columbia_191121_133543_westmountmag

Les lieux de Westmount :
l’avenue Columbia

L’histoire derrière le familier : Les racines historiques de la tranquille et accueillante avenue Columbia

Par Michael Walsh

12 mars 2021

Achetez de la terre, on n’en fabrique plus.

– Mark Twain

Les rues sans issue me rappellent les lieux d’enfance où l’on jouait au hockey de rue avec des amis en utilisant nos vestes roulées comme poteaux de but. Loin de la circulation et de la plupart des piétons, c’était un endroit où nous pouvions être des enfants – libérés des contraintes de l’âge adulte.

Heureusement pour nous, plusieurs rues de ce type existent encore à Westmount, et l’une d’elles s’appelle Columbia. Pour moi, comme pour beaucoup de gens, l’enfance est un souvenir lointain. Cependant, en marchant le long de cette rue, je me souviens d’y avoir joué et d’avoir dessiné des cercles dans la terre pour jouer aux billes avec un sac de mes billes préférées.

map of Nouvelle-France - WestmountMag.ca

Carte de la Nouvelle-France (1702) – Domaine public

Comment décrire autrement l’avenue Columbia ? Elle est à l’écart du trafic piétonnier, mais à quelques minutes des boutiques et des restaurants de l’avenue Greene et du centre-ville. En quête d’inspiration, je me suis tournée vers les annonces immobilières locales dans lesquelles des superlatifs tels que “calme” et “adapté aux enfants” ont été utilisés. D’autres qualificatifs tels que “maisons ancestrales” étaient un peu exagérés. Je la décrirais comme une rue bordée de belles maisons dans un quartier que le temps a oublié.

54Columbia - WestmountMag.ca

54 Columbia

Historiquement, la rue est fascinante, et la vie de ses premiers résidents l’est encore plus comme nous allons le découvrir. La région, située sur le territoire de la Nouvelle-France, faisait partie des nombreuses concessions accordées par le roi Louis XIV.

En effet, l’avenue Columbia faisait à l’origine partie du régime seigneurial utilisé par la couronne française, selon lequel les terres étaient accordées à un seigneur qui concédait des fiefs (parcelles) à des locataires (habitants) qui s’installaient et cultivaient leur portion de terre. En outre, en tant que forme de tenure féodale, ceux qui travaillaient la terre payaient une rente annuelle au seigneur (rente seigneuriale) ainsi que d’autres obligations qui étaient légalement transmises aux héritiers des locataires. Ce régime foncier est resté en place jusqu’en 1854, date à laquelle il a été aboli par l’Assemblée législative de la province du Canada, par le biais de la Loi seigneuriale.

Plus précisément, dans les années 1660, l’actuelle avenue Columbia faisait partie du Fief Saint-Joseph (patron du Canada), une voie de terre de 200 arpents appartenant à la Congrégation des Hospitalières de Saint-Joseph. La Congrégation conserve une présence religieuse à Montréal avec sa Maison Générale située sur l’avenue des Pins ouest.

Grand Trunk Head Office Montreal - Westmountmag.ca

Siège social de la Compagnie de chemin de fer du Grand Tronc du Canada, 360, rue McGill, Montréal – Image : Jean Gagnon, Wikimedia Commons

55 Columbia - WestmountMag.ca

55 Columbia

Une fois ce chapitre de l’histoire terminé, examinons comment cette parcelle de territoire a été incorporée à la ville de Westmount, 200 ans plus tard.

Le terrain appartenait à MM. Greene et Atwater (vous connaissez maintenant l’origine de deux autres noms de rue) et a été cédé à la ville de Côte Saint-Antoine en 1896.

