aretha-franklin-amazing-grace_westmountmag

Amazing Grace
l’album et le film

Un documentaire de Alan Elliott et Sydney Pollack sur Aretha Franklin

Le documentaire Amazing Grace, réalisé par Sydney Pollack et Alan Elliot, dévoile des images inédites mettant en vedette Aretha Franklin lors de l’enregistrement de l’album gospel le plus vendu de tous les temps.

Près d’un an après la disparition de « The Queen of Soul », et alors qu’elle vient tout juste de recevoir un Prix Pulitzer posthume, Aretha Franklin est au cœur du long-métrage documentaire Amazing Grace réalisé par le cinéaste oscarisé Sydney Pollack (Out of Africa) en 1972, dans le cadre de l’enregistrement du double album culte d’Aretha Franklin.

Amazing Grace a été réalisé à partir d’images inédites capturées en 1972.

Jamais rendues publiques pour des raisons techniques, les 20 heures de film sont finalement rachetées par le producteur de musique Alan Elliott en 2007. Douze ans plus tard et, après plusieurs rebondissements judiciaires, les images de l’enregistrement de cet album mythique, vendu à plus de deux millions d’exemplaires aux États-Unis, est enfin disponible sur grand écran.

Plus de six décennies de talent artistique

Aretha Franklin était une géante de la musique populaire et une icône culturelle mondiale. L’une des artistes musicaux les plus vendues de tous les temps, avec plus de 75 millions de disques vendus dans le monde, l’incontestée « Queen of Soul » a créé un héritage étonnant de plus de six décennies. Elle avait chanté devant des chefs d’État et des rois étrangers et avait suscité l’admiration de fans, de collègues et de ses collègues artistes de tous les genres. Elle est connue dans le monde entier simplement par son prénom : Aretha.

Sa maîtrise vocale et son excellence artistique ont été reconnues à maintes reprises au cours de sa brillante carrière. Deux fois élue meilleure chanteuse de tous les temps par le magazine Rolling Stone, Franklin a reçu la plus haute distinction civile des États-Unis, la Médaille présidentielle de la liberté. Ganante à 18 reprises d’un Grammy Award et du Grammy Lifetime Achievement award et le prestigieux Grammy Living Legend honor.

Aretha a été la plus jeune personne à recevoir le très convoité Kennedy Center Honor ; la première femme intronisée au Rock & Roll Hall of Fame ; la deuxième femme intronisée au US Music Hall of Fame ; et est aussi intronisée au Gospel Music Hall of Fame.

L’album gospel Amazing Grace d’Aretha Franklin est l’album gospel live le plus vendu de tous les temps, et il connaît un renouveau près de 50 ans après son enregistrement, suite au documentaire tant attendu sur la réalisation de cette légende.

Aretha Flanklin - Amazing Grace – WestmountMag.ca

Aretha a été proclamée internationalement comme « la voix du mouvement des droits civiques, la voix de l’Amérique noire » et un « symbole de l’égalité noire ». En 1968, sa voix spirituellement édifiante a été entendue partout dans le monde lorsqu’elle a chanté aux funérailles du Dr Martin Luther King, Jr. et en 1972 aux funérailles de la Reine du Soul Mahalia Jackson.

La voix tant acclamée d’Aretha a même été déclarée « ressource naturelle de l’État » en 1985 par le ministère des Ressources naturelles de l’État du Michigan. Aretha franchira plus tard une étape importante de sa carrière historique en chantant lors de la première investiture du président Barack Obama.

AMAZING GRACE – L’ALBUM

Atlantic Records a été le label pionnier de Ray Charles, Crosby, Stills, Nash and Young, Otis Redding, Led Zeppelin, Cream, Roberta Flack, John Coltrane, et d’autres grands noms du jazz, du R&B et des artistes pop. The Coasters, The Drifters, Ruth Brown, Ray Charles, Solomon Burke, Otis Redding, Sam & Dave, Wilson Pickett en tête de la liste des stars afro-américaines que le label a commercialisés dans les années 1950 et 1960.

