falaise-destruction_westmountmag

Encore plus de dégradation
à la Falaise St-Jacques

Le MTQ annule le parc de la Bande verte et passe au bulldozer des zones humides fragiles

Par Lisa Mintz

Le 14 janvier, le ministère des Transports (MTQ) a commencé à couper de 500 à 700 arbres dans la falaise Saint-Jacques à Montréal et à détruire les milieux humides qui s’y trouvent. Ces actions sont déplorables en soi, mais elles sont aussi symptomatiques de problèmes encore plus grands au sein du ministère. La culture de l’organisme fait semblant de consulter le public tout en masquant la vérité et en agissant avec arrogance.

J’ai fondé le groupe environnemental Sauvons la Falaise (SLF) en 2015 après avoir vu des rubans sur les arbres de la falaise Saint-Jacques. À la suggestion du conseiller Peter McQueen, j’ai participé aux réunions de Bon voisinage du projet Turcot. Les représentants du MTQ m’ont expliqué que ces rubans étaient une mesure pour protéger la couleuvre brune, une espèce en péril, et qu’aucun arbre ne serait coupé. Deux mois plus tard, deux hectares de la Falaise ont été coupés à blanc et arasés au bulldozer, à l’endroit où se trouvaient justement les rubans.

La culture de l’organisme [MTQ] feint de consulter le public tout en masquant la vérité et en agissant avec arrogance.

Lorsque j’ai confronté le MTQ, on m’a dit ne pas avoir compris ma question, mais d’autres personnes présentes à la réunion, dont le conseiller McQueen, ont confirmé que ma question était tout à fait claire.

Peu après, j’ai trouvé une référence à la « dalle-parc », un pont cyclable et piétonnier au-dessus de l’échangeur Turcot, promis par le ministre des Transports Sam Hamad en 2010, puis mystérieusement disparue des plans de l’échangeur. Le projet de 3,7 milliards $ de l’échangeur Turcot est presque entièrement dédié aux automobilistes qui vivent à l’extérieur de la ville centre et la dalle-parc, qui représente à peine 1 % de ce budget, était la seule concession accordée aux résidents voisins du projet, particulièrement ceux qui ne possèdent pas d’automobile.

Croquis du Dalle-parc présenté en 2010 – Image : Ministre des transports

Au cours des années suivantes, les représentants du MTQ ont nié que la dalle-parc ait fait partie du projet Turcot, mais un article dans The Gazette de novembre 2010 montre en fait une carte en première page. Notre groupe a finalement suscité un débat à l’Assemblée nationale et le ministre des Transports Laurent Lessard a consenti à s’informer sur l’état de la situation. La dalle-parc a été promise une seconde fois en 2018, mais une fois le projet Turcot terminé.

Avec des membres de Sauvons la Falaise, j’ai participé à quelque 40 réunions de Bon voisinage avec des représentants du MTQ pendant cinq années. La discussion tournait souvent autour de l’état des lieux une fois le projet terminé.

‘Les présentations PowerPoint du MTQ étalaient des concepts d’artiste de la future Falaise, avec des sentiers, des zones humides et des tours d’observation.’

Ces réunions ont eu lieu à Notre-Dame-de-Grâce, Westmount et dans le Sud-ouest afin d’encourager une plus grande participation du public ; des centaines de citoyens se sont présentés. D’autres consultations publiques ont été organisées : l’une pour la bande verte en 2018 et une autre organisée par l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) au sujet du grand parc de l’écoterritoire de la Falaise en 2019. Aussi au menu, des sondages sur ce que voulait voir le public dans le futur parc de la Falaise. Les présentations PowerPoint du MTQ étalaient des concepts d’artiste de la future Falaise, avec des sentiers, des zones humides et des tours d’observation.

Au cœur de toutes ces discussions se trouvait le Décret 890-2010 du ministère de l’Environnement qui permettait au MTQ d’araser les deux hectares de la Falaise en 2015, à condition de concéder 9,7 hectares de la cour Turcot et de restaurer les zones humides au bas de la Falaise. Pendant cinq ans, les consultations se sont inscrites à l’aune de ce décret. Ces 9,7 hectares prendraient la forme d’une bande au pied de la Falaise appelée la Bande verte.

Dalle-parc crossing highway 20

Dalle-parc, vue du sud – Image : gracieuseté de La Dalle-Parc pour tous

À la fin de novembre 2020, le MTQ a fait volte-face et déclaré que la hauteur de la nappe phréatique forçait l’abandon des plans prévus pour la bande verte et qu’il fallait plutôt combler les zones humides et couper plus de 500 arbres avant de remplir certaines sections du site. Le MTQ s’apprêtait d’ailleurs à lancer les travaux.

Ces changements ont été annoncés sans documents justificatifs un peu avant Noël en pleine pandémie et les représentants du MTQ n’étaient pas sans savoir que l’Assemblée nationale – le seul endroit où l’on pouvait discuter de ces décisions – ne se réunirait pas avant deux mois. Certaines informations semblent indiquer que le MTQ était au fait des problèmes reliés à la nappe phréatique depuis deux ans et n’en a pas soufflé mot à aucune consultation publique.

‘Pourquoi toute cette charade de consultations pendant cinq ans si le MTQ savait déjà ce qu’il comptait faire ? Les représentants du MTQ oublient-ils qu’ils sont au service du public et que leur salaire est payé par l’argent des contribuables ?’

Lorsque notre groupe a demandé à voir les documents justificatifs, on nous a répondu de faire une demande d’accès à l’information. Généralement, ce genre de demande prend 22 mois avant de porter fruit, mais avec l’appui du Fonds d’héritage pour l’environnement la demande a été faite tout de même. Nous avons reçu une réponse qui indiquait que la documentation ne pouvait être envoyée dans les délais prescrits pour des raisons quelque peu nébuleuses ; aucune date n’était fournie quant au moment où ces documents pourraient nous parvenir.

Le 14 janvier, le MTQ a commencé à combler les zones humides et à couper les arbres. Pourquoi toute cette charade de consultations pendant cinq ans si le MTQ savait déjà ce qu’il comptait faire ? Les représentants du MTQ oublient-ils qu’ils sont au service du public et que leur salaire est payé par l’argent des contribuables ?

Étant donné le manque de transparence du MTQ, beaucoup de temps et d’argent ont été gaspillés en réunions et en consultations publiques tenues de mauvaise foi. Le MTQ n’a présenté aucune excuse pour son attitude cavalière et son manque de respect du public. Rien ne semble indiquer non plus que les choses soient appelées à changer. Je continue d’espérer cependant que le ministre François Bonnardel sera à même de modifier la culture au sein de son ministère. Les représentants du MTQ devraient à tout le moins être honnêtes avec le public.

Image d’entête : gracieuseté de Lisa MintzButton Sign up to newsletter – WestmountMag.caÀ lire: autres articles sur l’environment


Lisa MIntz - WestmountMag.ca

 

Lisa Mintz siège au conseil d’administration de la Coalition verte et est la fondatrice de Sauvons la falaise. Elle est également une organisatrice communautaire expérimentée, une coordinatrice d’événements professionnels et une ornithologue passionnée.


Commandes des verres de contact de 99$+ chez Clearly avec code: CLEAR10



There are no comments

Ajouter le vôtre