je ne sais pas trop comment font ceux qui ne possèdent aucune de ces cartes, c’est-à-dire les sans-abri, les réfugiés ou les demandeurs d’asile, les travailleurs saisonniers, temporaires ou ceux qui ont déclaré faillite et ont un accès limité aux cartes bancaires, ou, comme la pandémie continue, ceux qui ont atteint la limite de leur crédit. En fait, on ne dit pas grand-chose sur ces groupes vulnérables ni sur la façon dont ils doivent payer leurs courses et/ou leurs médicaments.

reusable bag - WestmountMag.ca

Image: Nicolas Weldingh, Unsplash

Utilisez un sac à usage unique ou réutilisable et emballez vos emplettes vous-même

Dans certains endroits au Canada, les chaînes d’épicerie et les pharmacies telles que Provigo, Loblaws, Pharmaprix et IGA-Sobeys ont renoncé aux frais de 5 ou 15 cents pour les sacs en plastique, mais de nombreux magasins au Québec et ailleurs ne disposent plus de ces sacs, car ils les ont déjà retirés progressivement, et demandent donc aux clients d’apporter un sac réutilisable (qui doit être nettoyé fréquemment) et d’emballer leurs propres achats.

Portez un masque lorsque vous sortez

Oui, les avis sur cette directive sont contradictoires et pas toujours utiles, même si Teresa Tam, responsable de la santé publique au Canada, s’est récemment prononcée en faveur de la directive, tout comme le CDC américain, et même si, pour l’instant, elle reste volontaire, cela pourrait changer avec le temps. Ainsi, portez un masque, car il semble que cette idée apporte un minimum de confort à certains. Mais ne vous en prenez pas à ceux qui n’en portent pas ou qui le portent mal. C’est abusif, intimidant et inutile.

Tendance mode amusante

Il est probable que très bientôt, les revêtements de visage pourraient devenir une affirmation de mode majeure pour tous les âges, malgré l’anathème largement médiatisé dont certains d’entre eux font l’objet. Certaines variations sur ce thème commencent déjà à apparaître sur ces publicités en ligne omniprésentes, incorporant des chapeaux et des écrans faciaux en plastique ainsi que le foulard de type « hors-la-loi » quelque peu démodé, ou les couvre-visages en bandana. Une de mes amies très inventive s’est fait un écran facial en plastique fait maison à partir d’une bouteille d’eau de 4 litres. Je suis également prête à modeler n’importe lequel des masques cousus maison que vous êtes prêts à m’envoyer, en particulier ceux aux couleurs vives. Contactez-moi à l’adresse suivante : info@WestmountMag.ca

Pour d’autres idées concernant les différents styles de masques de protection déjà disponibles, le magazine Rolling Stone, ce bastion de style désormais assez répandu dont les créateurs, selon l’Encyclopedia Britannica, se voulaient à l’origine un baromètre des goûts artistiques et des sensibilités politiques de la génération étudiante, a récemment publié une liste exhaustive (en anglais) de certaines alternatives en matière de masques de protection disponibles aux États-Unis, de sorte que les prix mentionnés sont en dollars américains.

MTL Strong

J’aime aussi les élégants « MTL ou Canada Strong » produits par la maison de mode H4X (prononcer HACKS), une entreprise locale de vêtements de performance, proposés sur leur site (en anglais) Mask Army. Leurs vêtements colorés It’s going to be OK sont aussi très branchés. Découvrez également les modèles qu’ils fabriquent pour les enfants, en particulier le spectaculaire tigre. D’autres marques canadiennes produisant des masques non médicaux peuvent être visualisées ici (site en anglais).

Pourquoi ne pas promouvoir votre propre style et devenir un créateur de tendances en matière de masques ou, dans le langage des médias sociaux, un influenceur ? Autant essayer d’être le plus prudent possible et de s’amuser un peu avec la mode pandémique en même temps

Laver après usage

Et n’oubliez pas de vous laver les mains et le masque avec du savon lorsque vous rentrez chez vous. Tous les masques faits maison doivent être lavés après chaque port, il est donc probablement plus sûr d’en avoir plusieurs à portée de main.

Masquez-vous, tout le monde !

Image d’entête : Julian Wan, Unsplash

Button Sign up to newsletter – WestmountMag.ca

Autres articles de Wanda Potrikus


 wanda_potrykus

Wanda Potrykus est écrivaine, éditeure, traductrice et poète. Diplômée de McGill, elle a passé la plus grande partie de sa carrière dans les domaines de la communication marketing, des relations publiques, des événements et des relations avec les médias, se spécialisant dans l’aviation internationale, les télécommunications, l’éducation et le marketing des arts.

Hatley



There are no comments

Ajouter le vôtre