Aretha Flanklin - Amazing Grace – WestmountMag.ca

Aretha Franklin avait à l’origine été signée chez Columbia Records par John Hammond, qui a également signé Billie Holiday, Count Basie, Bob Dylan et Bruce Springsteen. Mais sa carrière chez Columbia n’a pas réussi à démarrer, et lorsque Atlantic Records l’a signée, sous la direction de Jerry Wexler, la carrière de Franklin a été transformée.

A partir de 1967, sa série de succès – « I Never Loved A Man », « Respect », « Baby I Love You », « Chain of Fools », « Think », « Don’t Play That Song » – a permis à Atlantic Records de rester en tête des palmarès pop et R&B. Le succès de Franklin masquait le fait que l’étiquette perdait des plumes suite au décès d’Otis Redding et à la défection de Ray Charles pour une société rivale.

L’amour de la Soul Music, des Supremes à Al Green, avait uni les Américains au-delà des frontières raciales. Cependant, au début des années 1970, le mouvement pour les droits civiques s’était fracturé en même temps que l’assassinat de Martin Luther King et de Malcolm X. Cela a conduit à la montée du Black Power et une aliénation croissante des Afro-Américains – et de leur musique en regard de la culture blanche dominante. Les étiquettes, comme Atlantic Records se sont tournées de plus en plus vers les groupes de chanteurs rock et auteurs-compositeurs-interprètes blancs.

Aretha Flanklin - Amazing Grace – WestmountMag.ca

En 1971, Aretha Franklin était connue comme la reine du Soul. Après cinq années de hits battant des records, son producteur, Jerry Wexler d’Atlantic Records, et Aretha Franklin décidèrent que son prochain album la ramènerait à la musique de sa jeunesse, au monde de la musique gospel américaine.

Amazing Grace n’a pas été conçu comme un chant du cygne, mais l’album s’est avéré être un chant élégiaque de l’histoire de la musique américaine, ainsi qu’un hommage à l’héritage gospel évangélique qui a transformé la musique américaine dans les années 1960.

AMAZING GRACE – LE FILM

Quand Franklin prépare son album, Warner Brothers accepte de filmer la session en 1972. Ted Ashley, PDG de Warner Brothers, a mentionné le projet lors d’une réunion avec Sydney Pollack. À l’époque, Pollack avait été récemment été mis en nomination pour l’Oscar du meilleur réalisateur pour son film, They Shoot Horses Don’t They. Pollack a immédiatement signé un contrat pour le projet dès qu’il a entendu le nom de Franklin.

Aretha Flanklin - Amazing Grace – WestmountMag.ca

Enregistré en direct à l’église du révérend James Cleveland à Watts, en Californie, devant un public et une congrégation animé, Amazing Grace deviendra l’album le plus vendu de la carrière de Franklin et l’album Gospel le plus populaire de tous les temps. Cependant, le film n’est jamais sorti en public.

Affiche/Poster: Aretha Flanklin - Amazing Grace – WestmountMag.ca

Sydney Pollack était un réalisateur de longs métrages. Lors de l’enregistrement, le son est généralement post-synché. Après ces deux jours d’enregistrement remarquables, les monteurs se sont rendu à l’évidence qu’il n’y avait pas de claquette ou de battements de mains, ni autres marques pour synchroniser le son avec l’image. Pollack a engagé des spécialistes de la lecture labiale, mais sans résultat valable.

Le film a traîné pendant près de quarante ans avant qu’Alan Elliott, ancien producteur et protégé d’Exler, ne vienne à Wexler et finalement à Pollack. Ensemble, Elliott, Wexler et Pollack ont approché les frères Warner au sujet de l’utilisation d’une nouvelle technologie numérique pour faire correspondre le son et l’image et faire un film à partir des pellicules originales.

Quarante-sept ans plus tard, ce film témoigne de la grandeur d’Aretha Franklin et ouvre une fenêtre sur un moment de l’histoire musicale et sociale américaine.

Amazing Grace a pris l’affiche au Québec en version originale anglaise le 26 avril.

Images : gracieuseté d’EntractFilms.com

Button Sign up to newsletter – WestmountMag.ca

Autres articles sur le cinéma

LinenChest.com



There are no comments

Ajouter le vôtre