« Il a été proposé par le conseiller Bulmer, et résolu à l’unanimité, que, dans la mesure où MM. Greene et Atwater sont prêts et ont offert de céder par transfert valide et sans condition, les lots de terrain formant les avenues Columbia et Bruce dans ladite ville. Que le maire et le secrétaire-trésorier soient et sont par la présente autorisés à signer cet acte de cession… »
– 4 mai 1896

À part la cessation précédente, les procès-verbaux de la ville de Saint-Antoine (devenue depuis la ville de Westmount) font peu mention de l’avenue Columbia – sauf pour l’installation d’une lampadaire à arc électrique (1898) et du prolongement du trottoir jusqu’à la rue Dorchester (1902).

Dart & Chapman - Westmountmag.ca

Document du Canada Medical Record, Montreal, Vol. 28, No. 6, Juin 1900

En termes de couverture médiatique, la rue n’est mentionnée qu’une seule fois en 1929 pour une ruse qui se perpétue (sous de nombreuses variantes) jusqu’à aujourd’hui :

« Les occupants d’une résidence de Westmount ont reçu la visite d’un faux employé de Bell « Eh bien madame, je suis de la compagnie de téléphone Bell du Canada, et je suis ici pour l’installation du nouveau téléphone automatique », dit un homme à l’occupante d’une maison sur l’avenue Columbia à Westmount… Après avoir montré un badge, l’homme est entré dans la maison et a fouillé partout dans la maison et les armoires en prétendant qu’il cherchait des fils. Lorsque l’un des occupants a insisté sur le fait qu’il n’y avait aucun fil dans les armoires, l’homme a coupé la connexion téléphonique et est parti peu après. Une somme de 10 $ a été signalée comme manquante aux agents de la police de Westmount… »
Montreal Gazette, 7 septembre 1929

Evans Brothers ad - WestmountMag.ca

Publicité Evans Brothers – J.C. Wilson Cartes postales, enveloppes et articles de papeterie

Enfin, que ou qui le nom “Columbia” commémore-t-il ? Si vous avez répondu Christophe Colomb, vous auriez raison, en supposant que vous habitiez aux États-Unis. La plupart des sources canadiennes suggèrent toutefois que l’origine du nom fait référence au fleuve Columbia qui prend sa source dans le lac Columbia, dans la région de Kootenay, autour de la chaîne de Selkirk, formant la frontière nord de l’Oregon avant de se jeter dans l’océan Pacifique.

Armés de ces faits historiques et géographiques, continuons notre promenade le long de l’avenue Columbia et faisons connaissance avec certains des premiers résidents et leurs histoires depuis longtemps oubliées.

50 Columbia
W. H. Blackadder (1901)

« Environ 5 000 élèves de l’école dominicale ont pris part aux rassemblements du jour de l’An qui, depuis de nombreuses années, font partie des célébrations du jour de l’An… La cérémonie comprenait une brève salutation du drapeau… M. W. H. Blackadder, de l’école dominicale de Westmount, assumait la présidence et dirigeait les exercices qui comprenaient des chants, l’échange de salutations avec les écoles dominicales des autres confessions… »
Gazette de Montréal, 2 janvier 1908

The Old Architecture of Quebec book - WestmountMag.ca

Éditions Abe Books

52 Columbia

James Powell, dessinateur en chef (1901)

« Lors de la dix-septième réunion annuelle du Canadian Railway Club, qui s’est tenue hier soir à l’hôtel Winsor, M. James Powell, secrétaire du club depuis quatorze ans, a donné sa démission, car il s’était retiré de la Compagnie de chemin de fer du Grand Tronc du Canada pour occuper un poste de responsabilité dans les classes professionnelles pour la réinsertion des soldats revenus au pays, en tant qu’instructeur en dessin mécanique….
Montreal Gazette, 14 mai 1919

Le soldat H. E. Provost, fils de M. et Mme L. E. Provost, tué au combat alors qu’il servait dans l’armée canadienne outre-mer. (1944)

68 Columbia - WestmountMag.ca

68 Columbia

54 Columbia
Arthur E. Patton, inspecteur de la Compagnie de chemin de fer du Grand Tronc (1901)

55 Columbia

Société G. Climie, Telfer & Climie Ltée (1901)
Agents de bétail, de commission et d’assurance. Écuries de chevaux situées au 131-135, rue Inspector, avec des bureaux au 43 rue St-Sacrement.

