SMCQ_westmountmag

Coup d’envoi du festival
Montréal/Nouvelles Musiques

Le compte à rebours du MNM 2019 est commencé sous le thème des « Grands espaces »

La Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) a donné le coup d’envoi du festival international Montréal/Nouvelles Musiques, avec un grand concert de l’Ensemble de la SMCQ à l’Église Saint-Jean-Baptiste intitulé HoMa le 21 février. Faisant résonner des instruments à vent et des percussions réparties aux quatre coins de l’église – en plus des tuyaux du grand orgue – le concert a donné le ton à cette 9e édition, sous le thème des « Grands espaces ».

Walter Boudreau, directeur artistique de l’événement, voulait dès le départ plonger le public au cœur du son, « [lui] faire sentir la puissance des espaces acoustiques, l’envelopper d’ondes sonores pour qu’il en arrive littéralement à vibrer en harmonie avec elles ». Au programme : des œuvres de Samy Moussa, Michel Gonneville, Jean-François Laporte et György Ligeti, entre les mains des musiciens de l’Ensemble de la SMCQ sous la baguette de Walter Boudreau et Samy Moussa, du quatuor de saxophones Quasar et de l’organiste Jean-Willy Kunz.

Après ce coup d’envoi, le festival proposera au public des concerts variés, colloques, conférences, tables rondes et activités de médiation qui exploiteront chacun à leur manière la thématique des « Grands espaces », dans différentes salles de Montréal jusqu’au 2 mars. Tous les détails se retrouvent au festivalmnm.ca

MNM 2019 fait voyager à travers les grands espaces géographiques autant qu’à travers les grands espaces acoustiques.

Ce programme laisse découvrir le visage que donne le directeur artistique, Walter Boudreau, à la thématique des Grands Espaces : « MNM 2019 fait voyager à travers les grands espaces géographiques autant qu’à travers les grands espaces acoustiques. La thématique a aussi été l’occasion de favoriser des rencontres particulièrement intéressantes entre artistes d’ici et d’ailleurs. On veut faire tomber les barrières et les frontières, profiter du festival pour ouvrir les espaces ! » 

Espaces vocaux

  • L’hypothèse Caïn (22 février) : Spectacle opératique pour 8 chanteurs et 13 instrumentistes, inspiré de la fascinante thématique de l’origine de la violence et du meurtre chez l’être humain à travers le mythe de Caïn. Une création du compositeur Michel Gonneville, sur un livret d’Alain Fournier et avec des images de Mario Côté et Catherine Béliveau.
  • Mouvance (23 février) : Spectacle sur le thème de la mouvance et du déracinement avec une musique de Jérôme Blais sur des textes de poètes acadiens. Un voyage migratoire mené par la soprano Suzie Leblanc (Le Nouvel Opéra), où environnements sonores et visuels s’enchaînent de manière ininterrompue.
  • Charles Lutwidge Glass and Dog songs without Carols (24 février) : Dramaphonie pour voix et violon mis en espace, se référant librement à la petite Alice Liddell. Une immersion dans le mystérieux univers poétique de la compositrice Michelle Boudreau.
  • Inuit Songs II (25 février) : Rencontre inusitée entre la culture inuite et le monde musical contemporain, dans une œuvre de Gordon Williamson née d’une collaboration étroite avec la communauté autochtone. Une occasion aussi unique qu’inusitée d’entendre les chanteuses de gorge Lisa Louise et Winnie Ittukallak de Puvirnituq (Nunavik) aux côtés des réputés chanteu
Société de musique contemporaine du Québec - 9e édition du festival Montréal/Nouvelles Musiques – WestmountMag.ca

Photo: Annik MH

Espaces numériques

Les nouvelles technologies, avec leur capacité de spatialisation du son, ont une place de choix dans ce festival. Un parcours en trois temps est offert à l’intérieur de la SAT pour découvrir les espaces inusités des artistes Patrick Saint-DenisChantal Laplante et Roxanne Turcotte (D’un espace à l’autre). Le festival s’associe aussi au Matralab de l’Université Concordia pour présenter une œuvre déambulatoire de Sandeep Bhagwati avec 5 musiciens et intelligence artificielle (Éphémérides), où se rencontrent sons et lumière. Un spectacle opératique avec vidéo et électronique de Michel Gonneville, sur un livret d’Alain Fournier dans une scénographie/ vidéographie de Mario Côté (L’hypothèse Caïn), prend également l’affiche.

