funeral-2048

Vous aimez vos proches ?
Laissez-leur des listes!

Comment planifier l’avenir est le thème du nouveau livre de Catherine Rahal

Par Irwin Rapoport

13 avril 2023

La pandémie de COVID-19 continue d’avoir un impact quotidien sur la société, et si nous pouvons anticiper certains changements, d’autres n’apparaîtront qu’avec le temps. Malheureusement, la pandémie a entraîné la disparition soudaine de nombreuses personnes qui se réjouissaient à l’idée de passe encore de nombreuses années auprès de leur famille et de leurs amis. L’auteure montréalaise Catherine Rahal, conseillère financière chevronnée, a vécu le décès prématuré de membres de sa famille et connaît la valeur de la planification pour l’avenir. C’est le thème de son nouveau livre.

Catherine Rahal a vécu le décès prématuré de membres de sa famille et connaît la valeur de la planification pour l’avenir. C’est le thème de son nouveau livre.

Catherine Rahal

Catherine Rahal – Image: courtesy of Catherine Rahal

Catherine Rahal propose le guide ultime pour organiser ses dernières affaires d’une manière conviviale et accessible. Vous aimez vos proches? Laissez-leur des listes ! founit au lecteur les documents nécessaires et les processus de réflexion qui permettent de dresser un tableau complet des personnes, des papiers, de l’argent, de l’empreinte numérique, des affaires et des dernières volontés, et comprend un cahier de formulaires.

Le lecteur concerné est n’importe quel adulte, et en particulier les personnes âgées qui ont besoin de ce livre sans plus attendre. Le livre informe aussi les jeunes adultes sur la manière de se préparer aux événements à venir.

Ce livre est personnel pour Mme Rahal, qui a vécu une tragédie au début de la trentaine. « Nombreux sont ceux qui se sont retrouvés mal préparés à faire face aux problèmes que pose un décès soudain ou une incapacité », explique M. Rahal. « Souvent, les membres de la famille ne savent pas où trouver quoi que ce soit, parfois même pas la procuration ou le testament. En outre, la vie en ligne des gens a pris une importance considérable, qu’il s’agisse des opérations bancaires, des investissements, des services publics, du travail ou des médias sociaux – que fait-on maintenant de son compte Facebook ? Ce livre fournira au lecteur des conseils et bien d’autres choses encore ».

Vous aimez vos proches? Laissez-leur des listes ! a été élaboré pendant des années, et a été rédigé durant la pandémie. Touchée par la mort très tôt dans sa vie, Mme Rahal a fait de ce livre une œuvre personnelle. Je suis devenue « la dame de la rue » lorsque mon mari est décédé dans l’accident d’Air Canada à l’aéroport de Cincinnati en 1983 « , raconte-t-elle. « J’étais veuve à l’âge de 33 ans et j’ai rapidement appris ce qui est important de savoir. Nous avons tendance à penser que les mauvaises choses n’arrivent qu’aux autres, mais nous finissons par faire partie de ce groupe. Lorsque mon beau-frère est décédé quelques années plus tard à l’âge de 46 ans, il a laissé un carnet de notes à sa femme – cela m’a interpellée et est devenu l’une des sources d’inspiration de mon livre ».

‘L’une des plus grandes craintes de la plupart d’entre nous est de perdre le contrôle de notre corps et de notre esprit en vieillissant.’

Mme Rahal est également consultante en planification pour les personnes âgées. Elle déclare : « L’une des plus grandes craintes de la plupart d’entre nous est de perdre le contrôle de notre corps et de notre esprit en vieillissant. Notre corps nous trahit et notre esprit n’est pas toujours aussi vif que nous le souhaiterions. Un cahier de legs est un moyen d’exercer un certain contrôle sur le déroulement de la dernière partie de votre vie. »

« La mise en place de directives permettra à vos mandataires de s’adresser aux bonnes personnes pour obtenir de l’aide et contribuera grandement à réduire le stress généré lorsque la vie fait basculer votre monde en situation de crise. L’incapacité et la mort peuvent nous toucher à tout âge. Nous laissons tous quelque chose derrière nous et quelqu’un doit s’en occuper. Mon livre peut aidez cette personne à le faire comme vous le souhaitez ».