James Watson (1914)

« M. James Watson est décédé hier à sa résidence du 55, avenue Columbia, à Westmount… Né dans le Krieudbrightshire, en Écosse, en 1830, il est venu au Canada en 1856, après avoir été à l’emploi de la Banque d’Écosse durant dix ans, pour se joindre au personnel de la Banque d’Amérique du Nord britannique… sa veuve, cinq fils et quatre filles lui survivent. »
Montreal Star, 24 décembre 1914

Tooke ad - WestmountMag.ca

Annonce, The Windsor Star, 22 mai 1909

56 Columbia
Mme Mary Lowery, veuve de James Lowery, contremaître (1901)

Edward Powers, comptable (1920)

57 Columbia
F. Chapman, Dart et Chapman (1901)

Révérend James McAvoy, ministre de l’église unie Calvin Westminster (1933)

« En 1940, l’église Central United s’est joint à l’église Calvin Westminster pour former la congrégation Westminster Central United Church. En 1960, l’église presbytérienne Calvin originale, près de la rue des Seigneurs, a été occupée par une laiterie. L’ancienne église Central United abrite maintenant la Mission Old Brewery. »
Archives de l’Église United Church

Mme J. D. Roche (1933)

« Mme Roche était connue pour ses activités philanthropiques. Pendant de nombreuses années, elle s’est beaucoup intéressée à la clinique pour bébés de Sainte-Anne et, pendant la guerre, elle a consacré une grande partie de son temps et de son énergie aux œuvres sociales. Elle était membre de la Ligue des femmes catholiques et participait à ses entreprises en faveur des œuvres de charité. »
Montreal Gazette, 10 avril 1933

‘Maison de chambres – 57 Columbia Avenue – Propriété en pierre et en brique comprenant 8 chambres louées, un grand sous-sol, le tout joliment meublé avec des privilèges. Procurant un revenu de 4 600 $ annuellement. Doit être vendue immédiatement pour $16,500. Faites une offre.’

– Annonce, décembre 1954

69 Columbia - WestmountMag.ca

69 Columbia

59 Columbia

Charles Webster, greffier (1901)

H. C. Campbell, greffier (1920)

61 Columbia
H. Walker, acheteur, Greenshields Limited (1901)

« Greenshields avait commencé son apprentissage dans l’entreprise familiale de vente en gros de produits secs, S. Greenshields, Son & Company, en 1869. Initialement connue sous le nom de Samuel Greenshields & Son, l’entreprise avait été créée par son grand-père Samuel, un marchand de Glasgow, et son père, John, en 1833. Edward Black, devenu associé en 1876 puis directeur de la société en 1888, est devenu le président de Greenshields Limited en 1903. Il a présidé à l’expansion de l’entreprise à travers le Canada. En 1907, l’entreprise était le plus grand fournisseur d’articles de mercerie importés et nationaux du pays. Elle vendait des cotons, des lainages, des tapis, des articles d’ameublement, des articles vestimentaires et des articles de mercerie comme des gants, des bas et des lacets. En outre, elle était l’agent exclusif au Canada de plusieurs fabricants britanniques et européens prestigieux. »
Encyclopédie canadienne

70 Columbia - WestmountMag.ca

70 Columbia

62 Columbia

John Fisher, second officier mécanicien, disparu en mer alors qu’il servait dans la marine marchande (1944)

Le transmetteur Albert Victor Ward, R.C.N.V.R., fils de M. et Mme Ward, précédemment porté disparu, à présent présumé mort à la suite du naufrage du H.M.C.S. Valleyfield lors d’une action ennemie en mai 1944.

