mountain_200531_111345_westmountmag

Question d’immobilier :
C’est le bon moment pour vendre

Les circonstances particulières dues à la COVID-19 sont idéales pour vendre une propriété

Par Joseph Marovitch

L’été est une excellente saison pour faire visiter une maison. La chaleur, le soleil et la verdure accentuent l’attrait extérieur des propriétés, avec leur pelouse tondue et leurs parterres de fleurs, montrant ainsi clairement leur valeur.

Auparavant, les gens partaient en vacances dans les Laurentides ou à l’étranger pendant que leurs enfants étaient au camp d’été entre la mi-juillet et la fin août. En raison de la pandémie, ce n’est pas le cas cette année. Il est interdit de voyager aux États-Unis, le public est généralement terrifié à l’idée de prendre l’avion et les camps d’été ne sont pas ouverts. Par conséquent, contrairement aux étés précédents, il existe un public intéressé à visiter les propriétés pendant la plus belle saison de l’année.

Si vous considérez de vendre votre propriété, cette situation permettant de toucher un public pendant les mois de juillet et août est unique et les vendeurs doivent en profiter.

… contrairement aux étés précédents, il existe un public intéressé à visiter les propriétés pendant la plus belle saison de l’année.

Autrefois, septembre était un mois où le marché de l’immobilier reprenait lentement pour s’accélérer en octobre et novembre. La raison pour laquelle le mois de septembre commençait lentement était que de nombreuses personnes revenaient tout juste de vacances et que, si vendre était une considération à leur retour de vacances, elles avaient également beaucoup d’autres préoccupations en tête.

Maintenant que la plupart des acheteurs potentiels ne voyagent pas et ont peu de distractions pour profiter de leur été, ils ont le temps de visiter les propriétés quand elles sont les plus attrayantes.

Si vous souhaitez vendre votre propriété pendant cette nouvelle période, profitez-en pour obtenir le prix de vente le plus élevé possible. Cela peut se faire en aménageant la cour avant et arrière, en plantant des fleurs colorées, en réparant (si nécessaire), les rampes, les allées, les toits et tout ce qui est évident ou nécessaire. Débarrassez le garage et gardez généralement l’ensemble de la propriété en bon état de présentation, tout en veillant à ce qu’il y ait suffisamment de publicité et une belle affiche dans la cour avant pour indiquer que la propriété est à vendre.

Comme l’inventaire est limité, c’est-à-dire qu’il n’y a pas beaucoup de propriétés à vendre, il y aura un grand nombre d’acheteurs. Certains acheteurs ont vendu leur maison avant ou pendant la pandémie. En mars, avril et mai, ces acheteurs n’ont pas pu visiter ou acheter de nouvelles maisons et ont dû attendre. Maintenant que le marché est à nouveau opérationnel, ces acheteurs sont à la recherche d’un logement. Cette situation entraîne de multiples offres et des prix de vente supérieurs aux prix demandés.

‘Certains acheteurs ont vendu leur maison avant ou pendant la pandémie… Maintenant que le marché est à nouveau opérationnel, ces acheteurs sont à la recherche d’un logement.’

Ensuite, il y a les nouveaux acheteurs qui commencent tout juste à chercher. Ces acheteurs trouvent peu de biens disponibles et sont également en concurrence pour acheter.

Un dernier facteur qui permet à cette conjoncture d’être un excellent moment pour les vendeurs est le fait que les taux d’intérêt sont au plus bas. Les acheteurs qualifiés peuvent obtenir un prêt hypothécaire à moins de 2 %. Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour emprunter pour une propriété.

Si vous avez des questions ou des commentaires, veuillez vous reporter à la section des commentaires au bas de la page. De plus, pour lire mes articles précédents, cliquez ici.

Prochain article : Se préparer pour le marché d’automne


L’état du marché

La demande en biens immobiliers se situe dans les banlieues et la campagne. La pandémie pousse les acheteurs à quitter les centres-villes densément peuplés. La pandémie n’est cependant pas encore terminée, et les cas de COVID-19 sont en augmentation car une partie de la population n’en fait qu’à sa tête et a envie de faire la fête.

Nos voisins américains sont aux prises avec plus de 140 000 morts. Aux États-Unis et au Canada, les autorités affirment que les enfants doivent retourner à l’école, et que s’il sont infectés, ils survivront. C’est peut être vrai, mais les enseignants, les parents et les grands-parents que les enfants infecteront lorsqu’ils seront à l’école et retourneront chez eux, peuvent ne pas survivre ou peuvent se retrouver avec des problèmes de santé chroniques.

‘La demande en biens immobiliers se situe dans les banlieues et la campagne. La pandémie pousse les acheteurs à quitter les centres-villes densément peuplés.’

Lorsque tous comprendront que la pandémie n’est pas terminée et qu’elle constitue une menace réelle, lorsque le public tout entier s’en rendra compte et que tous porteront des masques, garderont leurs distances et prendront toutes les précautions prescrites par les experts de la santé, nous pourrons surmonter ce terrible fléau.

Pour l’instant, il faudra s’adapter à la nouvelle normalité en attendant que ceux et celles qui croient que la pandémie est terminée, qui pensent qu’il s’agit d’une conspiration gouvernementale ou qui ne comprennent pas que, même sans présenter de symptôme, on peut quand même infecter d’autres personnes, fassent preuve d’intelligence. D’ici là, le marché immobilier en milieu urbain restera plus précaire que florissant.

Soyez prudents et passez un bon week-end !


N’oublions pas que les personnes atteintes de cancer sont également vulnérables !

Vous êtes invités à continuer à donner aux organisations suivantes, car il est maintenant plus important que jamais de soutenir la recherche sur le cancer ! Cliquez sur les logos ci-dessous pour savoir comment :

logo Leukemia & Lymphoma Society of Canada - Westmount

Cancer Research Society

 


Image : Andrew BurloneButton Sign up to newsletter – WestmountMag.caAutres articles par Joseph Marovitch


Joseph Marovitch - WestmountMag.ca

Joseph Marovitch œuvre dans le secteur des services depuis plus de 30 ans. Sa première carrière en tant que propriétaire et directeur du Camp Maromac, un camp d’été établi en 1968, a consisté à travailler avec des familles d’enfants de Westmount et des environs âgés de 6 à 16 ans. Maintenant, en tant que courtier immobilier, il offre les mêmes qualités de fiabilité, d’intégrité et d’honnêteté afin de protéger les intérêts de ses clients. Si vous avez des questions, contacter Joseph Marovitch au 514 825-8771, ou à josephmarovitch@gmail.com

 

LinenChest.com



There are no comments

Add yours