momies-égyptiennes_westmountmag

À voir dès la rentrée :
Momies égyptiennes

Passé retrouvé, mystères dévoilés au Musée des beaux-arts de Montréal

Après avoir connu un succès retentissant à Sydney, à Hong Kong et à Taiwan, Momies égyptiennes : passé retrouvé, mystères dévoilés poursuit sa tournée internationale au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM). En grande première nord-américaine, l’exposition du British Museum propose une reconstitution de la vie de six personnes ayant vécu le long du Nil entre 900 av. J.-C. et l’an 180 de notre ère. Dans une approche innovante, à la croisée des arts et de la science, elle dresse un portrait de leur identité dans le plus grand respect, tout en tirant parti de technologies de pointe. Âge, croyances, ou historique médical : chaque momie a son histoire à raconter.

Bracelets de Nimlot, 22e dynastie, règne de Sheshonq 1er, vers 940 av. J.-C., EA 14594 et 14595. © The Trustees of the British Museum – WestmountMag.ca

Bracelets de Nimlot, 22e dynastie, règne de Sheshonq 1er, vers 940 av. J.-C., EA 14594 et 14595. © The Trustees of the British Museum

« S’inscrivant dans le cadre de l’ouverture de notre nouvelle aile d’archéologie et des cultures du monde, cette fascinante et émouvante exposition lève le voile sur les avancées technologiques et scientifiques qui contribuent à révolutionner la pratique de l’archéologie et, surtout, la compréhension intime de personnes ayant vécu il y a plusieurs milliers d’années – si loin de nous… et pourtant si proches », déclare Nathalie Bondil, directrice générale et conservatrice en chef du MBAM.

Momie de Tamut, Troisième Période intermédiaire, début de la 22e dynastie, vers 900 av. J.-C., EA 22939. © The Trustees of the British Museum – WestmountMag.ca

Momie de Tamut, Troisième Période intermédiaire, début de la 22e dynastie, vers 900 av. J.-C., EA 22939. © The Trustees of the British Museum

Co-commissaire de l’exposition et conservateur de bioarchéologie au British Museum, Daniel Antoine explique : « Grâce aux dernières percées en tomographie, nous avons virtuellement enlevé toutes les bandelettes afin de permettre aux visiteurs d’observer, dans un détail inégalé, les restes soigneusement momifiés de six individus. Nous avons ainsi pu acquérir un nouveau point de vue sur la vie et la mort en ancienne Égypte tout en préservant l’intégrité des momies. Des techniques d’embaumement utilisées dans la conservation des corps à l’état de santé au moment du décès, nous commençons à avoir une meilleure idée de la personne qui se cache derrière chaque masque. »

« Momies égyptiennes se présente comme une occasion rare de découvrir comment les anciens Égyptiens ont vécu et ont été préparés pour l’au-delà. Combinant leurs expertises pour examiner les données tomographiques et les artéfacts de la vaste collection du British Museum, les commissaires, scientifiques et restaurateurs du musée ont révélé six identités du passé sous un jour nouveau », poursuit la co-commissaire de l’exposition Marie Vandenbeusch, égyptologue et conservatrice au British Museum.

Commissaire de la présentation montréalaise de l’exposition et conservatrice de l’art asiatique et de l’archéologie au MBAM, Laura Vigo conclut : « Au cours des dernières années, la science et les progrès technologiques ont grandement contribué à une meilleure compréhension et à une contextualisation plus approfondie de notre passé lointain. Véritable voyage dans le temps, l’exposition nous fera nous émerveiller sur la manière dont on vivait aux abords du Nil il y a plus de 3 000 ans. »

Visualisation du squelette d’Irthorru, Basse Époque, 26e dynastie, vers 600 av. J.-C., EA 20745. © The Trustees of the British Museum – WestmountMag.ca

Squelette d’Irthorru, Basse Époque, 26e dynastie, vers 600 av. J.-C., EA 20745. © The Trustees of the British Museum

Momies égyptiennes permettra d’en apprendre davantage sur des individus aux profils variés : un jeune homme, deux prêtresses chanteuses, un prêtre, un enfant et une femme au foyer. Accompagnés d’imageries numériques 3D, de visualisations interactives et de plus de 200 objets issus de la célèbre collection égyptienne du British Museum, ces face-à-face offrent un point de vue unique sur la façon dont on vivait et mourait en ces temps reculés.

Des artéfacts provenant de divers sites – tombeaux ou zones de peuplement – viennent compléter l’analyse paléopathologique des restes humains. Ils permettent aux visiteurs une meilleure compréhension des croyances et des pratiques ancestrales : techniques de momification, conception magique des maladies et de leur guérison, habitudes alimentaires, organisation hiérarchique du temple, application de systèmes de rituels complexes, intégration de la musique à certaines cérémonies, utilisation de la parure comme marqueur identitaire, et perception de l’enfance, de la famille et de la maternité.

Momie d’Irthorru, Basse Époque, 26e dynastie, vers 600 av. J.-C., EA 20745. © The Trustees of the British Museum – WestmountMag.ca

Momie d’Irthorru, Basse Époque, 26e dynastie, vers 600 av. J.-C., EA 20745. © The Trustees of the British Museum

C’est donc tout un univers captivant qui attend le public dès l’automne 2019. « Nous sommes fiers de collaborer avec le MBAM pour la présentation de cette extraordinaire exposition », ajoute Paul Allison, président-directeur général de la maison de courtage de valeurs Raymond James. « Il nous tarde de faire partie de cette aventure fascinante, à la découverte du monde mystérieux des momies. »

Momie d’un enfant, époque romaine, vers 40-60 apr. J.-C., EA 22108. © The Trustees of the British Museum – WestmountMag.ca

Commissariat

Le commissariat de l’exposition est assuré par Marie Vandenbeusch, conservatrice, et Daniel Antoine, conservateur de bioarchéologie, du département de l’Égypte et du Soudan du British Museum. Laura Vigo, conservatrice de l’art asiatique et de l’archéologie au MBAM, est commissaire de la présentation montréalaise.

Remerciements

Présenté par : Raymond James
En collaboration avec : Hydro-Québec, Tourisme Montréal
Partenaires média : Bell, La Presse +, Montreal Gazette
Partenaires publics : ministère de la Culture et des Communications du Québec, Conseil des arts de
Montréal

Momies égyptiennes : passé retrouvé, mystères dévoilés
Musée des beaux-arts de Montréal
Pavillon Michal et Renata Hornstein – niveau 2

Du 14 septembre 2019 au 2 février 2020
Une exposition organisée par le British Museum, Londres, en collaboration avec le Musée des beaux-arts de Montréal.

Images gracieuseté du Musée des beaux-arts de Montréal

Button Sign up to newsletter – WestmountMag.caÀ lire aussi : En première mondiale Thierry Mugler : Couturissime


Avec 1,3 million de visiteurs par année, le MBAM est l’un des musées les plus fréquentés au Canada. Il se classe au 8e rang des musées les plus visités en Amérique du Nord. Ses expositions temporaires aux scénographies originales croisent les disciplines artistiques (beaux-arts, musique, cinéma, mode, design) et sont exportées aux quatre coins du monde, tandis que sa riche collection encyclopédique, répartie dans cinq pavillons, comprend l’art international, les cultures du monde, l’art contemporain, les arts décoratifs et le design, ainsi que l’art québécois et canadien. Pour plus d’information, consultez le site mbam.qc.ca

LinenChest.com



Il n'y a aucun commentaire

Ajouter le vôtre