63 Columbia
J. H. Cayford, teneur de livres, Evans Brothers (1901)

64 Columbia
John Glegg, voyageur de commerce – (1901)

65 Columbia
Ramsay Traquair, architecte (1901)
« L’architecte Ramsay Traquair est né à Édimbourg et a fait ses études à l’Université d’Édimbourg, à l’Edinburgh College of Art et à l’Université de Bonn. En 1913, il émigre au Canada et devient professeur d’architecture à l’Université McGill. De 1933 à sa retraite en 1938, il est directeur de l’école d’architecture. En 1939, il devient professeur émérite. Le principal ouvrage de Traquair est un livre sur la vieille architecture du Québec, mais il a également publié des études sur l’orfèvrerie québécoise et un certain nombre d’articles sur les aspects esthétiques et sociaux de l’architecture. Il a conçu le drapeau de l’université McGill ainsi que les ex-libris et les fenêtres des bâtiments universitaires.”
Enseignement et recherche, McGill

72 Columbia - WestmountMag.ca

72 Columbia

66 Columbia
Roderick McLennan, voyageur de commerce (1901)

Le soldat Edgar Frank tué au combat ; sa tante, Mlle Jane Isabel Davidson résidant au 66 Columbia Avenue. (1944)

67 Columbia
Joseph E. Cookson, Kingman & Company, cabinet d’avocats fondé en 1879 (1901)

68 Columbia
Frederick G. Cope, secrétaire adjoint, surintendant des agences, Sun Life du Canada (1901)

Walter S. Barker, secrétaire-trésorier, Tooke Brothers Limited (1940)

69 Columbia
C. D. Wolfkill C.E., Dominion Bridge Company (1901)

« La Dominion Bridge Company, fondée à Toronto en 1879 sous le nom de Toronto Bridge Company, s’installe à Lachine en 1883 pour fabriquer des superstructures en fer et en acier pour les ponts et les bâtiments. Attirée par les vastes étendues de terrains à bas prix le long du canal, l’entreprise est directement liée au développement de Lachine. Elle a progressivement agrandi son complexe, achetant d’autres terrains et ajoutant un atelier d’usinage en 1897, puis faisant d’autres ajouts entre 1925 et 1935. »

Mapleine ad - WestmountMag.ca

Annonce 1918, The Crescent Manufacturing Co.

« Employeur important à Lachine, Dominion Bridge a construit de nombreux gratte-ciel et ponts à travers le Canada, dont le pont ferroviaire de Reversing Falls à Saint John, au Nouveau-Brunswick, et le pont entre Kanahwake et Lachine. L’entreprise et sa filiale, les Industries Davie, ont fait faillite en 1998 et, suite aux efforts concertés et aux protestations des syndicats, les actifs ont été rachetés par le Groupe ADF inc. et le Fonds de solidarité FTQ. En 2003, l’ADF a menacé de fermer les installations, qui ont alors été rachetées par la société Cintube, un ancien partenaire de Dominion Bridge spécialisé dans le cintrage de précision de tubes, tuyaux, poutres et canaux. »
Patrimoine canadien

L’entreprise a également fourni la ferronnerie pour la bibliothèque municipale de Westmount en 1898.

70 Columbia
James Douglas, constructeur (1899)

Henry Timmins (1901)

72 Columbia
George C. Wells, commis en chef, Chemin de fer Canadien Pacifique (1901)

92 Columbia - WestmountMag.ca

92 Columbia

74 Columbia
John McBoyle, commis (1901)

88 Columbia
John A. Gordon, plombier (1901)

90 Columbia
W. J. Agnew, directeur, société North American Cigar Company Limited (1901)

A. J. McBride, directeur adjoint de la Crescent Manufacturing Company Limited (1906)

« Crescent Foods Inc. est une entreprise d’épices et d’assaisonnements établie à Seattle qui a débuté en 1883 sous le nom de Crescent Manufacturing Company comme petit fournisseur d’extrait de vanille. Après la découverte d’or sur la rivière Klondike au Canada en 1897, l’entreprise s’est rapidement développée en vendant un ensemble d’épices et d’assaisonnements populaire auprès des chercheurs d’or. En 1905, la société Crescent a elle-même trouvé de l’or lorsqu’un chimiste et un vendeur de la société ont concocté une imitation de l’arôme d’érable, baptisée Mapleine. Mapleine a conquis un marché mondial et a considérablement élargi le marché de Crescent. »

