papillon-monarch-butterfly_westmountmag.ca

Quel est l’agenda caché
pour le Technoparc ?

Pourquoi être inflexible sur une question qui pourrait être facilement résolue à la satisfaction de tous ?

Par Georges Dupras

1 décembre 2021

On m’a toujours dit de choisir mes combats, et d’éviter les nombreuses occasions où des luttes frivoles ne feraient qu’épuiser mon énergie limitée et m’empêcheraient de m’occuper de questions plus importantes. En d’autres termes, il faut éviter de se battre contre des moulins à vent.

Cela dit, j’avoue ne pas comprendre pourquoi le gouvernement fédéral investit tant d’énergie visant à soutenir le projet d’installation de la fabrique de masques Medicom dans la zone du Technoparc située juste à l’ouest de l’aéroport international Trudeau. Cette usine de production, proposée par Meltech Innovation Canada Inc. serait située dans ce qui est le dernier marais non protégé de l’île de Montréal.

… j’avoue ne pas comprendre pourquoi le gouvernement fédéral investit tant d’énergie visant à soutenir le projet d’installation de Medicom dans la zone du Technoparc située dans ce qui est le dernier marais non protégé de l’île de Montréal.

En dépit d’une forte opposition de la part des naturalistes et des écologistes, les agents du gouvernement fédéral refusent d’accepter que les terres visées sont riches en biodiversité et constituent une zone d’alimentation très importante pour le papillon monarque, une espèce vulnérable en danger. L’endroit assure également la survie de nombreuses autres espèces.

L’honorable Steven Guilbeault, ministre responsable au fédéral de l’Environnement et des Changements climatiques, ne pense pas que cet écosystème, détenu en grande partie par le gouvernement fédéral et géré par Aéroports de Montréal (ADM), mérite une désignation spéciale. Nous attendons toujours que le ministre mette à notre disposition un inventaire scientifique indépendant de la biodiversité de cette zone. Compte tenu du nombre de bâtiments adéquats et inoccupés disponibles à proximité du Technoparc, on peut se demander pourquoi le gouvernement est obsédé avec cette zone humide particulière et unique.

À la suite de l’insistance du premier ministre Trudeau sur la transparence du gouvernement, au lendemain du Sommet des Nations Unies sur le climat 2021 (COP-26), des sécheresses, des inondations, des coulées de boue et des feux de forêt en Colombie-Britannique, des pandémies récurrentes et des perturbations climatiques en cours, on est amené à se demander s’il existe un agenda caché ici. Quelle est la cause de cette fascination envers ces quelques hectares ? Pourquoi les autorités sont-elles inflexibles alors que le litige pourrait être facilement résolu à la satisfaction de tous ?

‘Compte tenu du nombre de bâtiments adéquats et inoccupés disponibles à proximité du Technoparc, on peut se demander pourquoi le gouvernement est obsédé avec cette zone humide particulière et unique.’

Il y a peu d’espoir de voir la Cope-26 réussir quand on ne peut même pas résoudre un problème aussi évident que celui-ci. Il est temps que nos députés élusse dévoilent et nous disent la vérité sur l’agenda caché derrière cette absurdité.

Avertissement : Les opinions exprimées dans cet article sont celles de son auteur et ne reflètent pas les opinions de WestmountMag.ca ou de ses éditeurs.

Image d’entête: Kathy Servian on Unsplash

Button Sign up to newsletter – WestmountMag.caÀ lire aussi : autres articles par Georges R. Dupras


Georges Dupras

Georges R. Dupras se fait le champion et le défenseur des animaux depuis plus de 50 ans. Il est membre de l’International Association for Bear Research and Management (IBA), un directeur de l’Alliance pour les animaux du Canada (AAC), le représentant du Québec de Zoocheck Canada, et un ancien directeur de la Société canadienne pour la prévention de la cruauté envers les animaux (CSPCA). En 1966, il s’est impliqué dans la campagne initiale pour sauver les phoques qui a mené à la fondation de l’International Fund for Animal Welfare (IFAW) en 1969. Il a publié deux livres : Values in Conflict et Ethics, A Human Condition. Georges demeure à Montréal, Québec, Canada.




There are no comments

Add yours