blue-metropolis_westmountmag

Le printemps littéraire
du Festival Metropolis bleu

La programmation du 23e Festival littéraire international battra son plein du 24 avril au 2 mai

Dès le 24 avril 2021, la programmation de printemps du 23e Festival littéraire international Metropolis bleu battra son plein. En ligne ou à l’extérieur, plus de cinquante événements mobiliseront quelque deux cents artistes pour vous en mettre plein la vue et l’esprit sur le thème général Les défis de notre temps.

Quand littérature rime avec aventure, quand plaisir rime avec lire, quand connaissance du monde rime avec découvertes à la ronde, tous les signes convergent : le Festival littéraire Metropolis bleu va commencer. En voici un aperçu.

D’abord avec la remise de sept prix littéraires

prix Des mots pour changer à la romancière Nathacha Appanah (France/Île Maurice);
prix des Premiers peuples à l’écrivain Richard Van Camp (Canada);
prix Sciences et littérature à l’économiste Thomas Piketty (France);
prix Violet à l’écrivain André Roy (Québec); prix Azul 2020 à la romancière Gioconda Belli (Nicaragua) ;
prix Azul 2021 au romancier Javier Cercas (Espagne);
prix Diversité Metropolis bleu / Conseil des arts de Montréal à l’écrivain Nicholas Dawson (Québec/Chili).

Puis avec l’introduction d’une série de prestige

Dans le cadre de huit Grands Événements, cette série rassemble des auteurs de réputation internationale sur divers sujets:

• le philosophe africain Souleymane Bachir Diagne (Sénégal/France/États-Unis) sur les mémoires post-coloniales;
• le romancier David Grossman (Israël) sur les menaces que le racisme, l’intégrisme et autres maux font peser sur nos démocraties;
• le journaliste et essayiste Carl Honoré (Canada) sur les temps nouveaux de la lenteur;
• les romancières Hanan Al-Shaykh et Hoda Barakat (Liban) sur leur Liban blessé;
• l’écrivain Mathieu Lindon (France) sur les écrivains qui meurent… ou pas, à travers la figure de Hervé Guibert;
• les écrivains autochtones Kim Scott (Australie), Gregory Scofield (Canada) et Devon A. Mihesuah (États-Unis) sur les rapports entre l’art et le militantisme;
• les autrices queers Mattilda Bernstein Sycamore et Randa Jarrar (États-Unis) et leur plongée réciproque dans leurs oeuvres;
• le musicien et star Caetano Veloso (Brésil) qui, à travers ses mémoires, fait revivre les riches heures du jazz brésilien.

Chacun fera ensuite son miel en butinant dans les sections Conversations et Regards croisés et Autres rencontres où sont proposés plus de vingt-cinq événements littéraires de toutes sortes : panels, débats, rencontres, lancements, spectacle littéraire. Par exemple, la série Effets d’imaginaire : du sombre au lumineux, réalisée par Congrès Boréal dont c’est la 42e édition, explorera de tels effets d’imaginaire dans les univers du polar, de la science-fiction, du fantastique, de la fantasy et de l’horreur.

Grâce à notre partenariat renouvelé avec Les rendez-vous du premier roman (UNEQ) et Lectures plurielles / Festival du premier roman de Chambéry (France), quatre primo-romanciers français et québécois seront présents en force : Victoria Mas (Le bal des folles), Marie-Ève Thuot (La trajectoire des confettis), Paul Kawczak (Ténèbres) et Caroline Dorka Fenech (Rosa Dolorosa).

Cette année encore, le panel Jerusalem of the mind bousculera les codes des habituels clivages au Proche-Orient en réunissant, en anglais, au nom de la littérature, des auteurs israéliens et palestiniens. Quelques panels parmi d’autres : à quoi rassemblera le théâtre à Montréal après le COVID-19?; dialogue intergénérationnel sur l’expérimentation littéraire; l’art de se reconnecter avec la nature. Aussi au programme : notre forum en ligne Rêves et paix, alors que dix écrivains évoquent l’urgence de demain, la sérénité d’aujourd’hui; un spectacle littéraire et musical à partir de l’oeuvre du grand poète libanais Khalil Gibran, qui n’est pas que l’auteur du célébrissime Le Prophète; une suite irlandaise venue tout droit de Dublin; des poètes, des essayistes et, chaque fois, des discussions passionnantes.

Sans oublier les petits, les parents et les grands-parents

Les 24-25 avril et les 1-2 mai prochain, deux Week-ends festifs sont proposés dans le cadre du Festival des enfants TD Metropolis bleu qui se déroule maintenant à l’année. Marie-Andrée Arsenault, lauréate du Prix Harry Black 2020, Erin Bow, lauréate du Prix du Gouverneur général 2019 – volet anglophone, Jacques Goldstyn, lauréat du Prix TD 2020, Amélie Dumoulin, finaliste du Prix TD 2020, de même que Geneviève Guilbault, Virginia Pésémapéo Bordeleau et Jan Thornhill, dont la renommée n’est plus à faire, seront les auteurs vedettes de ces Week-ends festifs. À quoi s’ajoutent nos balados pour réduire l’anxiété chez les adolescents, la seconde Journée CPE-Garderies le 16 avril, les deux programmes éducatifs de la Fondation Metropolis bleu en 2021. Tous les détails sur le site de Metropolis bleu.

Ce n’est pas fini! Quand vous croirez avoir fait le plein d’événements en ligne, il vous restera l’envie de sortir dehors, nos balados littéraires dans les oreilles, le nez au vent. Dès le 20 mai 2021, retrouvez auteurs, artistes et comédiens en empruntant six circuits littéraires étonnants. Marcher. Découvrir. Écouter. Lire. Rêver. Dehors toutes, oui.

Pour le programme complet, visitez www.metropolisbleu.org/festival2021



There are no comments

Add yours