le-grand-bain_westmountmag

Le Grand Bain, gagnant du
Prix du public Mel Hoppenheim

Sélection officielle hors compétition à Cannes, le film aborde avec humour et ironie la crise de la quarantaine

Mise à jour 14 novembre 2018

Le Grand Bain, écrit par Gilles Lellouche, Ahmed Hamidi et Julien Lambroschini, et produit par Alain Attal et Hugo Sélignac, nous plonge dans le monde insolite de la natation synchronisée masculine et aborde avec humour et ironie la crise de la quarantaine.

Affiche : Le Grand Bain – WestmountMag.caRéalisée par Gilles Lellouche et présentée en sélection officielle hors compétition au dernier Festival de Cannes, cette comédie raconte l’histoire de Bertrand, la quarantaine, dépressif, qui retrouve un sens à sa vie en rejoignant une équipe de natation synchronisée masculine. Pour chacun des membres, les entraînements sont une soupape et un refuge. Ensemble ils se sentent plus forts, et ils vont se lancer dans un pari fou : participer au Championnat du Monde de natation synchronisée masculine. Ils sont pris en charge par deux coaches ex-championnes : Delphine, qui est alcoolique, et Amanda, une sportive paraplégique. Huit quadragénaires qui vont reprendre goût à la vie en s’investissant dans leur équipe de natation synchronisée. Une drôle d’idée qui leurs redonnera l’envie de vivre.

Le Grand Bain nous plonge dans le monde insolite de la natation synchronisée masculine et aborde avec humour et ironie la crise de la quarantaine.

Pour la première fois seul derrière la caméra, l’acteur et réalisateur Gilles Lellouche a reçu un accueil triomphal au dernier Festival de Cannes lors de la projection du film. Connu du grand public pour ses rôles dans Le Sens de la fête et Les Petits mouchoirs, titre réalisé par son fidèle collaborateur et ami Guillaume Canet, il est nommé aux Césars pour ces deux films dans la catégorie Meilleur Acteur dans un second rôle.

Le Grand Bain – WestmountMag.ca

Pour son troisième long-métrage après Narco et Les Infidèles, film dans lequel il donnait la réplique à son comparse Jean Dujardin, Gilles Lellouche s’entoure d’un casting rassemblant plusieurs grands talents du cinéma français pour ce film à l’humour efficace et joyeux. Ainsi, sont réunis dans le film: Mathieu Amalric (Barbara, Les Fantômes d’Ismaël), Guillaume Canet (Rock’N’Roll, Ne le dis à personne), Benoît Poelvoorde (Le tout nouveau testament, Podium), Leïla Bekhti (La Source des femmes, Un Prophète), Virginie Efira (Victoria, Un homme à la hauteur), Marina Foïs (L’Atelier, Polisse), Philippe Katerine (Je suis un no man’s land) et Jean-Hugues Anglade (Amitiés sincères, Villa Amalia). Le directeur de la production est Marc Fontanel et la musique originale du film est composée par Jon Brion.

« L’idée, c’était surtout de trouver un sujet qui me touche et me permette de réaliser un film plus personnel que Narco, qui était malgré tout un film de commande. C’est un film que j’ai pris beaucoup de plaisir à faire mais qui n’est pas intimement lié à qui je suis. Tout ça a pris du temps, car mes films d’acteurs ont pris toute la place. […] Dans cette course un peu individualiste où l’on se retrouve tous malgré nous coincés, on oublie le collectif, l’entrain, le goût de l’effort. Il y avait déjà ce côté cercle de parole qui m’avait beaucoup marqué quand j’avais assisté à des réunions d’alcooliques anonymes pour préparer Un singe sur le dos, le film de Jacques Maillot dans lequel je jouais un alcoolique. J’avais été ébahi par la chaleur humaine, le dialogue, l’écoute qui y régnaient, sans aucun jugement. On vit dans une société où les émissions de télé, les débats sont remplis de jugements et d’avis tranchés sur tout, alors j’ai adoré cette bulle de partage. » dit Gilles Lellouche.

Le Grand Bain – WestmountMag.ca

Critiques

Du côté des critiques positives, on peut notamment lire « cette comédie ovationnée lors de sa projection à Cannes, qui rappelle la mécanique d’un Full Monty, en plus survitaminé encore, est un bonheur de jeu et d’écriture… » (Le Parisien). Dans Le Point, la rédaction écrit notamment que le film « nage entre deux eaux, le rire et la mélancolie. On plonge la tête la première ». Éric Libiot de L’Express écrit quant à lui « Le Grand Bain est un film d’une ambition assez rare dans le 7e art français ». Dans le magazine Studio, Véronique Trouillet le décrit comme « le parfait feel-good movie ». Dans Le Figaro, Nathalie Simon écrit notamment « Gilles Lellouche s’essaie à la comédie avec succès et offre une belle galerie de personnages masculins pour sa première réalisation en solo ». Barbara Théate du JDD le décrit tout simplement comme l’une des « meilleurs comédies de cette fin d’année ».

Le Grand Bain – WestmountMag.ca

Moins élogieux, Jean-Philippe Tessé écrit dans les Cahiers du Cinéma « Lellouche a la main lourde : sur le versant dépressif du film comme sur la comédie. […] Heureusement le solo d’hurluberlu de Philippe Katerine illumine cette chorégraphie préfabriquée ». Damien Aubel de Transfuge écrit notamment « Toute la norme lénifiante d’un discours de développement personnel qui écrase ce que cette comédie promettait d’intéressant : un éloge des freaks ordinaires, des ratés sans envergure dans le ratage, bref, des rebelles de la banalité. »

Couronné par le public lors du 24e festival Cinemania, Le Grand Bain a remporté les honneurs et repart avec le Prix du public Mel Hoppenheim. Le film, qui connaît un vif succès depuis sa sortie en salles, prendra l’affiche avec sous-titres anglais au Cinéma Cineplex Odeon Forum dès le 16 novembre 2018.

Button Sign up to newsletter – WestmountMag.caImages : MK2 | MILE END

À lire aussi : Colette, une pionnière de l’émancipation

RW french banner - WestmountMag.ca



There are no comments

Add yours