96 Columbia - WestmountMag.ca

96 Columbia

« Mapleine a été le produit phare de la société pendant une grande partie du XXe siècle. Les ménagères à court d’argent l’utilisaient comme substitut du sirop d’érable durant la dépression des années 1930, et le produit est resté populaire auprès des cuisiniers et des boulangers pendant des décennies. Il a également été utilisé comme agent aromatisant dans la fabrication de cigarettes commerciales. La compagnie Crescent a fait la promotion de Mapleine et d’autres produits en publiant de petits livres de cuisine. »
HistoryLink.org

92 Columbia
William Rutherford junior, société William Rutherford & Sons (1901)

Allan Line ad - WestmountMag.ca

Bibliothèques de l’Université de l’Alberta

« Westmount perd un citoyen éminent en la personne de W. Rutherford. L’ancien maire et conseiller municipal de la ville de banlieue meurt à 68 ans. Un industriel de premier plan, il était directeur de l’entreprise de bois d’œuvre portant le nom de la famille et Il était propriétaire de diverses associations sportives. Un drapeau était mis en berne hier au-dessus de l’hôtel de ville de Westmount pour signifier que la municipalité pleurait l’un de ses fils les plus distingués, William Rutherford, ancien échevin, ancien maire et homme d’affaires très connu, décédé samedi soir à son domicile, au 458 de l’avenue Mount Stephen. Il était âgé de 67 ans et était malade depuis longtemps. »

« Toujours intéressé par les affaires civiques, M. Rutherford a été élu par acclamation au poste le plus élevé que la municipalité pouvait offrir, celui de premier magistrat. Il a occupé le siège de maire pendant le mandat de 1911-12. Auparavant, il avait été conseiller municipal pendant trois ans. »

« Ses activités commerciales étaient centrées sur la société Rutherford Lumber Company, anciennement connue sous le nom de William Rutherford & Sons, Company, Limited. Cette entreprise a été fondée par le père de M. Rutherford. Au moment de son décès, il était directeur de cette entreprise après avoir occupé pendant de nombreuses années le poste de trésorier. »
Montreal Gazette, 29 février 1932

White Rose ad - WestmountMag.ca

David Guthrie (1911)

« M. David Guthrie et Mme Guthrie ont célébré le cinquantième anniversaire de leur mariage au 92 de l’avenue Columbia… Des roses et des œillets blancs, des drapeaux, des palmiers et des grappes de minuscules lumières électriques rouges, blanches et bleues ont décoré et illuminé les halls et les salles de réception. Sur une table d’appoint se trouvait un magnifique panier de riches roses Gloire de Dijon… dans une fenêtre en baie, bordée de palmiers, pendait une énorme cloche de dais blancs sous laquelle la famille a reçu ses invités. »
Gazette de Montréal, 18 juillet 1911

100 Columbia - WestmountMag.ca

100 Columbia

« Le vénérable Écossais, véritable vétéran du curling, est décédé hier. David Guthrie, l’un des fondateurs et ancien président du St. Lawrence Curling Club, ancien président de la branche canadienne du Caledonian Curling Club of Scotland et probablement le curleur le plus ancien du Dominion… Ces dernières années, aucune célébration du jour de l’An n’a été complète sans la présence du vénérable Écossais. Sa grande silhouette robuste, vêtue de kilts des Highlands et de Tam o’ Shanter, sa barbe blanche flottante et ses yeux pétillants en font l’une des figures les plus frappantes sur la glace… (il) incarnait tout ce que ce sport d’hiver représentait. »
Montreal Gazette, 5 janvier 1917

