la-posibilidad-que-desaparece1_westmountmag

El Conde de Torrefiel :
entre pantomime et cabotinage

La posibilidad que desaparece frente al paisaje explore l’Europe contemporaine par une visite de dix de ses villes

par Luc Archambault

Une scène vide, déserte. Une femme apparaît, tournant le dos à la salle, et présente la pièce. Et dans ce cas-ci, cette pièce prend un aspect des plus ludiques. Quatre comédiens sur scène jouent sur le thème de dix villes européennes, Madrid, Berlin, Marseille, Lisbonne, Kiev, Bruxelles, Thessalonique, Varsovie, Lanzarote et Florence, offrant à travers l’information divulguée sur un écran géant des détails sur ces destinations. Car ces quatre compères resteront muets tout au long de la représentation, et seule la voix féminine retentira, hors de scène. Et elle ne dévoilera que de l’information parcellaire, l’écran géant y remédiant pour beaucoup.

El Conde de Torrefiel : La posibilidad que desaparece frente al paisaje – WestmountMag.ca

Avec La posibilidad que desaparece frente al paisaje (La possibilité qui disparaît face au paysage), El Conde de TorrefielTanya Beyeler et Pablo Gisbert – questionnent l’identité (ou les identités) européennes à travers ce quasi rebus pantonimique, sans proposer de réponse à ce questionnement. Ils ne se prétendent ni moralisateurs, ni militants, mais incarnent la vision déconstructive du post-modernisme, d’un continent ravagé par les guerres, par l’inégalité économique, par l’ennui des routines quotidiennes.

Quatre comédiens sur scène jouent sur le thème de dix villes européennes…

Ils tentent d’infuser chaque tableau avec plusieurs couches de significations, disparates et presque dysfonctionnelles, empreintes d’une créativité profonde. Ils se plaisent à évoquer les camps de concentration, situés dans des localités idylliques, largement oubliés, comme si rien ne s’y était jamais passé. Ils forcent le public, à travers leur conception du monde, à franchir la frontière entre ce passé abject et ce présent idyllique, imposant la cohabitation entre ces deux paysages possibles.

El Conde de Torrefiel : La posibilidad que desaparece frente al paisaje – WestmountMag.ca

Une de leurs stratégies scripturales consiste à utiliser des noms de personnages célèbres. Ils vont ainsi citer des intellectuels européens, tels Michel Houellebecq, Paul B. Preciado, Spencer Tunick, Zygmunt Bauman, mais pas en toute authenticité car ils ont inventé toutes les citations qui parsèment le spectacle. N’est-ce pas là une approche hautement créative et fort contemporaine ? Auraient-ils inspiré le clown présidentiel aux cheveux roux de nos voisins du sud ?

El Conde de Torrefiel : La posibilidad que desaparece frente al paisaje – WestmountMag.ca

Dans le cas de Houellebecq, ils reconnaissent l’importance de son œuvre, La carte et le territoire, dans laquelle il explore l’absence de liens causals directs entre la représentation géographique d’un lieu et la véritable existence de ses habitants; où les images glanées au travers d’enquêtes superficielles ne correspondent en aucune façon avec la réalité de ce monde; où les images qui en découlent sont généralement fausses, même trompeuses.Button Sign up to newsletter – WestmountMag.caMais leur véritable originalité découle de leur utilisation de fausses citations. Ce processus créatif leur permet de manipuler l’information donnée, de jouer avec ces icônes culturelles, donnant vie à des relations inédites entre ces dieux néo-païens et le public moderne qui ne sait jamais si l’information reçue est pertinente ou pas – une référence voilée aux ‘fausses nouvelles’ et à l’absence de sources vérifiables sur Internet.

Ce spectacle tient l’affiche jusqu’au mardi 6 juin. Je sais, il faut faire des choix difficiles en ce Festival TransAmériques magnifique, mais pour ceux qui aiment (re)penser le monde en des termes politiques, ce spectacle est définitivement à la hauteur.

Avec surtitres en anglais et français

Images: Festival TransAmériques

Lire aussi La fureur de ce que je pense : la fulgurance du texte


Luc Archambault WestmountMag.ca

Luc Archambault
Écrivain et journaliste, globe-trotter invétéré, passionné de cinéma, de musique, de littérature et de danse contemporaine, il revient s’installer dans la métropole pour y poursuivre sa quête de sens au niveau artistique.

RW&CO.



Il n'y a aucun commentaire

Ajouter le vôtre