L’Expo World Press Photo
de retour à Montréal

Le plus prestigieux concours de photographie professionnelle au monde au Marché Bonsecours

L’édition 2019 de l’Expo World Press Photo Montréal sera présentée au Marché Bonsecours, du 28 août au 29 septembre 2019. Souvent qualifié d’Oscars de la photographie, le World Press Photo est le plus prestigieux concours de photographie professionnelle au monde. En 2019, les photos gagnantes sont réparties dans huit catégories, soit Actualité, Information générale, Sujet contemporain, Portrait, Environnement, Nature, Sport et Projet à long terme. La comédienne et réalisatrice Monia Chokri est la porte-parole de l’Expo World Press Photo Montréal en 2019.

Souvent qualifié d’Oscars de la photographie, le World Press Photo est le plus prestigieux concours de photographie professionnelle au monde.

Dans le cadre d’une cérémonie tenue le 11 avril à Amsterdam, le jury international du World Press Photo a dévoilé le nom du lauréat de son prestigieux concours annuel de photojournalisme, pour le prix de la Photo de l’année.

Le grand prix 2019 a été attribué à l’Américain John Moore, pour sa photographie montrant une fillette de deux ans, en larmes durant l’arrestation, aux États-Unis, de sa mère, une migrante hondurienne. En juin 2018, la famille tentait de franchir la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Cette image faisait partie des six meilleures photos de l’année, finalistes du prestigieux prix.

Fillette en pleurs à la frontière_John Moore_Getty Images

Fillette en pleurs à la frontière – John Moore, Getty Images

À propos de John Moore, lauréat 2019 de la Photo de l’année

John Moore - Getty Images – WestmountMag.ca

John Moore – Getty Images

John Moore est un photoreporter et correspondant américain basé à New York, travaillant pour l’agence Getty Images. Depuis 2010, il parcourt les États-Unis pour entre autres témoigner des effets de la récession dans les familles et des problématiques liées à l’immigration, y compris la militarisation de la frontière américaine. Il est l’auteur de la photographie de Yanela Varela, une Hondurienne âgée de deux ans, qui devint rapidement le symbole de l’actuelle politique migratoire.

Les cinq autres finalistes pour la Photo de l’année 2019 étaient : Mohammed Badra (European Pressphoto Agency) pour son image représentant un homme et un enfant recevant un traitement après une attaque en Syrie ; Marco Gualazzini (Indépendant) pour l’image d’un orphelin passant devant un mur exposant des dessins de lance-grenades, au Tchad ; Catalina Martin-Chico (Panos) pour l’image d’une femme enceinte après cinq grossesses consécutives interrompues durant ses années au sein du FARC, en Colombie; Chris McGrath (Getty Images) pour sa photo d’un homme non identifié, tentant de retenir la presse tandis que les enquêteurs saoudiens arrivent au consulat d’Arabie saoudite, à Istanbul ; Brent Stirton (Getty Images) pour sa photo de Petronella Chigumbura, membre d’une unité de lutte contre le braconnage entièrement féminine, appelée Akashinga, au Zimbabwe. Ces images figureront parmi les photographies retenues pour l’exposition internationale 2019.

Pieter ten Hoopen : premier lauréat du nouveau prix Histoire de l’année

Pieter ten Hoopen de l’Agence Vu – WestmountMag.ca

Pieter ten Hoopen – Agence Vu

Le nouveau prix Histoire de l’année a été attribué au Suédois Pieter ten Hoopen de l’Agence Vu, pour sa série de photos témoignant du passage d’une caravane de migrants. Pieter ten Hoopen est également fondateur de la société Civilian Act à Stockholm en Suède.

Histoire de l’année, La caravane de migrants

Ayant couvert les séquelles de la guerre et plusieurs crises humanitaires depuis 2004, ten Hoopen a travaillé durant de longues périodes en Afghanistan et en Irak, ayant notamment été basé à Kaboul et à Nairobi. Son travail a été récompensé par plusieurs prix prestigieux, dont celui du photographe de l’année en Suède à trois reprises, ainsi que par trois prix au World Press Photo, en 2008, 2010 et 2019.

Histoire de l’année, La caravane de migrants. © Pieter ten Hoopen (Agence Vu)

Histoire de l’année, La caravane de migrants. © Pieter ten Hoopen (Agence Vu)

Bénédicte Kurzen et Sanne De Wilde sont les premières photographes de l’histoire du World Press Photo à cosigner une série récompensée par un premier prix dans la catégorie Portraits, pour leur reportage intitulé Land of Ibeji.

Le Nigeria compte l’un des taux de naissances de jumeaux les plus élevés au monde, en particulier chez les Yorubas, au sud-ouest du pays, où, à Igbod-Ora, surnommée aussi « La terre des jumeaux », presque chaque famille connaît au moins une naissance de jumeaux. Les communautés ont développé différentes pratiques culturelles, allant de la vénération à la diabolisation.

Biographie de Bénédicte Kurzen

Bénédicte Kurzen (France) amorce sa carrière photographique en Israël en 2003. Elle s’installe à Johannesburg en 2005, où elle co-fonde Eve Photographers, un collectif de femmes photographes.