96 Columbia
Résidence de T. M. Todd, directeur, société Allan Line (1899)

« Le lieutenant B. G. Todd, déclaré tué au combat, est le fils de T. M. Todd, comptable de la H. A. Allan Steamship Lines. Avant de partir outre-mer, il était employé comme voyageur commercial. Le lieutenant Todd avait vingt-huit ans et son frère est le major Guy M. Todd, trésorier adjoint des forces canadiennes sous les ordres du colonel Ross à Londres. »
Montreal Gazette, 13 novembre 1916

Bonaventure Station - WestmountMag.ca

Gare Bonaventure, chemin de fer du Grand Tronc, Montréal. Construite en 1847, détruite par un incendie en 1916 – Albertype Company/Bibliothèque et Archives Canada

« La compagnie Allan Line était une société de transport maritime canado-écossaise fondée par le capitaine Alexander Allan (1780-1854) avec le brigantin Jean, navire qu’il venait d’acheter et qui a quitté Greenock, en Écosse, pour se rendre à Québec en 1819. En 1826, son deuxième fils, Hugh Allan, est venu à Montréal et y a développé une entreprise de navigation prospère. En 1839, Hugh a été rejoint par son frère cadet, Andrew. Deux autres frères ont établi des bureaux à Greenock et à Liverpool. En 1854, le consortium Allan a constitué la Montreal Ocean Steamship Company qui, en 1856, a remporté le contrat du courrier gouvernemental de Montréal à Liverpool. »

Charge of the Fenians - WestmountMag.ca

La charge des Fenians (portant les uniformes verts) sous les ordres du colonel John O’Neill, à la bataille de Ridgeway près de Niagara, le 2 juin 1866. En réalité, les Fenians avaient leurs propres drapeaux verts, mais portaient un mélange très hétéroclite d’uniformes de l’Union et des Confédérés, ou des vêtements civils avec des brassards ou chapeaux verts pour se distinguer – Bibliothèque et Archives Canada

« Grâce à une ingénierie et une conception innovantes, les navires Allan ont prospéré sur l’Atlantique et sur d’autres routes commerciales. Le premier paquebot en acier à naviguer sur l’Atlantique fut le Buenos Ayrean de la Allan Line en 1880. Après le tournant du siècle, la compagnie a eu du mal à financer de nouveaux navires et a été vendue à Canadian Pacific Steamships Ltd en 1909. »
Encyclopédie canadienne

Campbell Manufacturing - WestmountMag.ca

Campbell Manufacturing – Image : Lorenzo Prince et al.

Le bâtiment a été transformé en une habitation de deux logements en 1940.

98 Columbia

C. S. Peverley, Imperial Oil Company (1901)

La Compagnie pétrolière Imperial Oil Company, fondée en 1880 à London en Ontario, est associée depuis longtemps à ExxonMobil (Standard Oil), qui a acquis une participation majoritaire dans la société en 1889. Ainsi, ses stations-service utilisent les marques de la société mère : Esso et Mobil.

Le soldat Philippe A. Bieler, P.P.C.L.I., fils du professeur et de Mme Charles Bieler, est décédé de ses blessures (16 octobre 1917).

La propriété a été transformée en un logement à deux étages en 1926.

St. Lawrence Sugar ad - WestmountMag.ca

Publicité de St. Lawrence Sugar pour du sucre de canne diamanté 100% pur (1916) – domaine public

100 Columbia

H. A. White, comptable, département de la motorisation, chemin de fer du Grand Tronc (1901)

Henry Addison White (1939)

« … né à Birmingham, en Angleterre, [Henry Addison White] est venu au Canada avec ses parents en 1864, et pendant 55 ans, il a été lié au réseau ferroviaire du Grand Tronc à Montréal… Ancien combattant du raid des Fenians et membre à vie de la Beaver Lodge no 6, I.O.O.F., il a également été secrétaire-trésorier de la société Imperial Mutual Building. »
Montreal Gazette, 8 décembre 1939