Catherine Rahal est née dans les décombres de l’après-guerre à Berlin, en Allemagne, puis a grandi dans l’est des États-Unis avant de suivre son défunt mari à Montréal en 1982. Une tragédie personnelle et un désastre financier au début de sa vie l’ont incitée à travailler comme conseillère financière de 1991 à 2018. Elle est également une auteure reconnue dont les chroniques sur les finances personnelles ont été publiées sur le site Web Canoe Money et dans la Gazette de Montréal. Les certifications en planification pour les aînés qu’elle a obtenues en cours de route sont devenues le catalyseur de son travail sur les façons de simplifier les décisions importantes pour les personnes d’un certain âge.

‘L’incapacité et la mort peuvent nous toucher à tout âge. Nous laissons tous quelque chose derrière nous et quelqu’un doit s’en occuper. Mon livre peut aidez cette personne à le faire comme vous le souhaitez.’

En tant que personne active, le mot retraite ne fait pas partie de son vocabulaire, comme je l’ai appris en m’entretenant avec elle pour la rédaction de cet article. Rahal a indiqué que le livre avait pris forme peu de temps après avoir vu ses clients pour la dernière fois alors que d’autres projets étaient en cours d’élaboration. Elle souligne la créativité et la collaboration de la conceptrice-collaboratrice Wendy Moenig, dont les illustrations, la conception des formulaires et les suggestions utiles pour le texte font de cet ouvrage une publication cohérente et élégante.

Dans l’interview ci-dessous, Mme Rahal parle de son livre.

WM : Qu’est-ce qui vous a poussée à écrire ce livre et comment vos expériences personnelles l’ont-elles influencé ?

Rahal : Lorsque mon beau-frère est décédé en 1989, il m’a laissé un carnet contenant des informations : Lorsque mon beau-frère est décédé en 1989, il a laissé un carnet contenant des informations destinées à sa femme. Cela m’a marqué. Lorsque je suis devenue conseillère financière (ce que j’ai fait pendant 27 ans), j’ai eu l’occasion de faire face à des situations familiales difficiles lorsqu’il s’agissait de régler des successions. J’ai également agi en tant que procureur, mandataire et liquidateur (exécuteur testamentaire) pour un ami proche.

WM : Pourquoi est-il important que les familles discutent de ces questions embarrassantes, et quelle est la meilleure façon de le faire ?

Rahal : Plus les gens sont ouverts à la discussion, plus il sera facile de s’occuper d’eux en cas d’incapacité. Le règlement d’une succession est également beaucoup plus facile si le liquidateur sait ce que la personne souhaiterait, en particulier lorsqu’il s’agit de disposer d’effets personnels. Ce livre peut servir de guide pour ces discussions. Ce n’est jamais facile – la plupart d’entre nous n’aiment pas penser à leur propre mortalité – mais ce livre peut aider à orienter la discussion.

‘La mise en place de directives permettra à vos mandataires de s’adresser aux bonnes personnes pour obtenir de l’aide et contribuera grandement à réduire le stress généré lorsque la vie fait basculer votre monde en situation de crise.’

WM : Pourquoi est-il essentiel de s’occuper à l’avance de problèmes médicaux potentiels tels que la démence et les maladies incurables ?

Rahal : Lorsque la démence frappe, en particulier si elle est agressive, comme c’est souvent le cas pour le type précoce, la personne peut ne plus savoir clairement quels sont ses souhaits en matière de traitement et de soins. Mettre ces souhaits par écrit avant que la maladie dévastatrice ne frappe peut s’avérer très utile pour les soignants. Cela peut également permettre d’éviter les désaccords entre frères et sœurs sur la manière dont un parent atteint de démence ou toute autre incapacité doit être traité ou soigné.

WM : Qu’est-ce qui a éveillé votre intérêt pour les finances personnelles et la planification de l’avenir ?

