montreal_marc-olivier-jodoin-unsplash

Question d’immobilier:
Où s’en va le marché ?

Montréal se dirige vers un marché de revente dans les dix prochaines années

Par Joseph Marovitch

25 mai 2022

Dernièrement, on m’a demandé à plusieurs reprises vers quoi se dirige le marché montréalais. Ce n’est qu’une opinion basée sur des années d’expérience dans l’immobilier et sur des recherches constantes, mais, à l’humble avis de ce courtier, l’île de Montréal se dirige vers un marché de revente dans les dix prochaines années. Par marché de revente, j’entends un marché où les propriétés actuelles, rénovées ou non, sont achetées et vendues.

Il y aura de moins en moins de nouvelles constructions avec le temps car, en tant qu’île, Montréal est entourée de cours d’eau et, en raison du développement des 380 dernières années, il reste peu d’espace vacant pour de nouvelles constructions qui sont appelées à se raréfier avec le temps.

Même s’il y a des possibilités de nouvelles constructions au-delà de l’île de Montréal, dans un marché de revente, les prix vont augmenter. Cela a été observé à maintes reprises dans les villes entourées de cours d’eau, notamment Hong Kong, Singapour, Vancouver et New York, pour n’en citer que quelques-unes.

En tant qu’île, Montréal est entourée de cours d’eau et, en raison du développement des 380 dernières années, il reste peu d’espace vacant pour de nouvelles constructions.

L’inflation élevée et la hausse des taux d’intérêt ont entraîné une baisse des prix de l’immobilier et une diminution du nombre d’acheteurs à Montréal, mais il s’agit en fait d’un contretemps. La demande reste élevée pour une bonne raison: Montréal est une ville diversifiée et passionnante, et les gens veulent y vivre. Cependant, l’offre demeure faible, et lorsque l’offre est faible et que la demande est élevée, les prix augmentent.

L’inflation est actuellement de 6,8 % en raison de plusieurs facteurs tels que la pandémie, la guerre en Ukraine et la situation politique mondiale. Les taux d’intérêt sont le principal outil utilisé pour réguler l’économie et lutter contre l’inflation. Cependant, il existe aussi des facteurs qui échappent au contrôle du gouvernement, comme la pandémie, la guerre, la perturbation des chaînes d’approvisionnement et les catastrophes naturelles.

De plus, la politique et les questions linguistiques n’aident en rien le marché immobilier ou l’économie, et la politique se manifeste d’une manière ou d’une autre. Avec le temps, le cours naturel de la demande nous mènera là où nous devons aller. Si le Québec est destiné à être une province diversifiée et en développement dans les affaires mondiales, alors il le sera. Espérons que cette perspective fera progresser le Québec vers sa meilleure version de lui-même, celle qui est dynamique et florissante.

L’inflation est actuellement de 6,8 % en raison de plusieurs facteurs tels que la pandémie, la guerre en Ukraine et la situation politique mondiale. Les taux d’intérêt sont le principal outil utilisé pour réguler l’économie et lutter contre l’inflation. Cependant, il existe aussi des facteurs qui échappent au contrôle du gouvernement, comme la pandémie, la guerre, la perturbation des chaînes d’approvisionnement et les catastrophes naturelles.

‘Montréal est une ville diversifiée et passionnante, et les gens veulent y vivre. Cependant, l’offre demeure faible et les prix augmentent.’

Il est plus important que jamais d’œuvrer ensemble à la réalisation d’un objectif commun de paix et de prospérité, mais cet idéal semble parfois hors de portée, chacun ayant son propre agenda. Nous sommes à une croisée des chemins. Reste à voir si nous allons prospérer ou non.

Si vous avez des questions ou des commentaires, veuillez vous référer à la section des commentaires au bas de la page. Par ailleurs, pour consulter les articles précédents, cliquez ici.

Prochain article : Éclairssissements sur les nouvelles règles à venir pour les courtiers, les vendeurs et les acheteurs


État du marché immobilier

Le marché actuel présente deux aspects. D’un côté, la hausse des coûts d’emprunt et l’inflation, qui entraînent une diminution de la valeur du dollar et mettent les maisons hors de portée de certains acheteurs.

D’autre part, l’augmentation des taux d’intérêt et de l’inflation qui entraîne l’arrivée d’un plus grand nombre de maisons sur le marché, une légère baisse des prix, et donne aux acheteurs plus de poids pour négocier les prix et les conditions.

‘Si un acheteur a financé l’achat de la propriété sans emprunter, alors conserver cette propriété aussi longtemps que possible serait une très bonne stratégie.’

Cependant, les pénuries de main-d’œuvre, le ralentissement des chaînes d’approvisionnement et le manque de matériaux peuvent rendre la rénovation coûteuse. Si un acheteur a financé l’achat de la propriété sans emprunter, alors conserver cette propriété aussi longtemps que possible serait une très bonne stratégie.

Passez une excellente semaine, et restez en sécurité.


N’OUBLIONS PAS QUE LES PERSONNES ATTEINTES DE CANCER SONT ÉGALEMENT VULNÉRABLES !

Vous êtes invités à continuer à donner aux organisations suivantes, car il est maintenant plus important que jamais de soutenir la recherche sur le cancer ! Cliquez sur les logos ci-dessous pour savoir comment :

logo Leukemia & Lymphoma Society of Canada - Westmount

Cancer Research Society

 


Image d’entête : Marc-Olivier jodoin – Unsplash
Button Sign up to newsletter – WestmountMag.caAutres articles par Joseph Marovitch


Joseph Marovitch - WestmountMag.ca

Joseph Marovitch œuvre dans le secteur des services depuis plus de 30 ans. Sa première carrière en tant que propriétaire et directeur du Camp Maromac, un camp d’été établi en 1968, a consisté à travailler avec des familles d’enfants de Westmount et des environs âgés de 6 à 16 ans. Maintenant, en tant que courtier immobilier, il offre les mêmes qualités de fiabilité, d’intégrité et d’honnêteté afin de protéger les intérêts de ses clients. Si vous avez des questions, contacter Joseph Marovitch au 514 825-8771, ou à josephmarovitch@gmail.com



There are no comments

Add yours