Expo World Press Photo Montréal – WestmountMag.ca

Titre: Land of Ibeji © Bénédicte Kurzen, Noor et Sanne de Wilde, Noor

Durant 10 ans, elle suit les conflits et les changements socio-économiques en Afrique. Elle produit les séries Next of Kin, The Boers Last Stand et Amaqabane, sur la vie des anciens combattants anti-apartheid. En 2011, elle est lauréate d’une bourse du Pulitzer Center pour produire un travail sur le Nigeria, A Nation Lost to Gods. Ses photographies sont présentées à Visa pour l’Image, où elle est nommée pour le Visa d’Or 2012. Membre de l’agence Noor depuis 2012, elle s’installe à Lagos cette même année, poursuivant sa couverture de l’Afrique et du Nigeria, en plus d’être maître de conférences en journalisme pour l’American University of Nigeria. En compagnie de Sanne De Wilde, elle remporte le premier prix du World Press Photo 2019, catégorie Portraits (Reportages).

Biographie de Sanne De Wilde

Diplômée de l’Académie Royale des Beaux-Arts de Gand, la Belge Sanne De Wilde explore le rôle de la génétique et la façon dont elle façonne et affecte les communautés. Sa série The Dwarf Empire a été récompensée du Photo Academy Award 2012 et du International Photography Award Emergentes DST en 2013. Sa série Samoa Kekea, qui traite de l’albinisme aux Samoa a reçu le Nikon Press Award 2014, dans la catégorie meilleure jeune photographe. Le British Journal of Photography l’a nommé parmi les « meilleurs talents émergents au monde ». En 2016, elle a reçu le Firecracker Grant 2016, le PHmuseum Women’s Photographers Grant et le prix de Zilveren Camera pour sa série The Island of the Colorblind.

Expo World Press Photo Montréal – WestmountMag.ca

Titre: Land of Ibeji © Bénédicte Kurzen, Noor et Sanne de Wilde, Noor

Elle a notamment publié dans The Guardian, The New Yorker, Le Monde, CNN, Vogue et exposé (Voies OFF, Tribeca Film Festival, Circulations, Lagos Photo, Lodz Fotofestiwal, IDFA, STAM et EYE). Depuis 2013, elle travaille avec le journal et magazine néerlandais De Volkskrant, à Amsterdam, et a rejoint l’agence Noor en 2017. En compagnie de Bénédicte Kurzen, elle remporte le premier prix du World Press Photo 2019, catégorie Portraits (Reportages).

Biographie de Whitney C. Johnson

Whitney C. Johnson est vice-présidente des expériences visuelles et immersives au National Geographic, où elle supervise la photographie numérique, la vidéo et les expériences immersives après avoir été directrice adjointe de la photographie pour National Geographic. Son travail a été reconnu par Pictures of the Year International, la Society of Publication Designers et les Webbys.

Expo World Press Photo Montréal – Marché Bonsecours – WestmountMag.ca

Image : Expo World Press Photo Montréal

Avant de rejoindre National Geographic, elle occupait le poste de directrice de la photographie au New Yorker, où elle a supervisé le volet photo sur plusieurs plateformes, en plus d’y lancer le compte Instagram. Son travail lui a valu deux Ellies, attribués par l’American Society of Magazine Editors, plusieurs Prix d’Excellence de la Society of Publication Designers et un prix Peabody. Whitney C. Johnson a présidé le jury du World Press Photo 2019.

Monia Chokri, porte-parole de l’Expo World Press Photo Montréal.

Fin mai, l’équipe de l’Expo World Press Photo Montréal dévoilait le nom de sa porte-parole 2019, la comédienne et réalisatrice Monia Chokri. Son premier long-métrage de fiction, La femme de mon frère, qu’elle a réalisé et scénarisé, a été présenté en mai 2019 en ouverture de la section Un certain regard du Festival de Cannes. Récompensé d’un Prix coup de cœur du jury, le film a pris l’affiche au Québec le 7 juin dernier.

Expo World Press Photo Montréal
au Marché Bonsecours, 350, rue St-Paul Est,
du 28 août au 29 septembre 2019

Facebook : www.facebook.com/ExpoWPPMTL/
Instagram : www.instagram.com/expowppmtl/
Twitter : twitter.com/expowppmtlButton Sign up to newsletter – WestmountMag.ca

Lire aussi : Galerie photo : Festival de Jazz de Montréal


Logo - World Press 2019 – WestmountMag.ca

World Press Photo est une organisation indépendante et sans but lucratif, basée à Amsterdam, où elle a été fondée en 1955. La fondation s’engage à développer et à faire progresser des normes élevées en photojournalisme et en documentaire dans le monde entier. Au cours de l’année, l’exposition est vue par 4 millions de personnes, dans 100 villes et plus de 45 pays. worldpressphotomontreal.ca

 

 Just point and junk disappears. Save $10 when you book online. Book Now.

 



Il n'y a aucun commentaire

Ajouter le vôtre