  • D’un espace à l’autre (26 février) : Parcours en trois temps à l’intérieur de la SAT pour découvrir les espaces inusités de trois artistes en musique électroacoustique/art sonore, entre instruments robotisés, haut-parleurs, musicien(ne)s et danseuse (Patrick Saint-Denis, Sarah Bronsard, Chantale Laplante, Roxanne Turcotte).
  • Éphémérides (26 février) : Événement déambulatoire à travers des constellations de lumière et de sons produits par six musiciens en interaction avec un logiciel d’intelligence artificielle. Une création de Sandeep Bhagwati, avec matralab (Université Concordia).
  • Inside Your Bones (27 février) : Expérience sensorielle immersive dans l’univers peuplé de plaques de métal vibrantes du compositeur numérique Jean-François Laporte (Productions Totem Contemporain) et du danseur-chorégraphe français Benjamin Bertrand, avec les musiciens de l’ensemble Ars Nova (France).
  • Klang (28 février et 1er mars) : Dans différents espaces de la SAT, série de concerts sur 14 heures pour découvrir l’intégralité du célèbre cycle inachevé de Stockhausen, Klang, composé de 21 œuvres, représentant 21 heures de la journée. Une première au pays, avec les musiciens de Analog Arts (New York) auxquels se joignent des musiciens de l’Ensemble de la SMCQ.
  • La Grande Nuit (2 mars) : Une nuit au cœur du son dans les espaces architecturaux uniques de l’ancienne forge devenue l’Agora Hydro-Québec, proposée par GRMS (Groupe de recherche sur la médiatisation du son). Diffusion immersive sur dôme de 32 haut-parleurs, avec la participation de chanteurs et musiciens live, faisant découvrir la musique de près de 20 compositeurs de la scène locale et internationale.
Société de musique contemporaine du Québec - 9e édition du festival Montréal/Nouvelles Musiques – WestmountMag.ca

photo : courtoisie SMCQ

Grands espaces acoustiques

L’immensité acoustique de l’Oratoire Saint-Joseph est animée des 150 guitares de Instruments of Happiness, dans le monumental projet Bach, Beatles, Brady coproduit par Bradyworks et l’Oratoire. L’espace unique de l’Église Saint-Jean-Baptiste est lui aussi mis sous vibration avec le concert d’ouverture HoMa de l’Ensemble de la SMCQ, pour bois, trompe-sax, cuivres, percussions et grand orgue, autour principalement de la grande œuvre du compositeur Michel Gonneville. L’OSM et Kent Nagano se joignent à MNM pour faire sonner et résonner la Maison Symphonique de Montréal, en présentant à l’une des plus audacieuses œuvres de Claude Vivier, Siddhartha, pour grand orchestre disposé en huit groupes « spatialisés ». 

  • Bach, Beatles, Brady : 150 guitares (24 février) : Grand événement gratuit pour toute la famille dans lequel les 150 guitares électriques de Instrument of Happiness (Bradyworks), réparties de part et d’autre de la basilique de l’Oratoire Saint-Joseph, font résonner des œuvres de Bach, des Beatles, de Tim Brady et des élèves de l’école Saint-Pierre-Claver (CSDM).
  • Mozart selon Kent Nagano (27 et 28 février) : Grand concert avec l’OSM où se côtoient certaines des pages les plus connues de Mozart et l’une des plus audacieuses œuvres de Claude Vivier, Siddhartha, pour grand orchestre en huit groupes « spatialisés ».
Société de musique contemporaine du Québec - 9e édition du festival Montréal/Nouvelles Musiques – WestmountMag.ca

Photo: Orchestre symphonique McGill

Espaces intimes

  • Musique d’Art (24 février) : Œuvre concert pour violon, alto, violoncelle, contrebasse et traitement du compositeur Simon Martin (Projections libérantes), en première mondiale par l’Ensemble Musikfabrik.
  • Mosaïque (24 février) : Le tour du Canada en un concert : le quatuor avec piano Made in Canada présente une vaste suite dans laquelle quatorze compositeurs canadiens s’inspirent de quatorze grands espaces du pays.
  • Voix invisibles (2 mars) : Concert intimiste pour découvrir le mystérieux thérémine, instrument électronique dont on célèbre cette année les 100 ans, entre les mains d’un de ses plus grands maîtres, Thorwald Jørgensen (Pays-Bas). Ici entouré d’un chevronné quatuor à cordes américain (Friction Quartet, San Francisco), dans des œuvres de S. Bertrand, G. Ligeti, M. Feldman et W. Boudreau.

Pour toute la famille

  • Apportez vos patins : Du 16 février au 2 mars, le grand public est invité à venir patiner sur une musique contemporaine composée par Gabriel Dharmoo avec les jeunes des Loisirs Saint-Jacques au parc Toussaint-Louverture ! (projet réalisé avec le soutien de l’arrondissement Ville-Marie)
  • SpielBar – Atelier de composition (23 février) : Le Goethe-Institut présente un atelier de composition pour tous sous la direction de solistes de l’ensemble Musikfabrik (Allemagne).

Rappelons également le grand événement 150 guitares (24 février) à l’Oratoire Saint-Joseph, avec la participation des élèves de l’École Saint-Pierre-Claver (CSDM) qui viennent nous présenter une œuvre qu’ils ont composée avec le compositeur Tim Brady.

Images : courtoisie SMCQButton Sign up to newsletter – WestmountMag.ca

À lire aussi : Portraits et fantaisies : la musique en liberté


SMCQ - logo

La Société de musique contemporaine du Québec est une institution au cœur de la création musicale depuis plus de 50 ans. La SMCQ se consacre à la valorisation du travail de ses compositeurs. Au fil des années, elle s’est imposée sur la scène culturelle par la qualité et l’envergure de ses concerts et activités, qui se démarquent par leur aspect rassembleur. smcq.qc.caPour connaître tous les projets de la SMCQ, inscrivez-vous à l’infolettre.

RW french banner - WestmountMag.ca



Il n'y a aucun commentaire

Ajouter le vôtre