Rahal : L’argent et les biens sont souvent une source de conflit lors du règlement d’une succession. Les frères et sœurs ne s’entendent pas tous. Et les parents gardent parfois des secrets, qui sont révélés après leur mort. Mettre ses volontés par écrit et s’assurer que toutes les parties intéressées sont prises en compte simplifie considérablement le travail de l’exécuteur testamentaire.

J’ai dû faire face à une mort inattendue très tôt dans ma vie. La perte d’un grand-parent s’inscrit dans l’ordre naturel des choses, même si ce décès est précoce – ma grand-mère n’avait que 69 ans. J’ai perdu mon mari dans un accident d’avion commercial en 1983 – j’avais 33 ans et il en avait 37 (plus jeunes que nos enfants aujourd’hui). Mon beau-frère est mort à l’âge de 46 ans.

Je suis depuis longtemps sensibilisée aux questions de fin de vie. Après le décès de mon mari, j’ai été escroquée par mes experts-comptables. Cette leçon m’a coûté très cher. Il m’a alors semblé naturel de me lancer dans les services financiers, et j’ai obtenu une licence pour l’assurance vie et les fonds communs de placement. J’ai également obtenu un certificat de planification pour les personnes âgées.

Mon objectif était d’éduquer et d’aider les gens à éviter les erreurs que j’avais commises. J’ai cessé mon activité à la fin de l’année 2018, comme prévu. Cette décision s’est avérée opportune, car j’ai suivi un traitement contre le cancer du sein – heureusement, tout est rentré dans l’ordre. La pandémie, avec son isolement forcé, était un bon moment pour écrire le livre et le nombre de personnes qui ont succombé au virus a rendu le sujet encore plus urgent.

‘Mettre ses volontés par écrit et s’assurer que toutes les parties intéressées sont prises en compte simplifie considérablement le travail de l’exécuteur testamentaire.’

WM : Que suggérez-vous à ceux qui cherchent à mettre de l’ordre dans leurs affaires ?

Rahal : Il me semble que tout le monde peut s’efforcer de planifier ses affaires. Les jeunes ne sont pas à l’abri de l’incapacité et de la mort. En réfléchissant à tout ce que l’on acquiert au fil des ans en termes de biens, il faut penser à s’en débarrasser un jour. Chaque déménagement implique de tout emballer.

Certaines des personnes les plus jeunes avec lesquelles je m’entretiens ont fait des efforts conscients pour limiter leurs possessions pour cette raison. Les gens ont des liens affectifs avec leurs affaires. Cela ne se traduit pas nécessairement par la possibilité de les vendre et, parfois, une grande partie de ce qui reste est reléguée aux dons.

If You Love Them Leave Them Lists cover

Le livre est divisé en plusieurs sections : les personnes, les documents, l’argent, l’empreinte numérique, les objets et les dernières volontés. Il est conçu pour être abordé section par section.

Remplir les formulaires de la seconde moitié de l’ouvrage peut vous inciter à réfléchir à la manière dont vous souhaitez que les choses se passent et peut faciliter les discussions nécessaires au sein de la famille. Je le considère comme un type différent de police d’assurance. Comme pour une assurance, vous la mettez en place, mais vous n’y pensez pas vraiment, à l’exception de la révision et de la mise à jour annuelles requises – il en va de même pour les testaments, les mandats et les procurations. Il s’agit d’un niveau supplémentaire de prise en charge afin de simplifier la tâche de ceux qui s’occuperont des soins et du règlement de la succession.

    *     *     *     *     *

Mme Rahal répondra aux questions sur son livre au Salon Carrefour 50+ du 14 au 16 avril, entre 10h et 16h30. L’événement a lieu au Palais des Congrès de Montréal, 1001 Place Jean-Paul-Riopelle dans le Vieux-Montréal (entrée gratuite). Le livre est disponible en version imprimée ou en format eBook sur le web à l’adresse suivante catherinerahal.com

Image d’entête : Pavel Danilyuk – pexels.com

Button Sign up to newsletter – WestmountMag.ca

Autres articles récents


Irwin RapoportIrwin Rapoport, journaliste indépendant, a obtenu une maîtrise en histoire et en sciences politiques à l’Université Concordia.

 

 



There are no comments

Ajouter le vôtre