Royal Mail - WestmountMag.ca

Affiche de la compagnie Royal Mail Lines – Domaine public

102 Columbia
E. C. Bentley, imprimeur, Imprimerie D. Bentley (1901)

104 Columbia
Harry Roffey, Boucher & Roffey (1901)
Marchand tailleur situé au 330, rue Notre-Dame Ouest

106 Columbia
J. D. McLennan, vérificateur, comptes de fret, chemin de fer Grand Tronc (1901)

Olaf E. Granberg, vice-président et directeur de l’Est, pour la compagnie Boiler Inspection and Insurance Company of Canada (1920)

109 Columbia
Edward David Jones, secrétaire, Hampton Manufacturing Company (1950)

102 Columbia - WestmountMag.c

102 Columbia

« La construction du bâtiment a été commissionnée en 1909 par la société Campbell Manufacturing, un fabricant de vêtements pour hommes. En 1910, Campbell a pris comme locataire un fabricant de vêtements pour femmes connu pour ses chemisiers, la Hampton Manufacturing Company, qui occupait le dernier étage et une partie du sous-sol, auquel on accédait par une porte arrière sur la rue Coloniale. Après le déménagement de Campbell Manufacturing en 1916 dans des locaux plus petits près de la voie ferrée, Hampton est devenu propriétaire de l’immeuble et l’a occupé entièrement. Hampton Manufacturing est restée la principale occupante du bâtiment tout au long du 20e siècle. »
Rachel Boisclair, Laboratoire d’histoire et de patrimoine de Montréal – UQAM, et Yves Desjardins et Justin Bur, Mémoire du Mile End ; Michelle Comeau, UQAM

110 Columbia
Bernard McNallly, secrétaire-trésorier, raffinerie de sucre St. Lawrence Sugar Refinery (1901)

« La St. Lawrence Sugar Refining Company, une extension de la raffinerie Decastro, était à l’origine située près du canal de Lachine. Après son incendie en 1887, le propriétaire, Alfred Baumgarten, a été attiré par la ville de Maisonneuve, aujourd’hui un quartier de Montréal, par des exemptions de taxes de vingt ans et la promesse d’un droit de passage pour une ligne de chemin de fer. Il a fait construire une grande raffinerie de sucre de canne – la première usine de Maisonneuve. »

110 Columbia - WestmountMag.ca

110 Columbia

« Située de part et d’autre de la rue Notre-Dame, l’entreprise a atteint son apogée en 1906, alors qu’elle est la première raffinerie du Canada, dépassant la Redpath (alors connue sous le nom de Canada Sugar Refining Company) à Pointe Saint-Charles. Elle possède même une ligne de chemin de fer jusqu’au quai Sutherland, construite pour répondre aux besoins de l’entreprise en 1889. Agrandie en 1910, 1920 et 1950, la raffinerie a été temporairement fermée pendant la Seconde Guerre mondiale. Elle a été achetée par Sucre Lantic en 1980. »
InSites de Montréal

Dr William Grieve Nichol, médecin de bord, Royal Mail Steam Packet Company (1924)

Joseph P. Ramsey, fabricant de chaussures (1941)

Dr Bruce Gibbard, psychiatre, Allan Memorial Institute (1969)

Images : Michael Walsh, sauf indication contraire – Image d’entête : Andrew Burlone

Button Sign up to newsletter – WestmountMag.ca

À lire aussi : Les lieux de Westmount : un héritage à découvrir


Michael Walsh - WestmountMag.ca

Michael Walsh est un résident de longue date de Westmount. Heureux d’être retraité après avoir passé près de quatre décennies dans le domaine de la technologie de l’enseignement supérieur. Étudiant professionnel par nature, sa formation universitaire et ses publications portent sur la méthodologie statistique, la mycologie et la psychologie animale. Aujourd’hui, il aime se balader avec son chien tout en découvrant le passé de la ville et en partageant les histoires des arbres majestueux qui ornent ses parcs et ses rues. Il peut être contacté à l’adresse michaelld2003 @hotmail.com ou sur son blog Westmount Overlooked




There are no comments

Ajouter le vôtre